Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

60 - Pudeur

Publié le par Arthémisia

 

"La pudeur est un bouclier contre l’œil de l’impur"
Khalil GIBRAN
Avec : Georgia O’KEEFE

 

Voir les commentaires

59 - L'Eveil*

Publié le par Arthémisia

 

 
 

C’est au creux de la terre qu’étincelle le diamant.


Au fond de ton cocon, ta peau illuminait la nuit. J’ai déchiré la gangue de brume qui emballait ton corps.  


Je l’ai vu palpiter, rempli de vie, de brillante vie. 
 
 

Mes yeux ont tout volé.


Ta bouche mollement assoupie, gourmandise d’enfant, fraise juteuse d’un mai ensorcelé, je l’ai mordu au sang.


Ton épaule, solide architecture, a servi d’écueil à ma joue caressante. Je m’y suis attardée. Je m’y suis accrochée. J’y ai pleuré, encore.


Le plat de ma main a visité ton ventre tendu et soulevé par le rythme infini de ton souffle bleu. J’y ai fait mille rencontres souterraines, écouté mille grondements, dansé de nouveaux pas. C’est sous sa peau que se tortillait le désir. Je l’entendais gémir.


Ta main, coquille ouverte aux cadeaux de la nuit, était pleine de paix. J’y ai glissé ma langue : elle a tout ravagé.


Ton sexe. Mon dieu, ton sexe ! Dans son regard d’aurore se révélait la belle Vérité.

Je n’ai pas pu y résister.

 

Avec :  S. DALI
Enfant géopolitique observant la naissance de l'homme nouveau

Voir les commentaires

58 - Conversation...

Publié le par Arthémisia

Converser
conserve.

Voir les commentaires

57 - Voyeurisme...

Publié le par Arthémisia

« Se regarder scrupuleusement soi-même,
 ne regarder que discrètement les autres. »

Confucius

Voir les commentaires

56 - Objet inanimé...

Publié le par Arthémisia

Aujourd'hui je vous propose de déposer votre regard sur cette sculpture de Henri MOORE.

Ses courbes, ses creux, ses bosses, me la rendent extrèmement féminine, et même très érotique.

Un sexe soigneusement épilé...

Qu'en pensez-vous?

Photo personnelle (fondation Maeght- Saint Paul de Vence)

Voir les commentaires

55 - Etre tendre...

Publié le par Arthémisia


- Aujourd’hui je veux être tendre,
entre bailler les volets sur une aube rose et juste lui laisser le temps de tomber sur ton corps avant de venir m’y coller.

- Aujourd’hui je veux être tendre,
venir me nicher au creux de tes bras, m’abandonner à ton parfum vert, tes odeurs d’homme, y vivre.

- Aujourd’hui je veux être tendre,
chuchoter dans ton dos les mots de l’amour naissant, les mots transparents, légers, les mots papillons qui effleureront ton oreille d’un frisson bleuté, à peine.

- Aujourd’hui je veux être tendre,
te cacher les yeux de mes mains et souffler dans ton cou un air si doux qu’il te fera croire à l’été, enfin.

- Aujourd’hui je veux être tendre,
écraser mes seins contre tes omoplates, respirer avec toi, à l’unisson en sentant ton cœur battre sous ma main.

- Aujourd’hui je veux être tendre,
du bout de mes doigts te faire goûter ce qui me régale, et de mes lèvres t’abreuver des bulles qui remplissent ma bouche.

- Aujourd’hui je veux être tendre,
t’offrir des fleurs, un ours en peluche, moi dans une robe rose, une sieste, du temps.

- Aujourd’hui je veux être tendre,
écrire de la langue, un mot, un seul sur ton ventre.

- Aujourd’hui je veux être tendre,
déposer, là, juste au coin de ta lèvre, un baiser petit, un baiser d’enfant, à peine osé, murmuré, et puis… me sauver.

Merci Asmaël pour la photo

Voir les commentaires

54 - Physique

Publié le par Arthémisia


"Lorsque deux forces sont jointes,
 leur efficacité est double."
Isaac NEWTON
 Photogragraphie personnelle

Voir les commentaires

53 - Jeu de mots...*

Publié le par Cyr (cyr.m@wanadoo.fr) et Arthémisia

Sur le principe du "si je te dis", Cyr et moi, nous nous sommes amusés à nous proposer 3 mots chacun ...
Voici d'abord ses réponses à mes 3 mots ...puis ensuite vous pourrez lire les miennes.

...Et si je te dis « main » ...
 
mes mains...
pour écouter battre ton pouls, mes mains sur ton coeur
mes mains sur tes seins, pour en éprouver la douceur
tes mains sur mes joues, pour sentir le feu en moi
tes mains sur mon dos, pour me serrer contre toi...
 
