Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

833 - Brèves de décembre 2008

Publié le par Arthémisia

J'ai plaisir à clore l'année avec vos mots...




"...je me dis que quelqu'un qui (se) creuse est moins porté à regarder les autres de haut...."

@ joruri

 

..."Quoi qu'il en soit personnellement je suis encore très loin de la rigidité cadavérique..."

@ Paulrem

 

"Le séducteur est celui qui est séduit..."

@ fbd

 

« Less is mort »

@ Nicolas

 

« ...c'est chiant d'ouvrir les volets, surtout lorsqu'il va pleuvoir... »

@ lidia

 

"Il ne faut pas faire les choses Pour mais Avec "

@ Gérard

 


:0002: Et je vous invite  à me retrouver  chez Cyr qui a fait des mises à jour au Poil sur son site de littérature érotique ! 



Voir les commentaires

832 - La Petite boîte (Conte de Noël à retardement)

Publié le par Arthémisia


 

J'ai  acheté de l'Amour en boîte. Oh, une toute petite boîte, il fallait bien que je me fasse mon petit Noël. J'ai drôlement navigué dans les rayons du supermarché avant de la trouver. Le magasin était sur le point de fermer. Heureusement dans l'urgence, elle m'est presque tombée sur les pieds, cette fichue boîte d'Amour. C'était la dernière. Ben oui, ça a dû être la razzia pour les fêtes.  On aurait dit qu'elle m'attendait.


Si j'avais pu j'en aurai peut-être pris deux. Allez ! Rien à regretter : c'est trop cher l'Amour. Et puis je ne veux pas faire une over dose ; c'est toujours risqué.


Ce matin j'ai posé la boîte devant moi sur la table, à côté de mon café.

Je l'ai regardée sous toutes les coutures. C'est  une boîte rectangulaire, petite, et très sobre, avec juste un mot écrit dessus en orange : « Amour ». Aucune autre information.


Combien ça peut peser ?

De quoi c'est fait ?

Je ne sais pas.


J'ai un peu peur. C'est peut-être totalement immangeable, chimique, plein de colorants artificiels, d'E320 ou E412, ou pire d'OGM ? On ne sait même pas où c'est fabriqué. Je ne veux pas d'un truc chinois, moi ! Il paraît qu'ils ont encore la grippe aviaire là-bas.


Vraiment, j'ai été idiote de dépenser autant pour ce truc qui ne me dit rien qui vaille. La prochaine fois je n'écouterai pas mes copines.


Ouf, il me reste encore un peu de pain. Ca ira bien pour ce matin.


Mais la boîte s'ouvrit toute seule...

 

Copyright © Arthémisia - Déc 2008

Voir les commentaires

831 - Dis lui non!

Publié le par Entité et Arthémisia

 


Elle était si féminine, souriante, accueillante, nue dans sa transparence.
- Je t'attends me dit-elle. 

Elle était vêtue d'oripeaux clairs-obscurs qui ne cachaient rien de sa vérité.
- Je t'attends me dit- elle.

Mais qui es-tu, toi, si belle, si laide? 


@ Entité

 

Mes pinceaux, mes crayons, aboieront si fort qu'ils l'assourdiront.

Mes mots seront si verts, si crus qu'ils brûleront son œil rouge.

Mes pensées si veloutées éteindront son clair-obscur.

Mes prières naîtront dans un ventre qu'elle n'a pas.

J'écraserai sa montre, la Rolex de toc, lui couperai les mains, ses mains si faussement accueillantes et me promènerai nue pour lui faire honte.

Elle grimacera, femelle de pacotille. Elle ne sera que laide, épaisse et s'enfuira.

L'attente n'est pas sienne.

Crois-moi.


Copyright © Arthémisia - Déc 2008

Avec : Jim DINE – Rancho Woodcut Heart

Voir les commentaires

830 - Frédéric FERNEY

Publié le par Arthémisia


 

Il animait sur France 5, « Le Bateau-Livre »,  une émission jugée « trop littéraire », (pffff!) entendez élitiste, par sa direction... On l'a viré.  Je vous en avais parlé .

Frédéric FERNEY ne baisse pas les armes, et  souhaite continuer à partager ses émotions de lecture. Il se lance dans l'aventure bloggesque.


Le « Bateau-Livre » est mort, vive le « Bateau Libre » !


Souhaitons-lui bon vent et bonne mer !


