Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1770 - Nos Fleurs qui tremblent, ensemble

Publié le par Arthémisia

Nous marchions sur les chemins de grande frayeur.

Les images mauves et noires, de dernière heure,

De nos vies les veilleurs,

Arrivaient

En brandissant leurs tours infâmes,

Dans le vent de nos âmes.

 

Serions-nous opiniâtres ?

De nos corps plus que chair

Nous ne pouvions faire théâtre,

Ni d’emplâtre

Nous satisfaire.

 

Nous élargîmes nos yeux,

Ensemble,

Comme ceux qui se ressemblent,

Et, dans le champ violâtre

Nous devînmes pâtres

De nos fleurs qui tremblent.

 

Arthémisia © avril 2015

Avec : Pink Sweet Peas 2 – Goergia O’KEEFE (1887-1986)

 

Commenter cet article

rechab 19/04/2015 18:48

De nos fleurs tremblées,
nous gardons des champs déserts,
et ne savons que faire...
Il n'y a plus de blé.

L'existence est ailleurs,
Soustraite par les dieux,
Ce sont nos regards envieux,
Qui nous en font veilleurs,

Au regard des années,
Des collines chauves,
des chemins d'ombres mauves,
et les fleurs fanées.

Ainsi va la chair,
Le vent ne nos âmes,
découvre le macadam ;

Extinction de lumière...

RC

Arthémisia 20/04/2015 08:16

Whatever René, switch on the light ! Keep in touch the flowers...

le mdd 17/04/2015 01:33

Question d’atmosphère, donc de physique et de chimie, les étoiles aussi trembloient.
En fait, elles se bousculent toutes seules pour garder leur place, vérifier qu'une autre n'y est pas. Se soulevent à peine pour voir si l'oeuf est prêt ou pas.
Oh, elles sont loin les autres. Et puis, sincèrement, chacun son troupeau se crient-elles dans ce mauve et noir de l'univers. Poussière, poussière, je ne m'appuierai pas sur ton dos. ça se chamaille mais l'étoile du berger guette tout désarroi.

Arthémisia 18/04/2015 09:24

Pourtant tout me semble être un grand chambardement, là-haut comme ici-bas :
https://youtu.be/1oYvA0IDY2s
Vénus, l'étoile du berger, veille, et ça ben, ça me parait pas mal !

suzâme 15/04/2015 08:01

bonjour
un parcours de l'humanité qui trouble. Oh pourvu que les fleurs tremblent d'amour pour la vie et non de peur... bonne journée

Arthémisia 15/04/2015 22:55

Quand on est passé très près de la mort, après des peurs incontrôlées et intenses, les tremblement de la vie sont d'une douceur quasiment incroyable.

Evy 13/04/2015 20:49

Douce soirée moi j'aime tes écrits si tu veut je fais des défis ose c'est sympa je met ton lien vers ton blog bisous Evy

Arthémisia 13/04/2015 20:54

Oser n'est pas mon problème : je manque terriblement de disponibilité et les suites de mon opération ont des conséquences importantes sur mon sommeil (je ne dors que 5h/5h30 max par nuit). Autant dire que je suis très très fatiguée et que malheureusement j'ai dû reprendre le travail car les billets de banque ne poussent pas dans mes pots de fleurs.
Il me faudra encore du temps, beaucoup de temps, pour retrouver mon énergie et oublier tout cela.
Mais je garde ta proposition en tête : on ne sait jamais.
Merci.

Evy 13/04/2015 14:11

Beau ce poème merci pour ce partage bonne journée a toi bisous Evy

Arthémisia 13/04/2015 19:02

Merci de ton compliment. J'écris tellement peu et doute tellement de ma qualité d'écrivain (et de beaucoup d'autres choses aussi d'ailleurs) que tes mots me font beaucoup de bien.
Bises.
Arthémisia