Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1716 - La Coquille de plumes

Publié le par Arthémisia

Commenter cet article

Ren 09/02/2014 22:37

---
On garde bien au creux de son esprit,
Les chants d'amour qu'on y fait naître
De somptueuses couleurs au fond du nid,
Et d'étranges plumes à la fenêtre.

A ne pas oser les chanter,
Et les laisser dans la maison close,
L'absence d'air va les éventer,
Aussi longtemps qu'ils reposent...

Comment ces oiseaux sont-ils nés ?
Nul pour l'instant, ne sait y répondre...
Ce serait une génération spontanée,
Apparue sans qu'on ait à pondre...

Alors plutôt que les décrire,
J'ouvre la fenêtre sur l'été,
En laissant la chaleur envahir,
Et donner aux chants, leur liberté.

La chair et le sang se sont faits verbe,
Et s'envolent avec ferveur,
Parmi les arbres et les herbes,
Prenant de la hauteur.

Il faut aussi que tu me dises,
La mélodie de ton livre,
Des chapitres à gourmandises,
Qui te rendent aussi, un peu ivre.

Les oiseaux de l'écrire,
Sont en mouvement,
Ils quittent les figures de cire,
Pour rejoindre le firmament.

Arthémisia 10/02/2014 12:32

Comme tu as raison de croire à l'envol, et comme tu le dis bien, Ren!
Il faudrait sûrement que je colle les plumes de ma couette sur mon coeur pour lui permettre de se dégager de ce qui le noue, et l'ouvrir à d'autres mondes que ceux que très "bêtement" j'attends.
Merci, mon ami, pour ces pensées délicates et délicieusement écrites.

tilk 08/02/2014 01:24

moi c'est grâce à la peinture que j'y arrives ....j'y suis dans mon monde à moi...
je sais pas si c'est bien...
besos
tilk

Arthémisia 08/02/2014 15:42

Il n'y aucun doute là-dessus : c'est bien puisque tu le dis toi-même, ça t'aide.

J'aimerai arriver à cela aussi mais la peinture et même le dessin...sans parler de l'écriture, ne m'apportent actuellement aucune solution.
Qui vivra verra!
Bises
A.

tilk 06/02/2014 02:18

oui l'autre part et tout part avec lui...
besos
tilk

Arthémisia 06/02/2014 06:47

Tu as raison de dire cela mais charge à nous de ne pas faire de l'autre notre tout, de ne pas tout accrocher à lui-elle, de garder une part (de nous?) hors de lui-elle, d'apprendre à ne pas remplir toute notre vie de l'autre. Facile à dire.....
Bises
Arthi

tilk 04/02/2014 01:36

j'aime la fin ...on peut subir le manque de tout mais pas le manque de l'autre...
besos
tilk

Arthémisia 04/02/2014 06:27

C'est même parfois (souvent) une question de vie ou de mort...
Bises
Arthi

gballand 02/02/2014 07:12

Pour bâtir la "maison de lumière", sans doute faut-il faire abstraction de ce qu'il manque ;)

Arthémisia 02/02/2014 14:22

Tu as tout à fait raison : on ne peut bâtir sur des manques, sur des vides sous peine de construire un édifice bien fragile.
Et les sables mouvants, les pierres qui roulent, même s'ils peuvent un moment combler, et grandement satisfaire, ne sont pas là pour servir d'appui.