Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1741 - ...d'infortune

Publié le par Arthémisia

Mieux vaut ne pas différer de ses compagnons.

Le Portrait de Dorian Gray (1891) - Oscar WILDE

 

 

Avec : Pablo PICASSO – Autoportrait – 1972 – Crayon et pastel gras - 65.7x50.5 cm – Fugi Gallery, Tokyo

Salvador DALI  - Autoportrait mou au lard grillé – 1941 – Huile sur toile - 61x51 cm – Musée Dali,Figueras

Francis BACON – Autoportrait – 1969 – Huile sur toile - 36x31 cm

Jean-Baptiste Siméon CHARDIN – Autoportrait aux bésicles – 1771 – Pastel sur papier - 46x38 cm – Musée du Louvre, Paris

Commenter cet article

Désirée 14/01/2015 07:08

C'est étrange non comment les artistes se voient?

Arthémisia 14/01/2015 08:06

Picasso était blessé : c'est la guerre d'Espagne.
Bacon détestait son visage.
Chardin s'est peint dans sa tenue de peintre. J'imagine que la faveur qu'il porte sur la tête retient ses cheveux ou ... comble leur absence!
Quant à Dali, il devait être dans sa période "molle"!!! Et je n'ai aucune arrière pensée...d'autant que je pense qu'il devait avoir une "sacrée" présence!

Pourtant je connais des autoportraits de peintres magnifiques ; je pense à Dürer notamment. Fais une recherche sur Google (je ne suis sur l'iPhone et ce n'est pas pratique pour te donner des liens). : il est à tomber!!!!

Cédric 06/01/2015 10:25

Impossible de ne pas différer de ses compagnons. Nous sommes tous uniques ! :-)

Arthémisia 14/01/2015 08:10

J'ai actuellement de tres gros doutes à ce sujet, tant je suis en Amour ( et je n'ai pas d'autres mots moins "gros") avec les autres. Justement j'ai l'impression que mon état post opératoire m'a fait perdre presque toutes mes exigences, me fait porter des lunettes roses, me pousse à accueillir l'autre totalement sans jugement, simplement en empathie, comme un frère d'armes et surtout, un frère de vie.
Ma fille m'appelle "la hippie catho" alors que je t'assure que je ne reviens pas de Katmandou (surtout pas pour le look) et que , même si j'ai l'impression d'avoir "reçu" une forme de grâce (voilà encore un bien gros mot!) je ne suis pas une Kermit de bénitier.
Mais quand on a besoin d'Amour, qui est-on à part (un) humain?

Désirée 14/01/2015 07:11

Mais Arthi le fait d'être uniques n'empêche pas d'être compagnons, frères. Et au contraire cette unicité ne rend t'elle pas le compagnonnage, l'amitié, la fraternité encore plus belle parce que plus "difficile", exigeante?

Arthémisia 06/01/2015 11:01

Et pourtant le mal ne fait pas de différence entre nous. Personne n'est invincible, même celui qui se cache derrière la plus lourde armure et je t'assure que cette douleur partagée nous rend tous frères et crée des liens très très forts. Et surtout d'une gratuité confondante.
Tout simplement parce que le compagnon accompagne, qu'il est là, simplement là, et nous sourit. Malgré tout.
J'espère que tu le comprendras et que tu ne devras pas (comme je l'ai fait) attendre qu'il te tombe dessus une sale cochonnerie pour te rendre compte de la vastitude et de la puissance de cet Amour qui vit autour de toi. Mais la solitude, l'isolement -je le reconnais pour moi-même et j'en suis totalement fautive- rendent aveugle.

rien 05/01/2015 15:13

Que j'aime cette série ! :-)

Arthémisia 05/01/2015 15:25

Et moi, donc!
Accrochés par mes enfants sur le mur de ma chambre d'hôpital, leurs visages "abîmés" dans tous les sens du terme, me les ont rendus encore plus amicaux.
Et tu n'as pas vu les visages de mes enfants qui se sont aussi "déguisés" en "Maman", enturbanés dans des bandages Velpeau et dont ils ont tirés un magnifique selfie!!!
Ouf! ...maintenant tout cela est loin derrière, et je vais vers la vie. Et je me dis que par certains côtés, l'épreuve que je viens de traverser a été parfois très très drôle!!!!!