 

Merci à Eric POINDRON de m'en avoir avertie et merci à Frédéric de m'autoriser à mettre son blog dans mes liens.
 

Voir les commentaires

829 - Noël

Publié le par Arthémisia

 

Alain

Alba

Alexandre

Aliscan

Amaury

André

Angelus man

Artémis

Aspher

Auguste

Azalaïs

Balthazar

Bleu marine

Boris

Briesing

Brigitte

Bruno

Cara

Catherine (2)

Chris

Christophe

Clarinesse

Claude

Cyril

Damien

Donatien

Emmanuel

Eric

Fabien

Fernand

Forget

Franck

François

François - Fabien

Françoise (2)

Frédéric (2)

Gaëlle

Gballand

Georges

Gérard (3)

Gicerilla

Gildas

Honorine

Ile et Aile

Isa

Iskander

Jason

Jean - Marc

Jean - Christian

Jean - Luc

Jean - Yves

Joan - Cesario

Joruri

Juliette

Karine

Katherine

Laurent

Lazare

Lionel

Mahina

Marie

Maverick

Max

MBBS

Michel

Mikel

Misterwind

Multi-sourires

Nada

Nathalie (2) 

Nicolas

Pascal (2)

Paul

Pierre

Rached

Schawn

Simone

Soulef

Stéphane

Sylvaine
Terry

Thierry

Vallis

Vercorin

Vincent

Waid

Yves...



...ont tous été très sages.

Père Noël, n'oublie pas leur petit soulier.


(J'espère moi-même n'avoir oublié personne !)


Joyeux Noël à tous!


Arthi

 

Voir les commentaires

828 - L'Espace humain

Publié le par Arthémisia



Ils se savent. Ici et maintenant.

 

Il a vu son regard, celui qui ne le quitte pas, celui qui le mange et où il se sent chocolat.

Il a vu sa bouche, celle qui dit bien au-delà du mot, au-delà de la peau, la coupe, l'ouverture, le grand accueil.

Il a vu ses bras, ses mains mendiantes, désemparées, nues, dépecées, sans lignes de vie, d'Amour, de chance, ses mains, seulement ses mains béantes dans le matin.

 

Elle, elle a vu son cœur, ce coeur qui  déborde d'explosions, de rouges coulis de vie. Elle y nage en rêve,  y bat bras et jambes, avance, avance, y fait des bulles de comics trip, d'enfant gourmand.

Elle a vu sa faille, noire, et pourtant libre. Il la lui a offerte impudiquement. Elle se plait dans ses gouffres. Sa Beauté est d'intime. Elle aime avec respect le don de cette fragilité.

 

Ils se savent. Ici et maintenant.

Complices.


Malgré l'espace humain.

 

Copyright © Arthémisia - Déc 2008

Avec : photographie de Spencer TUNIK

Voir les commentaires

827 - Pull

Publié le par Arthémisia



Je suis rentrée nue dans le lit. C'est ainsi que tu me veux, toute déshabillée, toute débijoutée.

Les draps sont glacés, porteurs d'un froid de solitude.

Me réchauffer, vite ! Me réchauffer !

La couverture ne suffit pas. L'ours ne suffit pas. Le livre ne suffit pas. Pourtant...

 

Sur la chaise, il pend, lourd et mou. Abandonné.

Alors, fermer les yeux. Alors, respirer. Largement.

Imaginer ta peau, nos vagues de feu.

 

Et le laisser venir vers moi, iodé, maritime.

Encore ! Respirer...Respirer... !

Surtout ne pas renoncer à sa caresse, ton ombre de laine.

 

Et l'enfiler.

Pour m'endormir en toi...

 

Copyright © Arthémisia - Déc 2008

Voir les commentaires

826 - La Crue*

Publié le par Arthémisia



Au plus cru de la nuit,

un peu de toi a crue en moi.


Copyright © Arthémisia - Déc 2008



Avec : Niki de Saint PHALLE et Jean TINGUELY - La Fontaine STRAVINSKI 
(photo enlevée par son propriétaire )

Voir les commentaires

825 - Souillure*

Publié le par Arthémisia



 

Un soir noir de pluie

Son cœur avait donné

Au semeur de merveilles

Et de doutes.

 

Il avait rempli d'or

Le vide, l'impensé,

L'avait conduite au rêve,

Faite vivre, naître,

Bruire encore

Jusqu'au fond.

 

Le silence brillait,

Jubilait,

Au plus loin de l'ivresse.

