Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

856 - Brèves de janvier 2009

Publié le par Arthémisia

Peu, cette fois-ci...

 

"L'amant table sur une, en vie, deux, mort!"

@ Vercorin

 

"Le pluriel dilue."

@ Jean - Noël

 

"Je ne supporte que deux choses au monde, l'amour et l'écriture, le reste est noir. "

@ KL- Loth qui cite Annie ERNAUX

Voir les commentaires

855 - Billet supprimé

Publié le par Arthémisia

Ben oui, aujourd'hui c'est comme ça.

Voir les commentaires

854 - Haiku érotiques

Publié le par Arthémisia

 

Quand ils se découvrirent nus, ils pénétrèrent dans le Pavillon.

Là, curieux, leurs corps déclinèrent les figures de l'amour .

 

J'avoue : j'ai acheté ce livre par pure malice !

On ne se refait pas...


Oui, bien sûr c'est d'érotisme que parlent ces courts poèmes populaires composés à la fin du XVIIIème et au début du XIXème siècle.

Mais dès la table des matières on découvre que le sujet sera traité par le petit bout de lorgnette - si je peux dire.... Ainsi les moines et leurs mignons, les dames du palais et leurs olibos, les domestiques abusé(e)s et abuseurs, les veuves  (joyeuses...), les courtisanes, les maisons de thé, les faucons, les nonnes, les maladies, la vie conjugale,... sont les thèmes abordés avec humour, sur le ton de la satire, qui posent un regard historique, géographique (le livre contient des cartes détaillées), et sociologique passionnant et extrêmement plaisant (héhé!...) sur ce qui - il faut bien le dire - est devenu un mythe au même titre que les estampes érotiques, je veux parler des mœurs libertines de l'époque, et ceci dans les couches sociales les plus diverses.

Autant d'anecdotes croustillantes sur des pratiques très codées  et très plaisamment évoquées.


Un exemple? ....
Déformation professionnelle, je me suis attardée sur des haïku qui traitent du papier de soie. J'ai appris que ce papier extrêmement doux et résistant, servait à la toilette intime post opera, mais aussi comme stérilet sous forme de boules mises en place in situ avant une relation sexuelle. Et tenu par la femme entre ses dents, ce papier servait aussi à atténuer les « sanglots » ("cris d'extase que lancent les femmes").


Voilà ce que cela peut donner....

 

Du papier-mouchoir

dans la bouche du haut et celle

du bas elle arrive



La délicieuse suite se trouve dans :


Haïku érotiques
Traduits du japonais et présentés par Jean Cholley

Edition Picquier poche (6€50)

 

Copyright © Arthémisia - janv 2009 

Avec : UTAMARU  - Shunga

Voir les commentaires

853 - Le Concert

Publié le par Arthémisia




-      "
 J’ai deux places pour un concert. A l’issue, il y a un petit apéritif dînatoire. Tu m’accompagnes ?"

Nous étions ensemble, dans le même groupe de travail depuis 3 jours et je ne l’avais pas vraiment remarqué ; il faut dire que d’autres moins discrets que lui, occupaient tout l’espace sonore.

Pourtant il était grand, le plus grand de tous, élégant, et classique, en costume sombre, alors que tous les autres avaient enfilé leur imparable jean. En fait, il dénotait presque.

Quatre ans d’école d’archi et un événement mystérieux qu’il l’avait fait abandonner cette voie. Déjà, c’était l’atypique du groupe.

Et moi, comme d’habitude, je m’étais laissé emporter par les événements, j'avais foncé tête la première dans le travail et l’avais zappé complètement.

Pourtant il s’était d’emblée installé à la table en face de moi. Tous les jours.

Et maintenant il était là, planté sur le trottoir, et me dévisageait des pieds à la tête, en attendant ma réponse à son invitation.

J’avais très froid.

Copyright © Arthémisia – Janvier 2009

 

Avec : Nicolas de STAËL – Le Concert - 1955

Voir les commentaires

852 - Titres, rien que titres (4)...

Publié le par Arthémisia

 

 

Le même ciel, du train

Le Dessein

Le Cabinet rouge


Les Blés couleur de peau


D'Amandes et de Nutella


L'Interdit


Copyright © Arthémisia - janv 2009 


Retrouver les autres "Titres, rien que titres" , et .

 

 


Avec
  : Jean Dominique INGRES - Paolo et Francesca

Voir les commentaires

851 - La Gourmandise

Publié le par Arthémisia


 

La pluie sucrée

augurait

du baiser enfantin,
volé.


