Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1740 - Je veux être

Publié le par Arthémisia

Quand elle est en danger de mort, la moindre fourmi se débat, elle est abandonnée, brusquement arrachée à sa collectivité. En elle aussi, tout l'univers s'éteint. Il n'est pas naturel de mourir, puisqu'on ne veut pas. Je veux être.

Le Roi (Le Roi se meurt, E. Ionesco)

Avec : Philippe de Champaigne – Allégorie de la vie humaine - Première moitié du XVIIe - Huile sur bois, 28 cm x 37 cm - musée de Tessé, Le Mans

(Merci Max pour cet extrait du Roi)

Commenter cet article

Tachan 04/01/2015 14:17

https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&ved=0CCcQtwIwAQ&url=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DDeOZ6YH3Vsc&ei=ic2oVMLmLc3tatewgLAK&usg=AFQjCNGHBKQXaL08Q78QXdlO4aTGF5504w

Arthémisia 04/01/2015 15:40

http://corpsetame.over-blog.com/article-29519793.html

le mdd 04/01/2015 12:02

Il y a deux mots en espagnols pour dire "être".
Si en français les deux se confondent, on peut aussi se dire pourquoi pas, c'est d'ailleurs bien fait: il y a SER pour dire qui l'on est et ESTAR pour dire où l'on est.
ce dernier m'a toujours plu dans sa forme car il se rapproche du mot d'origine occitane "testard".
la boucle est bouclée quand on pense que ce mot désigne quelqu'un qui à la tête dure, qui ne veut pas, qui résiste. Bref, qui EST face à la vie.
Moi je veux bien mourir, mais pas maintenant. Non, pas maintenant. Laisse-moi encore un peu TESTER la vie.

Arthémisia 05/01/2015 12:23

Il me faut absolument que je t'écrive ce mail que je t'ai promis : tu comprendras mieux pourquoi tu n'as pas du tout poussé mon imaginaire et que je suis (ou plutôt j'étais...le changement est en route!) cette personne qui avait oublié qu'un être humain (moi en l'occurrence) ce n'est pas qu'une tronche ...en tout cas ce qu'il y a dedans.
Je me suis promis de déplier mes plis, de m'ouvrir en grand à toutes les grâces et les voluptés que mon entourage a bien voulu me donner et me donne et me donnera encore, car c'est au moins 50% de mon bien, de mon mieux. Et cela même si ma fille trouve que je tourne à la "hippie catho"! J'assume!

le mdd 04/01/2015 23:28

Je t'ai poussé un peu loin dans l'imaginaire -même si ça tient bien sûr la route- un testard, testarde au feminin, c'est simplement quelqu'un de têtu, d'entêté. Il y a tête, dedans, surtout. C'est quelqu'un qui n'en fait qu'a sa tête. Qui a un comportement que sa tête (par extrapolation), lui dicterait?
Cette fourmi et la plupart des animaux sont testards. Eux, ils n'en font pas qu'à leur tête, mais ce que la nature qui est en eux en chaque instant, leur fait faire. Il y a quelques jours j'ai vu un documentaire sur les animaux où il etait bien montré que même en surnombre et plus rapides par rapport a leurs chasseurs (des sortes de hyènes), des animaux attaqués (des gnous) n'avaient pas forcément l'idée de se regrouper à nouveau et se retourner pour empêcher que l'animal chassé et isolé ne se fasse finalement attaquer mortellement.
C'est un peu dommage mais ça n'empêche pas que dans sa fuite, l'animal a bien opposé un affront qui a duré ce qu'il a duré. Il y a des moments, mêmes durs, où l'on a l'impression qu'on peut pas forcément aller plus loin que la nature, sa nature. Pourtant il le faut.
En tout cas, déplie tout ce que tu peux et replie-le à ta convenance, ça fera toujours un peu d'exercice de relaxation en cas d'attaque de hyène! ^^

Arthémisia 04/01/2015 16:07

Passionnant ce que tu me racontes là, à moi qui ne connais pas un mot d'espagnol et encore moins d'occitan. Un "testard" serait donc quelqu'un qui n'accepte pas, qui se bat, qui afFRONTe (voir en anglais la locution "in front of" qui signifie "devant", "en face de") la vie comme s'il allait au combat, quelqu'un qui est en lutte, qui va "au front". Autant dire quelqu'un qui ne lâche pas prise.
Waouh! C'est tout moi ça...avec toutes les difficultés que ça entraîne, car sous mon déguisement (car il s'agit bien de ça) de Wonder Woman, se cache des faiblesses, des failles, que j'ai un mal de chien à accepter. Et ce n'est pas de l'orgueil, ou de la fierté mal placée. Juste des mauvais plis (de vie - allo Sigmund?) qui ne laissent pas de place à la...vie!