Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1729 - Ruisseaux

Publié le par Arthémisia

…Et je pose mes lèvres à la tempe

Et j’y bois l’été bleu

L’été porcelainier

Du réseau des battements

Infimes

Des lignes de vie.

Je peins ma bouche

A ton sang

Je mordrai là, si je ne savais

Que tu en mourrais

Alors je te laisse aller

Sur tes rives, dans tes rêves

Dans le vacarme fissuré

De tes ruisseaux

Intimes.

 

Arthémisia © juillet 2014

 

Avec : Les Petits ruisseaux – Renaud PERRIN

Projet d'installation urbaine et mobile. A partir d'éléments gravés sur bois, imprimés sur carton et découpés, il est possible d'assembler ceux-ci de nombreuses façons pour créer d'innocents cours d'eau sur le béton et le macadam.

Commenter cet article

Désirée 10/09/2014 19:15

Tu fais partie de ces très rares femmes poètes qui ont un "ton", une voix. Tu sais j'ai lu récemment une anthologie contemporaine de poésie féminine, cela m'a laissé sur ma faim avec dans la bouche un goût de sable. Aucune, ou presque, de ces femmes ne m'a nourri. Je ne dis pas que c'était mauvais, je dis juste que j'ai besoin d'une poésie de chair et de sang. Une poésie sensuelle, terrienne, solaire. Toute chose que je retrouve dans tes mots. Tu n'écris pas beaucoup? Ce n'est pas grave, on est pas à l'usine avec une obligation de production. Cela fait des années que je te lis et j'ai toujours trouvé ici et là des pépites. Merci.

Arthémisia 27/10/2014 16:55

hou!!!
-->> face!!!

Arthémisia 17/09/2014 12:53

Peut-être es-tu dans le vrai? Le problème reste à savoir comment retrouver l'élan. J'en ai une petite idée mais je peux pas actuellement abattre le mur qui se trouve fasse à moi (ni le contourner) ; il me faut du temps.
En tout cas, merci de tes encouragements. J'en ai bcp besoin.

Désirée 13/09/2014 11:52

Peut-être que comme moi tu fais une longue mue? Je suis passée par cette phase de non-écriture, d'envie de rien. C'est que j'ai longtemps écrit en écho et mon écho a disparu. Il m'a fallut en quelque sorte ré-apprendre à marcher seule. Ce que je m'oblige à faire. Et l'envie revient doucement de poser des petits mots pleins de lumière, pour m'éclairer et (voeu pieu) éclairer l'autre un peu. Je te rassure j'ai aussi des tas de projets en plan, et les semaines filent. Moi aussi je culpabilise un peu quand chaque soir je me couche en n'ayant "rien fait". Mais bon je sais aussi que même immobile, j'avance. Au moins mentalement c'est déjà ça ^^ Ton blog reste de qualité même sous-alimenté ne t'en fais pas. Bisou

Arthémisia 10/09/2014 21:46

Merci Désirée, pour ces pépites et ...tout le reste.Les temps sont durs, trop durs pour moi et ne pas écrire, ne même plus en avoir envie ni besoin alors que jadis je ne passais pas une journée sans le faire, ne me fait pas poser un regard très positif sur moi. Ma vie quotidienne a pris le pas et je vois demain si loin, sans que rien n'avance vraiment dans mes projets de vie, que je stagne, bloque, me laisse ensevelir sans réagir. La chair, ma chair, le sang, mon sang ...sont là mais ne battent que pour maintenir un souffle si ténu, si déçu, si moribond qu'ils arriveraient presque à me faire honte quand je me retourne sur hier.
Et en écrivant ces mots je me fais honte aussi, tant ce que je suis aujourd'hui n'est pas moi, pas moi du tout!
Encore merci de ton commentaire aimant et réconfortant.

marine D 18/08/2014 06:38

Je lis ce poème avec grand plaisir, merci
Bonne journée

Arthémisia 18/08/2014 08:41

Merci d'aimer, Marine D. Je vais de ce pas faire un petit tour chez vous.
Belle journée.
A.

tilk 17/08/2014 02:09

ok....j'aime alors....mais alors beaucoup...ah ah ah
besos
tilk

Arthémisia 17/08/2014 07:45

tu es ...adorable!

tilk 12/08/2014 15:31

je suis en adoration depuis toujours devant tes mots....
besos
tilk

Arthémisia 13/08/2014 06:16

"On adore que Dieu qui seul pardonne".... Voilà ce que j'ai entendu toute mon enfance. Aime, Tilk, ce sera déjà très bien!
Bisous
Arthi

Christophe 26/07/2014 21:48

On n'a pas le droit de laisser passer les rêves, c'est interdit. On n'a pas le droit de les capturer non plus.
Brave l'interdit !

(Très très belle écriture. Il vaut mieux ne pas écrire souvent si c'est comme ça ;-))

Arthémisia 26/07/2014 22:34

C'est justement la réponse que je viens de donner au commentaire de Ren : l'Autre est toujours nectar.

Ren 25/07/2014 17:09

Si c'est semer,
Comme le dit la devise,
Inscrite sur le dictionaire,
A tout vent,
Celui-ci m'emporte au loin,
Loin des visages familiers,
Vers les contrées aplanies

Où l'orage menace,
Boules cotonneuses de vapeur,
Grise,
Sur les vallonnements,
Que ma main,
Ou ma bouche pourraient suivre,
Et remonter jusqu'à la source.

Ces lignes de vie,
Et ses battements prolongés,
Du coeur à nu,
Se sont dissimulées sous la chair,
Réseau de l'intime,
Mystère des profondeurs,
Que l'on sonderait ...

Ainsi le spéléogiste,
Au sein du silence fissuré,
Qui craint pourtant,
Les excès des eaux.
Comme si le sang jaillissait,
Soudain, sans blessure,
Contre ma bouche...

Et boire à plus soif,
Au long de nos vies.
Des pages, qui se pulsent
Se bousculent, fouillées
En s'aimant à tout vent,
Comme pourrait le dire,
Si bien ... la devise .

Arthémisia 26/07/2014 22:33

bien sûr, Ren, il me semble qu'il est important de ne jamais renoncer, de toujours garder le goût des belles et bonnes choses, de rester assoiffé de l'Autre.

rien 24/07/2014 12:59

J'aimerais pouvoir écrire comme ça ! :-)

Arthémisia 24/07/2014 19:51

Merci du compliment!!! Tu sais j'écris beaucoup moins depuis environ 2 ans. Cela me contrarie beaucoup