Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1635 - Madeleine

Publié le par Arthémisia

 

La-main-de-M.-dans-les-mains-de-M-JPG

 

 

Vientiane (Laos) 17/08/1924 - La Seyne sur mer 31/08/2012

Voir les commentaires

1634 - Leurs corps les sauveront-ils ? ( SF?)

Publié le par Arthémisia

http://2.bp.blogspot.com/-AJKk4d0A9K4/UFSleVlpjuI/AAAAAAAABA0/mAUxjQ2e8-M/s1600/Duchamp+-+La+mari%C3%A9e+mise+%C3%A0+nu.jpg

 

 

Ils s’étaient installés nus sur la terrasse, dans les chaises longues, espérant y trouver un peu de fraicheur. Il faisait si chaud depuis trois semaines.

Mais il n’y avait pas d’air et la lune – mais était-ce vraiment elle ? - toujours pleine et au milieu du ciel, semblait avoir grossi. A sa surface, on pouvait voir des veines bleuâtres, de ce bleu étrange des oscilloscopes de blocs opératoires.

Il était allé  leur chercher du lait mais quand il était revenu de la cuisine les deux verres à  la main, il avait la mine défaite :

- «  Léonard a changé de couleur ; il est bleu… »

Léonard, c’était leur poisson rouge.

 

Elle s’était précipitée. Ce ne fut pas la couleur du poisson qui l’étonna le plus : Léonard la regardait de ses yeux ronds et globuleux, comme aucun homme ne l’avait jamais fait. Léonard la matait ! Léonard se rinçait l’œil, un œil terriblement malsain.

 

Lui, il était resté debout, face au ciel, les coudes appuyés sur la balustrade, et les mains jointes, comme en prière.

Mais il ne croyait en aucun dieu et elle ne l’avait jamais vu prier.

 

Elle était retournée dans leur lit et s’était endormie.

Le jour se levait quand il l’avait rejointe. Il s’était collé contre son  dos et avait glissé son sexe entre ses fesses.

 

Leurs corps les sauveront-ils ?

 

© Arthémisia – août 2012

 

Avec : Le Grand verre ou La Mariée mise à nu par ses célibataires, même (1915/1923)

Marcel DUCHAMP

Musée d’Art de Philadelphie. 

Voir les commentaires

1633 - Qui...

Publié le par Arthémisia

 

http://leclownlyrique.files.wordpress.com/2010/05/duane-michals-who-am-i-1995.jpg?w=510&h=337

 

« Qui es-tu, toi, voyeur d’ombres ? »

Dylan THOMAS

 

(épigraphe du roman Villa triste de Patrick MODIANO)

 

 

Avec : Duane MICHALS – Who am I – 1995

Voir les commentaires

1632 - Solitude, kaléidoscope de l'âme...

Publié le par Arthémisia

 

Suzâme propose ce Textoésie (texte court qu'elle envoie par SMS):


Solitude, calice des silences ! Fief de chair !

Si tes meurtrissures nourrissent ton existence, c’est l’arc-en-ciel qui libère ton cœur de sa démesure.

Solitude, infini d’une prière ?

 

   

Voici ma réponse :

 

Vers la Seule, toutes les mains se tendent.

Elle attrape l'Orange, la juteuse, la solaire, celle qui se couche à l'ouest après avoir fermé la porte sur un autre silence.

A deux.

 

© Arthémisia – Août 2012

Voir les commentaires