Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1043 - L'Intime éclairé

Publié le par Arthémisia

 

Pour Papier libre sur une idée de Juliette  : L’armoire aux secrets







Au jour du grand Amour, elle t’ouvrira sa porte.

Celle des coquilles nacrées, des traces, des empreintes, des pierres rondes des chemins et de leur lourde histoire.


Celle des fleurs séchées, des tiges entre les pages, des cahiers de verdure qu’il l’aidait à nommer.

Celles des timbres qui voyagent au cœur de la chambre blanche, en rangées dentelées. Papa, où es tu donc ?

Celle des citations, copiées et recopiées, ces mots d’Art et d’Amour, ces grands A dans la marge des moleskines usées.

Celles des livres modestes et petits mais trop grands, trop précieux pour les laisser flirter avec les pages viles et qu’elle fait oiseaux aux volières de son Beau.

Celle de ses larmes nues, et de ses rires d’enfant, celles de sa peau appeau et de ses mains émues.

Et toi tu rentreras, curieux de son secret et aimeras son intime, si soudain éclairé.

 

Copyright © Arthémisia – oct.09


 Avec : Les cages aux livres.

Copyright © Arthémisia – oct.09

Commenter cet article

dju770 21/10/2009 21:47


L'armoire aux secrets, grenier à souvenirs ?


Arthémisia 21/10/2009 22:31



Grenier de vie, d'amour(s)...au singulier et au pluriel.



Renard 20/10/2009 03:32


Ouvrir l'armoire aux secrets, aux souvenirs... 
Il en faut une grande force d'amour pour ouvrir tout grand cette porte là...
Tu l'as si bien fait, ouvrant toi même les livres, défaisant les noeuds qui attachent ensemble fleurs et lettres.... racontant les paysages pierres ou coquillages...
Très beau texte Artémisia 


Arthémisia 20/10/2009 06:08



A celui qui vient authentiquement, le dire est dû.



catherine 19/10/2009 15:14


En relisant, je me demande si je ne suis pas à côté du sujet et du débat...la consigne de Juliette me plaît beaucoup...je m'en vais y réfléchir...
rebises


Arthémisia 19/10/2009 21:30



Tu n'es pas à côté du sujet car "l'armoire à secret" c'est surtout le reflet d'une construction, d'un parcours.
Jusqu'à la mort parfois; jusqu'à la mémoire.
rebises



catherine 19/10/2009 15:12


ça me fait penser à quelques mots de Bobin (encore lui)que je viens de lire..
En parlant de Guislaine (son grand amour, la plus que vive et qui est morte), il dit...
"je me demande où tu es...la terre, une tombe, un cimetière...ça ne me suffit pas comme réponse" et c'est vrai qu'il ya un corps qui disparaît mais qu'il y a aussi une âme qui poursuit le voyage ,
une âme que nous retrouverons peut-être..peut-être pas...
j'avais envie de mettre sur mon blog art et foi cette autre phrase de Bobin qui me va comme un gant..."j'espère parfois la mort comme un enfant de 5 ans pressé d'ouvrir ses cadeaux de Noêl avant
l'heure" mais c'est encore un truc très politiquement incorrect...
Bises et belle journée à toi qui ne sait quoi faire...(les taoîstes disent ...ne fais rien)


Arthémisia 19/10/2009 21:28



La mémoire fait aussi partie de la mort, Catherine.
Et heureusement.
Et si je ne sais que faire, c'est bien face à une situation particulière que j'ai du mal à investiguer franchement. Balance jusqu'au bout des pattes!
Bises de pas taoiste mais qui dans l'attente, ne fait rien!
Arthi



Ut 19/10/2009 15:01


Ce texte m'émeut. J'en connais tellement ta force!
Je ne veux rien en dire: juste le lire et le relire.
Baisers mon Arthi.


Arthémisia 19/10/2009 21:18



Je ne sais me cacher.
bises
Arthi (qui vient à peine de rentrer du boulot!)



laurence 19/10/2009 09:17


Deux regards différents et complémentaires:"La voix humaine"http://laurenceg-danse.blogspot.com/


Arthémisia 19/10/2009 12:24



Sur l'intime?
Je te promets de passer chez toi quand j'aurai un peu plus de temps : ma semaine est totalement over-blookée.
Merci de ta visite, laurence.
Arthémisia



Stellamaris 19/10/2009 04:54


Il y a beaucoup d'émotion dans cette armoire aux secrets, une profonde beauté ... Toute mon amitié, bises.


Arthémisia 19/10/2009 12:18



Armoire, cage de vie. Une vie d'engrangement, de papiers, de mots et de pensées, conservés pour se réchauffer.