Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1699 - Between the lines

Publié le par Arthémisia

La porte est lourde. Elle se referme derrière moi dans un bruit sourd.

La pièce n’est pas très grande, trapézoïdale. Mais très haute. Et sans lumière.

Quelques personnes, des ombres se tiennent de l’autre côté.

Je m’adosse à un mur. Il fait froid. Il est froid. J’essaie de coller le maximum de mon corps sur ce mur, de ne pas creuser les reins, d’étaler mes omoplates, d’étendre mes bras à plat. J’ai laissé tomber mon sac au sol.

J’ai envie de m’accroupir. De m’asseoir par terre. Pourquoi je ne le fais pas ? Quelle peur ? Je l’ignore.

J’ai entendu le bruit sépulcral de la porte.

Deux ou trois ombres sortent. D’autres rentrent. Elles ne m’intéressent pas. Je sais seulement qu’elles sont là. Elles aussi collées contre les murs.

Mon souffle m’occupe. Mon ventre m’occupe.

Plus que les bruits amortis de la rue qui sourdent par la minuscule fente lumineuse là-haut, tout là-haut.

Il va falloir sortir. Je vais prendre froid.

 

Arthémisia © juillet 2013

 

Avec : Daniel Libeskind - Intérieur de la Tour de l’Holocauste Between the lines (autrement et mal nommé le Musée Juif) – Berlin

Photo de

Voir les commentaires

1698 - Petit voyage...

Publié le par Arthémisia

Portez vous bien....

Voir les commentaires

1697 - Titres, rien que titres (7)

Publié le par Arthémisia

  • Us et coutumes du tamanoir d’Europe occidentale 
  • Pourquoi ne faut-il pas peindre le plafond de la chambre en parme ? 
  • 32 – 9 – 6
  • Un cas clinique : l’addiction au Sancerre 
  • Il ne savait compter que jusqu’à 68 
  • The gap
  • Je ne téléphonerai pas 

 

Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existantes ou ayant existé est totalement souhaitée.

 

Retrouver les autres "Titres, rien que titres"  , , , , et .

Voir les commentaires

1696 - Belles larmes

Publié le par Arthémisia

Voir les commentaires

1695 - Le Soleil noir

Publié le par Arthémisia

Je ne partirai pas. La déception est grande.

Je resterai dans cet espace si riche, si lourd. A quai.

Et pourtant : j’y ai fondu, dans tes yeux. Je m’y suis laissée surprendre par l’ondée.

Aujourd’hui, quelle voix puis-je entendre ? Mon cœur même fait silence.

Tout est éteint.

Prenons soin de nous. Et de nos chers.

Il pleut un soleil noir.

 

© Arthémisia – juillet 2013-07-14

Avec : Odilon REDON – Le Soleil noir – 1900

Huile sur carton – Moma – New York

Voir les commentaires

1694 - A(d)venir

Publié le par Arthémisia

 

 

Pouvons-nous atteindre la révélation dans l’obscurité et le silence ? L’invisibilité conduit-elle à l’épiphanie ?

Le compagnonnage, le partage, la séduction nous l’interdisent-ils ? Sont-ils des obstacles à notre avènement ? Faut-il le retrait pour (l’)être ?

 

© Arthémisia – juillet 2013

 

 

Avec : Eleven A.M. – Edward Hopper

Voir les commentaires