Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1097 - De Vague et de vent

Publié le par Arthémisia


http://www.rmn.fr/gustavecourbet/02parcours/img/11.jpg

 

Ne renonce pas à ton paysage souterrain

A ta pensée saignante,

Aux palpitations de ton monde.

 

Quand la vague te portera,

Quand le vent te poussera,

Abandonne-toi !

 

Ils sont ton corps créateur,

Ton corps parlant.

 

Ne renonce pas à toi.

 

 

© Arthémisia – janv.10

Merci Ut pour ton mot inspirant... 

Avec : Gustave COURBET – La Vague
1869
112 x 144 cm
huile sur toile
Berlin, Nationalgalerie

Commenter cet article

tilk 14/01/2010 16:18


une bien belle manière de s'encourager
j'aime bcp ce poème
besos
tilk


Arthémisia 14/01/2010 16:21



Parce qu'il le faut souvent, quand dehors il pleut et qu'on a le coeur vide.
Bisous
A.



bleu virus 13/01/2010 21:31


Mais si cela vient de la ta propre coompréhension , ce n'est pas de la gràce mais bien de l'élévation au sens spirituel; du terme du style ne renoncez pas à l'amour mais
comprenez ce qui se cache derrère ce mot (son sens profond) et renoncez aux chimères !!!


Arthémisia 13/01/2010 22:33



Les chimères je leur coupe la tête!
Mais je ne veux surtout pas me refuser à moi-même. D'autres s'en sont déjà tellement bien chargé.



bleu virus 13/01/2010 21:13


Renoncer c'est peut être aussi acceder a autre chose en soi il faudrait pour cela que ce renoncement n'en soi pas un mais juste une étape jusqu'à l'illumination.


Arthémisia 13/01/2010 21:14



La grâce intérieure!!!! On ne me la fait plus celle-là , Virus!



Stellamaris 12/01/2010 21:13


Magnifique ! Bises.


Arthémisia 12/01/2010 21:18



d'arriver à se laisser partir, oui...
Bises
Stellamaris



châtaigne 12/01/2010 18:51


C'est une déferlante à laquelle rien ne résiste!


Arthémisia 12/01/2010 18:55



J'espère!



Métastable 12/01/2010 17:19


J'y ai pourtant renoncé si souvent
La peur, la morale,
Comme une voile qui retient le vent
Comme le brise-lames casse le rêve du large
J'ai aimé mal, à contre-courant
Evitant que mon coeur s'étale
Oui, si souvent je me mens,
Comme un enfant écrit dans la marge,
Si souvent.


Arthémisia 12/01/2010 17:34



Merci de la confiance de tes mots.
Je crois que malheureusement on a tous fait cela un jour ou l'autre mais qu'il arrive un moment où le trop plein de cruauté, les trahisons et les calomnies, deviennent intolérables. Alors on
roule pour soi.On se roule dans la vague et on est ...BIEN!
Je t'embrasse.
Arthi



juliette 12/01/2010 10:00


Toile fascinante, troublante et tes mots la font vivre
Bisous


Arthémisia 12/01/2010 10:53



Sujet très difficile à traiter en peinture tant l'apport du blanc peut devenir pesant.
Comme dans la vie, en fait.
Bises
A.



Ut 12/01/2010 08:53


Sourire.... Je la voudrais bleue et rouge et couverte d'écume rutilante, cette vague!
Je te la voudrais violente, sublime et intarissable!
Je te la voudrais Maintenant!


Arthémisia 12/01/2010 10:52



Merci, Ut : Elle n'est pas loin...



Semeuse 12/01/2010 06:12


Je connais bien !! Bises !


Arthémisia 12/01/2010 06:28



Ouf! Je ne suis pas seule!
...Et le dire renforce la motivation!
Bises



Semeuse 12/01/2010 05:58


Il faut de temps en temps s'auto exhorter spa?


Arthémisia 12/01/2010 06:02



Très bien vu!