On entendait leurs souffles,

La tessiture des êtres

Accordée au pas sombre

De son sexe d'ébonite

Sur ses cuisses  ivoirines.

 

Et puis tout s'est éteint,

Mutilé, échoué,

Garantissant la trouée blanche

De ce cœur,

Départ d'un secret

D'encre et de neige

Souillé.

 

 

Un soir noir de pluie

Son cœur avait donné

Au semeur de merveilles

Et de doutes.

  

Copyright © Arthémisia - Déc 2008

Avec : Damien NITSCH - Opéra

Voir les commentaires

824 - MESSIAEN ...extase, oiseaux, paradis, etc..

Publié le par Arthémisia

 

Encore de la musique...

Je prends 2 mn pour venir vous parler de MESSIAEN, enfin de mon MESSIAEN, celui que j'ai perçu et qui m'a émue mercredi soir dernier avec « Les Visions de l'Amen » et samedi soir avec  « Les Oiseaux exotiques » lors de deux concerts donnés en l'honneur du centenaire du compositeur au CNR de TOULON.


Découvrant ce compositeur, je craignais mercredi vu le titre de l'œuvre, d'assister à quelque chose de pesant, de dogmatique pour ces Amen et il n'en fut absolument rien. Bien sûr la source mystique existe (MESSIAEN fut un catholique fervent) et porte l'œuvre, mais celle-ci est d'une liberté et d'une puissance extraordinaires, alternant des moments tendres, de la brutalité, et en tous cas une coloration plurielle très riche.

J'ai particulièrement aimé le second Amen (il y en a 7), celui des étoiles, dont l'aspect sauvage m'a plongée en pleine astronomie musicale et, -cela ne vous étonnera pas !- le 4ème Amen, celui du désir où l'extase mystique et ses fausses notes de la partie de la main droite amènent une grande suavité, et où l'exaltation qui suit, jouée sur un seul des 2 pianos est...virtuose !

Les pianistes qui jouaient m'ont tous bluffée surtout une jeune femme complètement habitée par la musique. Elle était sublime ! Transfigurée. Je pensais à l'Extase de Ste Thérèse du BERNIN, puis dans un deuxième temps à ces danses représentées par les expressionnistes allemands, Ernst Ludwig  KIRCHNER ou Emil NOLDE

 

Quant à samedi soir, j'ai  dû me retenir pour ne pas fermer les yeux afin de vivre la musique encore plus intimement : je me suis retrouvée plongée en pleine jungle, une jungle primitive et originelle où grouillaient les espèces, notamment ornithologiques (MESSIAEN a longuement étudié le chant des oiseaux). Les instruments (2 flutes, hautbois, 4 clarinettes, 2 cors, 2 trompettes, un piano, des cithares, et 7 percussionnistes) imbriquaient leurs « cris » les uns aux autres, dans un enchevêtrement d'une extrême difficulté technique. Ce fut un magnifique hommage à une nature sacralisée.


Résultat : je suis absolument fan !

Qui a dit que MESSIAEN est un musicien difficile ?


Allez vous faire une idée en écoutant des extraits des Visions de l'Amen
et des Oiseaux exotiques.

 

Les autres pièces qui furent interprétées ce soir là, Le Signe de Maurice OHANA et Suite de concert d'André JOLIVET, furent de la même veine : un enchevêtrement extrêmement virtuose des jeux des divers instruments avec une part importante laissée aux percussions les plus originales : des gongs sublimes de rondeur, des « tambours » au son venu de la tombe, des « calebasses » comme des ventres de métal sur lesquels les instrumentistes intervenaient avec mains, morceaux de bois, maillets, pièces métalliques.. et un piano joué lui aussi comme je ne l'avais jamais vu faire...les cordes pincées par la main du pianiste, et les touches frappées par une barre d'ivoire ( ? ) qui monopolise simultanément  plusieurs touches voisines.

J'ai eu l'occasion de pouvoir échanger avec l'un des clarinettistes de l'orchestre, élève au conservatoire de Paris et qui m'a confirmé la difficulté extrême des morceaux et ce pour tous les pupitres.


Ce fut donc une belle soirée de grand savoir faire,  pleine d'une abondance, d'une innocence et d'une allégresse quasi édénique.

 

Ca fait du bien de se promener au paradis de temps en temps, non?

Copyright © Arthémisia - Dec 2008



Avec : Jean Michel FOLON - Le Grand oiseau 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>