Copyright © Arthémisia - janv 2009 

Voir les commentaires

850 - Tuer la mort

Publié le par Entité et Arthémisia

  

 

 

Le gris pleut sur la mer des angoisses.

La nuit disparait dans les vapeurs de ta nausée.

Ton esprit est étendu, brisé de fatigue.

D'étranges oiseaux de pierre dansent.

Des yeux t'épient ; tu t'enfonces dans ta terre.


Libéré de ton corps à l'espace attaché, ton âme vogue vers elle, puise à la fontaine
de sa vie la jouvence inespérée.

Sans qu'elle le sache, elle aura touché du bout des doigts, ce que tu ne peux saisir à pleines mains, l'espoir.


@ Entité


Son prénom est guerrier. Ils vont le savoir, ces monstrueux oiseaux qui tournoient sur tes terres. Elle a sorti son flingue. Préviens-les ; quand elle était petite, elle battait son père à la fête foraine sur les stands de tir. Dézinguer, elle va tous les dézinguer.
En faire des confettis d’or, qui bronzeront ton ciel.

Tu n’auras plus mal, ni au cœur, ni à l’âme. Jouir de sa mort, cela ne se fait pas. Tu dois être sérieux. Tu n'es  plus un enfant même si tu aimes le bercement des femmes.

Elle est  ton espoir ? Garde la bien. Il se peut que du bout de ses doigts elle tienne à toi bien plus que tu ne crois.

Regarde, il pleut de l’or. Les oiseaux gris sont morts. Et ces vapeurs ne sont plus que celles de ton cigare qui dansent sur son corps.

 

Copyright © Arthémisia - janv 2009 



Avec
: Tippi HEDREN dans le film Les Oiseaux d'Alfred HITCHCOCK

Voir les commentaires

849 - Vers le divin?

Publié le par Arthémisia


 

Peindre sans doute. Et écrire, ça va de soi. Lire aussi, beaucoup, quand chaque jour s'additionne aux autres en une dilution de fadeur, de froideur. Une noyade.


Peindre, écrire et lire pour trouver le relief, le grain, l'anecdote, l'histoire, et sortir du lisse, du lissé, du plat, du las. Du glas.


Peindre, écrire et lire pour avaler les parfums des fleurs brunes et des peaux carminées, des mers agitées et des vagues mousseuses, des ventres de sable chaud et d'écume. Peindre, écrire et lire pour voyager.


Peindre, écrire et lire pour s'en aller de soi, pour s'en aller des autres. Pour aller où on ne sait pas, où on ne se sait pas, pour toucher l'inconnu, le nouveau, le gigantesque étranger, l'étrange habitation sans murs, sans barreaux, sans adresse.


Peindre, écrire et lire pour le ravissement, le plaisir, la jouissance de n'être plus avec l'ici et le maintenant. Sortir, s'évader, et voler haut et bleu vers sa paix, vers le divin.

 

 

Copyright © Arthémisia - janv 2009 

Avec : Francis BACON - Crucifixion

 

Voir les commentaires

848 - Responsabilité

Publié le par Arthémisia

 


 

"On est responsable pour toujours de ce qu'on a apprivoisé."
 
 Antoine de SAINT EXUPERY
  - Le Petit Prince.


Avec : Luis Buñuel - Photo extraite du film Un Chien andalou

Voir les commentaires

847 - La Femme qui ne dort pas

Publié le par Arthémisia

Un voyage en train. Voilà la dernière suggestion de Juliette sur le blog Papier Libre.

 



Voilà deux heures qu'ils ont quitté la gare de T.

Tous les passagers somnolent.

Il y a seulement une femme qui ne dort pas.

Elle pourrait elle aussi vouloir échapper à l'odeur lourde du wagon mal aéré. Elle pourrait se laisser bercer par  le ronflement sourd de la machine sur les rails. Elle sait la négligence qu'elle met à feuilleter le livre qu'elle a dans les mains et pourrait l'abandonner vraiment.

Elle sait que le voyage sera long, que là-bas elle devra travailler, réfléchir, agir, discuter, convaincre.

Elle sait qu'elle aura froid, très froid mais qu'elle verra du Beau. Cela la rassure.

 

Non, elle ne dort pas. Elle ne veut pas dormir. Et pourtant ses yeux sont clos. Elle écoute son silence.


Dans le train pour A., il y a une femme qui prie.


Copyright © Arthémisia - janv 2009 


 

 

NB: Je pars quelque jours à A. et n'aurai pas accès au net. Je répondrai à vos comm. dès mon retour.

 

Avec : Edvard HOPPER- Compartiment C - Voiture 193 - 1938

Voir les commentaires

1 2 3 > >>