...Et si je te dis « bouche » ...
 
nos bouches ventouses au corps à corps
où nos langues se mêlent en plein essor
 
ma bouche qui lèche ton lobe d'oreille
pour te dire doucement "tu es si belle..."
 
ma bouche qui tête tes seins
puis le creux de tes reins
 
ma bouche en soleil
qui fait des merveilles
discoure avec ta vulve saphir
pour y faire monter le plaisir
 
ta bouche en océan
qui avale ma verge au levant
et vient y boire l'épaisse mousse
qui soudain jaillit en violentes secousses !
 
...Et si je te dis « reins » ...
 
panthère si sensuelle au parfum d'ambre
j'aime quand devant moi tu te cambres
et que tu tends féline ta croupe offerte
cuisses et vulves à mon désir ouvertes.
 
alors d'un geste ferme
je saisi tes reins,
entre mes mains
les enferme
 
et, venant me coller
à ton corps chaud,
tu sens mon sexe gonflé
se glisser dans cet étau.
 
tu ondules des hanches
reins souples et bien huilés
ma verge en toi s'épanche
te pourfends telle une épée
 
La danse de l'amour
peut enfin commencer
et tu connais plus d'un tour,
de rein, à me faire essayer...
 
 
...Et si tu me dis  « seins » ...
 
Mes seins, le matin?
 
Ton regard têtu
Aux blondeurs du matin
S'attarde encore requin
Sur leur douceur repue.
 
Traînant l'iris aigu
D'une gourmandise nue
Tu tends encore les mains
Vers leurs formes charnues.
 
Tu palpes et interpelles
Leurs rondeurs rebelles
Qui réagissent belles
A ton tactile appel.
 
Enrobant, détourant
Ces cercles vicieux,
Tu fais naître un élan
Qui vient vers tes yeux.
 
Palpitants, arrogants,
Ils se dressent vers toi,
Brandissant leur émoi,
Bandant et réclamant,
 
Ce que ta bouche, enfin,
Recueillera de salut,
Ces plénitudes sans fin
Qui les portent aux nues.
 
..et si tu me dis «fesses »?
 
Quand la mort, la petite, vous quitte,
et que dans les draps mer, le sommeil vous habite,
du plat de votre dos mon oeil mélancolique
glisse encore désirant leur rondeur chimérique.
 
Au concours des galbes la femme est déité.
Pourtant vous savez jouer de leur ambiguïté.
Cette cambrure les affirme et allume mon oeil
et c'est ma bouche soudain que leur chair accueille.
Mes dents ni pouvant plus y laissent quelques traces
Avant que lèvres et langue suavement s'y prélassent.
 
Une question, il me semble, reste encore en suspens :
j'hésite, voyez vous, à choisir mon amant.
Du recto au verso de votre anatomie,
je ne sais où donner la faveur de mes nuits ?
Votre sexe, bien sur, est un charmant tirant,
mais vos fesses, mon ami, m'attirent tout autant !
 
 
..et si tu me dis « phallus »?
 
Vous me dites « phallus »
En pensant : « Quelle astuce,
Faudra-t-il quelle fasse
Pour que ce mot coriace
Me transporte d'ivresse ? »
 
Je refuse la paresse
Et parie qu'une hausse
De tout votre matos
Me fera le calice
De ce sexe qui se hisse.
 
Je gage que l'étroitesse
De ma rose forteresse
Causera les délices
De ce tendre pénis
Et que dans cette fosse
Une simple petite bosse
Plongeant en mon mucus
Aura vite le tonus
De 'ce qui décore sa face
Et que l'homme pourchasse :
La corne dure et grosse
D'un fier rhinocéros !
 
Croyez à ma tendresse
Cyr, je vous l'confesse
Je suis amie d'Eros
Qui tous mes voeux exauce.
 
Et si ma rime esquisse
Quelques mots si complices
Je me sauve en vitesse
Vous 'faisant mes politesses !
 
 
 copyright cyr.m@neuf.fr pour la partie le concernant.
Vous pouvez retrouver Cyr sur son site: 

Voir les commentaires

52 - Le Corps

Publié le par Arthémisia

Le corps est comparable à une phrase qui vous inviterait à la désarticuler, pour que se recomposent, à travers une série d’anagrammes sans fin ses contenus véritables.(…)
Le corps, ainsi que fait le rêve, peut capricieusement déplacer le centre de gravité de ses images.
Citation et illustration de Hans BELLMER

Voir les commentaires

51 - Coeur n°1

Publié le par Arthémisia

 
La Nature nest-elle pas toujours
tellement plus forte que les hommes?
Photographie personnelle

Voir les commentaires

1 2 > >>