Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1765 - À l'Arbre blessé

Publié le par Arthémisia

La vie comme un obus

Blesse mon âme sans défense

L’arbre plein de confiance

La vie comme un abus

Blesse l’âme et ses rêves

L’arbre dans sa sève.

Textoésie de Suzâme (clic)

Avec : Arbre A – Piet MONDRIAN – 1913

Commenter cet article

le mdd 05/04/2015 23:55

Oui quand j'ai mentionné support surfaces, je m'en suis aperçu apres, c'etait surtout pour m'accrocher au mot "support" que tu avais écrit. Et je me dis qu'il serait peut-etre finalement passé en 3 dimensions, ou peut-etre simplement des structures avec des pleins et des vides géométriques plutôt qu'une simple sculpture.
Je pensais aussi, il y a deux nuits a une rencontre improbable -il me semble- entre Maria Veira Da Silva et lui. Improbable car cette dernière commençait il me semble a faire parler d'elle alors que Mondrian est décédé en 44.
Tu mentionnes Rothko et je m'aperçois que les gens semblent avoir oublié (certes a cause de son austérité) son camarade Barnett Newman qui me plait tout autant.
Je te remercie pour cette poignante phrase de Cézanne qui enonce que nous avons le devoir d'être des temoins. Temoins du chemin qui nous a menés jusqu'ici et celui qui glisse sous nos pas. Ce qui demande une certaine claivoyance. (Je suis content de réutiliser ce mot ici, tu sais de quoi il releve). Seulement cela demande une force d’équilibriste inouie pour "vérifier ses instincts" car il faut être à la fois dans la vision générale sans se perdre soi et sa vérité et aussi, se faire naître à chaque fois sans se perdre dans cet insensé chemin d'art.
Il restera un jour, à parler et faire parler des affinités des gens, des artistes envers d'autres artistes. Pourquoi l'on aime tel artiste mais pas un autre dont l'art est approchant. J'estime, moi qu'il n'est pas tant affaire de goût que de psychologie et donc de vécu et oui, de produit. Des choses se produisent en nous et d'autres non. C'est le pourquoi de cette question qui est intéressant mais donne tellement le tournis qu'il faudrait parvenir a oublier tous ces grands maitres dont parle Cézanne.
En équilibre perpétuel ou en chute inconstante? :)

Arthémisia 11/04/2015 09:44

ROTHKO aussi a été très austère à la fin de sa vie. Si ses œuvres les plus connues sont d'une grande gourmandise, celles de la chapelle de Houston (http://delapeinture.com/2009/08/24/la-chapelle-rothko-de-houston/) prêtent beaucoup à la méditation, interrogent fortement la mort et ont une dimension spirituelle peut-être prémonitoire de son suicide (?)

Le fait qu'il travaille généralement en strates horizontales me fait penser qu'il "pose" plus, définit des horizons (même si ceux-ci sont toujours floutés, et les limites entre les states non définies), s'interroge sur ce qui est "là", devant, et ce qui est "plus loin" derrière, en dessous, ou au-dessus. Sans oublier la suave transparence de ses "bonbons » travailler en multiples glacis superposés.

NEWMAN, en verticales, interroge les ouvertures, les possibles, ce qui reste présent malgré la vastitude de la toile, et malgré le très souvent rejet de ses zips aux extrémités latérales de ses toiles. Je le trouve plus positif, dans son dessin en tout cas.
Certaines de ses œuvres me font penser aux drapés rouges qui closent la Chambre mariale dans certaines annonciations, fermant la pièce comme un lieu du secret, un lieu du passé, du présent et surtout du futur, LE lieu…

Quoiqu'il en soit, ce sont deux artistes qui font partie de mon Panthéon!

Pourquoi? J'en reviens à la fin de ton comm. Je ne sais pas si ce n'est qu'affaire de psychologie; bien sûr le vécu. Bien sûr le chemin. Mais il est tant multiple...

Ainsi quand j'ai vue la dernière expo de ROTHKO au Musée d'Art Moderne de Paris en 1999, je sortais du musée Gustave MOREAU : autant dire la thèse et l'antithèse. Et pourtant je trouve de l’intérêt en chacun des 2 : avec MOREAU, j'étais dans le narratif, le descriptif, l'histoire, le chargé, le plein, le minutieux, le dessiné, le dit. Avec ROTHKO je me suis plongée dans le méditatif, le réfléchi, l'introspectif.

La journée fut magnifique : j'avais balayé mes deux facettes, celle de la grande technicité qui m'attire toujours et celle de l'analyse voire de la psychanalyse.

Miam!

le mdd 03/04/2015 12:08

Evidemment Klee! Encore un maître (metre) qu'il faut que je revoies..
Mondrian rejoignant ainsi support surfaces? :) pourquoi pas. Ce serai rigolo d'ailleurs et aussi un challenge énorme en même temps qu'une grande désinvolture que de réaliser et poursuivre réellement l'oeuvre d'un artiste défunt, en se proclamant de lui.. En écrivant cela je me dis que certains n'en sont ,ou n'en ont été pas si loin finalement.
Merci pour ce plaisir de revoir Delacroix qui me fatiguait un peu à la fac à vrai dire, cette espece de début de boheme c'etait un peu trop pour moi même si ça fait rêver.
Le soleil est désormais bien là.

