Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1738 - Une Mémoire

Publié le par Arthémisia

Le temps ouvre un jour nouveau.

L’espace d’un silence, je prends ton corps à nu.

Les lèvres closes, je te parle. Encore endormi, tu m’écoutes.

Mon amour est pour toi, et moi seule le sait.

Ta peau s’en souviendra pourtant quand nous serons partis.

Nous n’avons rien promis. Juste écrit une mémoire.

Arthémisia © janvier 2015

 

Avec : BEN – La vie ne s’arrête jamais - 2011

Commenter cet article

virus ! 09/01/2015 00:01

Suis-je bête ?!
https://m.facebook.com/photo.php?fbid=793424600729893&set=a.454705067935183.1073741825.100001870823249&type=1

Arthémisia 09/01/2015 11:23

Personnellement je dois apprendre à me laisser aller : j'ai trop souffert dans mon corps et dans mon "âme" pour replonger dans le déni de cette partie de moi que je découvre.

Quant au chemin, je t'invite à lire le magnifique poème de Machado qui en a déjà éclairé plus d'un :

Jamais je n'ai cherché la gloire
Ni voulu dans la mémoire
des hommes
Laisser mes chansons
Mais j'aime les mondes subtiles
Aériens et délicats
Comme des bulles de savon.

J'aime les voir s'envoler,
Se colorer de soleil et de pourpre,
Voler sous le ciel bleu, subitement trembler,
Puis éclater.

A demander ce que tu sais
Tu ne dois pas perdre ton temps
Et à des questions sans réponse
Qui donc pourrait te répondre?

Chantez en coeur avec moi:
Savoir? Nous ne savons rien
Venus d'une mer de mystère
Vers une mer inconnue nous allons
Et entre les deux mystères
Règne la grave énigme
Une clef inconnue ferme les trois coffres
Le savant n'enseigne rien, lumière n'éclaire pas
Que disent les mots?
Et que dit l'eau du rocher?

Voyageur, le chemin
C'est les traces de tes pas
C'est tout; voyageur,
il n'y a pas de chemin,
Le chemin se fait en marchant
Le chemin se fait en marchant
Et quand tu regardes en arrière
Tu vois le sentier que jamais
Tu ne dois à nouveau fouler
Voyageur! Il n'y a pas de chemins
Rien que des sillages sur la mer.

Tout passe et tout demeure
Mais notre affaire est de passer
De passer en traçant
Des chemins
Des chemins sur la mer

Antonio Machado

Belle journée à toi aussi Virus. Merci pour ton "je t'aime" . Je le prends avec une gourmandise sans honte!!!

virus ! 09/01/2015 11:09

Pourquoi lutter ???! Hier un élève me disait de toute les façons le chemin est tracé ! Comme pour une randonnée; nous pouvons visité en allant sur les cotés et peut être nous perdre du moins temporairement,..., au pire l'espace d'une vie et je sais c'est beaucoup, mais nous reviendrons. Au mieux le chemin est la, serons nous le trouver ?ne presque plus s'en éloigner ??? L'amour Oui, toujours l'amour mais mon Dieu, quel programme. Oserais- je dire '' je t'aime '' mais ne pas le montrer -_- Tres belle journée ;

Arthémisia 09/01/2015 10:10

Mais non ; tu manques juste de sens pratique !!!

virus ! 08/01/2015 23:41

Chère Arthemisia, si tu ne m'a pas oublié, ... Je dépose la à ton intention quelques lignes que j'ai trouvé fort juste et venant d'un post de Frédéric Baylot notre ami commun avec qui je continue d'echanger et de partager la doctrine bouddhiste. Quelques lignes qui j'espère te raviront, souvenir d'un temps qui n'est déjà plus, bien que toujours naissant et renouvellé.L'image associé est la l'union d'un couple homme femme en étreinte. Deux corps couleurs bleu orient, Inde pour être exact, couple divin pour être précis, et puis ces mots:uno Deleuze
... L'amour est patient, et tout le reste est impatient. S’il n’y a pas de patience, il n’y a pas d’amour. La passion est impatiente, l’amour est patient. Et une fois que vous comprenez qu’être patient c’est être en amour, qu’être patient, c’est être en prière, alors tout est compris. Il faut attendre et il faut apprendre à attendre.
Il y a certaines choses qui ne peuvent pas être faites, elles ne peuvent que se produire. Certaines choses peuvent être faites, mais ces choses appartiennent au monde. Les choses qui ne peuvent pas être faites appartiennent à Dieu ou à un autre monde, ou quelque autre nom que vous utilisez pour le nommer. Les choses qui ne peuvent pas être faites sont les seules choses réelles. Elles arrivent toujours à vous, vous devenez le réceptacle ultime ; c’est tout le sens de l’abandon.
Devenez le réceptacle ultime… Soyez patient et attendez. Attendez avec un amour profond, en état de prière, de gratitude – gratitude pour ce qui s’est déjà produit –, et de patience pour ce qui va se produire. Habituellement, l’esprit humain fait exactement le contraire. Il est toujours en train de grommeler après ce qui ne s’est pas produit, et il est toujours trop impatient que cela se produise. Il se plaint toujours, il n’est jamais reconnaissant. Il est toujours dans le désir, et jamais en train de créer la capacité de recevoir. Un désir est futile si vous n’avez pas la capacité de le recevoir.
— Osho

Arthémisia 09/01/2015 10:09

Heureuse de te relire, Virus. Moi aussi je suis tjs en contact avec Frédéric.
Je te remercie pour ce texte ...fabuleux car il correspond parfaitement à mon état d'esprit actuel, ou du moins à ce que je souhaiterai qu'il soit : moins impatient, et moins dans l'urgence. Mais il m'est très difficile d'aller contre ce que je suis depuis si longtemps. Pourtant je compte sur les récents et bouleversants événements de ma vie pour arriver à m'accepter avec mes fragilités notamment mon grand besoin d'Amour. Depuis presque 2 mois j'ouvre les bras et reçois avec une grande avidité ce que je n'avais jamais imaginé pouvoir recevoir et encore moins mériter, et je me sens complétement abandonnée, voire dépendante de ce que j'appelle "la grâce" (je n'ai pas d'autre mot). Je ne peux que dire "Merci" et pleurer tant cela m'émeut.

Cédric 02/01/2015 11:31

L'amour est pour "nous", toujours "nous".

La solitude est totale mais en même temps n'existe pas.

Nos corps sont les mêmes, voilà pourquoi nous ne sommes pas seuls.

Arthémisia 02/01/2015 11:52

Eternelle histoire entre nous et nous...je veux dire entre moi et moi!

Bifane 02/01/2015 07:44

De certains gestes, de certains regards, je dirais même de certains moments silencieux de vie, nous conservons parfois une mémoire plus indélébile que d'aucune parole.
L'amour d'entre deux amants, cet éclat soudain d'accomplissement, en fait un exemple ravissant... Il m'en est revenu des souvenirs qui ont croisé le fil de tes vers... Il m'est revenu d'autres mémoires, de silence aussi, et de la puissance qu'elles ont investi parmi ce dont je me souviens.
La beauté plus lumineuse des amants tient peut-être dans la liberté dont ils proviennent, et qu'ils ont gardée en se mélangeant.

Arthémisia 02/01/2015 10:33

Il me semble que tu as raison : certains silences, induits par des partages particulièrement intenses, ont une rémanence quasi immaîtrisable. Comme si l'esprit, le coeur, ...je ne sais comment appeler cette part de nous, voulait garder, dans une forme de recueillement (au sens 1er du terme), les instants de communion.