Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1120 - Mélancolie

Publié le par Arthémisia


MALLET-STEVENS---cabinet-de-toilette-MONDRIAN---villa-de-No.jpg

 

Soudain, les jambes se dérobent.

Les yeux s’embuent.

Il faut s’asseoir sur les toilettes, malgré tout.

Et l’odeur, l’odeur d’eau de Javel si prégnante, si écoeurante…

Il s’agit de respirer pourtant.

Et d’aller dans son secret, bouger comme tous les autres, avec tous les autres, traîner l’opaque enténébré de sa lourde mélancolie.

Et hop ! 3 séries de 8, les yeux fermés.

Ca va passer, ça va passer…

 

© Arthémisia – fév.10

 

Avec : Le Cabinet de toilette MONDRIAN de la Villa de NOAILLES

Architecte : Robert MALLET STEVENS.

 

Commenter cet article

O. 12/02/2010 22:02


la lourde mélancolie qui nous rend la vie si pesante, on la cache dans les petits coins


Arthémisia 12/02/2010 22:06



Ce fut même une très grosse angoisse ce jour là...



Ut 10/02/2010 08:42


Oui, oui, les larmes du corps soulagent celles de l'âme : elles l'extériorisent et permettent de mettre un nom, des mots... on ne sait pas faire sans le tangible...


Arthémisia 10/02/2010 08:55



Je le crois d'autant que cela me rassure sur l'hermétisme de ma pensée (ha!ha!ha!)



Ut 10/02/2010 07:48


L'âme qui pleure le corps en souffrance... et trois petits ma Belle! Et c'est pour toi, rien que pour Toi!!!!.... Fonce!


Arthémisia 10/02/2010 08:33



Je ne crois pas que c'était cela mais plutôt l'âme qui pleurait et le corps qui voulait faire comme elle, histoire de ne pas la laisser toute seule peut-être
ou bien en espérant la soulager.
Comme si les larmes du corps pouvaient compenser celle de l'âme...3 petits et hop c'est reparti pour un tour!



Renard 10/02/2010 00:45


La fameuse méthode Couet quoi... mais elle ne marche pas à tous les coups malheureusement..
Bises à toi 


Arthémisia 10/02/2010 08:29



Ce fut cela en quelque sorte ou comment se donner une raison quelque peu ridicule de poursuivre le chemin.
Mais en écrivant cela je ne demande si toutes les raisons ne sont pas parfaitement ridicules...