Arthémisia 04/04/2015 10:36

Support surfaces ou...des colors fields à la "sauce" Rothko...ou encore des vibrations dans la veine de Klein.
Tu sais, Cézanne disait " qu'après avoir vu les grands maîtres, il faut se hâter d'en sortir et vérifier en soi les instincts, les sensations qui résident en nous"...Renoir que "la peinture s'apprend dans les musées"...et Malraux "qu'en Art il n'y a pas d'héritage sans métamorphoses". Je suis ainsi persuadée que nous ne sommes pas ce que nous sommes sans le don que nous ont offert nos pairs (pères?...). Nous ne sommes que le produit de ce qui se développe en nous, ce qui nous nourrit et s'y transforme.
Marrant oui, ces liens hypothétiques, mais certainement pas neutres, même si parfois ils restent totalement inconscients dans la tête et le ♥ des créateurs qui même parfois s'en défendent avec virulence malgré toutes les évidences.

rien 27/03/2015 12:07

Oh que j'aime ce poème, comme j'aime les arbres, merci du partage.

Arthémisia 27/03/2015 20:05

Merci pour Suzâme ( http://suzame-ecriture.over-blog.com/ )

le mdd 27/03/2015 02:34

Oui, ses boogie woogie sont un tel aboutissement..et peut-être une des plus insensées imprégnation sur un artiste d'une ville, d'un climat. Enfin, pour un artiste peignant l'abstraction. Je me demande quand même toujours ce qu'il aurait pu faire apres?....
L'autre c'est un peu Franck Stella et son "Marrakech". Et je me prends à penser que c'est l'esprit de Mondrian qui est passé par là: ce jaune des Boogie woogie qui semble etre presque le même est définitivement africain. Africain comme le jazz dont il provient.

Arthémisia 27/03/2015 06:16

Ce qu'aurait fait Mondrian par la suite : des abstractions, des aplats sans limite et qui n'auraient interrogé que les limites du support ?

Bien sûr le jaune est une couleur chaude et solaire; alors oui, Stella (bien plus tard que Klee donc "inspiré" - je dis cela dans le sens positif du terme) ...mais aussi les Klee de Tunis (à la même période que les premières abstractions de Mondrian)...mais pour ce qui est précisément du jaune,on pourrait aussi remonter aux oeuvres nord-africaines de Delacroix...à commencer par ces "Femmes d'Alger" : http://www.histoire-image.org/photo/zoom/dor15_delacroix_001f.jpg

Ce jaune est dans l'air du temps (voir la mode de cet été) et ...on nous prévoit un grand soleil aujourd'hui sur notre sud !
Have fun!

le mdd 24/03/2015 12:18

Je l'aime bien le Mondriaan de transition. Enfin, c'est un abus de langage car j'aime tout de lui. Je l'ai un peu perdu de vue en ce moment, mais en tout cas, il faut que je me penche à nouveau sur cette sève, cette époque où l'abstraction faisait son oeuvre.

Arthémisia 24/03/2015 19:38

Oh oui! C'est de la sève qu'il a dû utiliser pour peindre ses si célèbres arbres ! Je suis aussi assez fan de lui, et même de sa période Broadway Boogie - Woogie (http://collegedesflandres.etab.ac-lille.fr/HIDA/3HDA-APla-MONDRIAN.pdf) si contestée.
Pour moi c'est la joie, un peu au même titre de Miró.
Allez pour le fun je te propose une petite ...suite : https://youtu.be/m7o9g7QOjIo

suzâme 24/03/2015 07:47

Merci Arthi pour ce partage et cette découverte matinale de Piet Mondrian. J'ai hâte d'être libre et d'explorer à nouveau de jolies sphères...Bisous.

Arthémisia 24/03/2015 08:21

Bonjour Suzâme,
Je suis heureuse que mon choix de l'oeuvre de Mondrian te convienne.
Pour le reste, je sais pour l'expérimenter chaque jour, combien nos vies sont trépidantes : je me sens tellement "coincée" par mon travail qui me sort par les yeux, "bouffent" mon énergie, voire ma vie et me fait largement somatiser : marre de donner de la confiture aux cochons (je n'ai aucune honte à dire que beaucoup de mes élèves se comportent comme des animaux) et de n'avoir aucune reconnaissance, compréhension, aucun appui, des autres enseignants de mon établissement (qui font leur petit job en pensant déjà à leur soirée télé/charentaises et sont hermétiques en diable à toute forme de culture qu'ils considèrent comme snob, c'est tout dire des relations "fantastiques" que je peux avoir avec eux!) pas plus que de ma hiérarchie qui s'en fiche, les Arts Plastiques, les Arts Appliqués et l'Histoire de l'Art étant des matières "subalternes (pour ne pas dire inutiles...)
Heureusement que des moments de grâce me sont autorisés par la rencontre de mes amis, ma famille et celles des oeuvres d'Art qui sont des moyens formidables de ressourcements et me permettent de continuer à croire en l'être humain...
Amitiés.

Jean-Marc 24/03/2015 01:13

Vos petits poèmes sont toujours aussi beaux Arthémisia.

Arthémisia 24/03/2015 06:25

Merci Jean-Marc mais celui ci n'est pas de moi mais de Suzâme que vous pouvez retrouver sur son blog là : http://suzame-ecriture.over-blog.com/
...mais merci pour elle !