Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1122 - Savoir nager

Publié le par Arthémisia

 

En réponse à la dernière sollicitation de Juliette sur Papier libre …utiliser les 4 mots

…l’océan des  jours…

 

 


http://www.metmuseum.org/toah/images/h2/h2_43.87.23.jpg

 

Il y eut un temps sans temps, le temps des malices et des cotillons multicolores, grains de féminité cachés au fond des tiroirs secrets.


Il y eut un temps qui ruisselait sur les joues et sautait dans les flaques en riant. Enfants.


Il y eut un temps pétillant et empourpré, couleur de fruits rouges, écrasés, de peau mordue, de confiance murmurée.


Et puis fut le temps des éclairs volés, des yeux buveurs de vie, cul sec. A ta santé !


 

Aujourd’hui, il n’y a que l’océan des jours.

Alors, savoir nager.


© Arthémisia – fév. 10

 

 

Avec : Thomas Eakins et J. Laurie Wallace sur le rivage – Thomas EAKINS –

1883 -  photographie au platine - (25.5 x 20.4 cm)

 

Commenter cet article

Peau d'âme 15/02/2010 11:44


il en faut des jours, pour apprendre a nager... alors  simplement se laisser porter par les vagues.


Arthémisia 15/02/2010 11:49



Je ne sais nager  que dans les mers chahutées. Le plat me saoule.



laurence 14/02/2010 21:33



Alors oui s'y jeter dans l'océan des jours à la recherche d'un pont ou d'une digue
d'une main amie dont simplement des yeux dans leurs lueurs frafiles feront s'illuminer la nuit juste au dessus



Arthémisia 14/02/2010 21:35



Je te souhaite de les avoir trouver car la nage est un sport complet mais épuisant.



fbd 14/02/2010 19:07


L'océan des années, l'écume des jours…


Arthémisia 14/02/2010 19:08



Il y a de ce non -relief.



châtaigne 14/02/2010 19:00


C'est dur d'être ou de vouloir rester chacun en soi. C'est sans échappatoire! alors!


Arthémisia 14/02/2010 19:05



Ce qui est dur c'est de ne pas avoir d'autres possibilités d'accrochage.



châtaigne 14/02/2010 13:59



Sur cette photo ,avec ces yeux baissés  sur d'inexistants coquillages, on sait qu'il n'y a pas d'océan devant...et ces hommes absorbés par...?ne semblent pas souffrir du passage des jours
sur leur corps.



Arthémisia 14/02/2010 15:53



Ils cherchent, ils cherchent où aller, s'interrogent sur les 2/3 supérieurs blancs qui ne sont qu'une vastitude inquiétante parce que plate et sans accroche
possible. Ils baissent les yeux vers leurs pieds refusant cette immensité dans laquelle leur empreinte ne se posera pas.
Ils cherchent en eux ce que le "devant", le demain, ne peut leur offrir.



erellwen 13/02/2010 22:13


Comme c'est juste, et subtilement écrit!

Je ne me plains pas de la nage: caresse permanente si l'onsait y être attentif...

Bisous frais et iodés en eau céans!


Arthémisia 13/02/2010 22:21



Je ne me plains pas de l'océan, des mers, des vagues et des écumes. Comme je les remercie! Ils m'ont porté et emporté le meilleur de ma vie, créant
la vie.

Je me plains de la vastitude infinie et plate qui en est venue, par la suite et de mon devoir de nage lui aussi infini, enfin jusqu'à ma fin.
Bisous méditerranéens.



Servanne 13/02/2010 10:37


J'adore tes mots là Arthi et la photo choisie !

Oui allez, santé ! On essaiera de n'pas couler ...

jusqu'à la lie et même lalilala ... !

Attrape ce bisou au vol de jour !



Arthémisia 13/02/2010 10:51



J'attrape ton bisou faute de ne pas pouvoir rattraper les premiers mots de l'histoire...
Bises à toi aussi Belle Servanne.



Stellamaris 13/02/2010 09:20


Les images sont superbes ... Celles du texte, je veux dire ! Bises.


Arthémisia 13/02/2010 09:40



Merci. Mais je ne renie pas pour autant les photos d'Eakins à mon sens bien meilleur photographe que peintre. Et qu'on ne me dise pas que le sujet y est pour
quelque chose!!!
Bises
Arthi



châtaigne 12/02/2010 18:55


L'océan n'est jamais le même dans son infini, alors l'océan des jours est tout de même riche d'inattendu et de révélations dans sa cruelle finitude.


Arthémisia 12/02/2010 18:59



Pour celui qui nage depuis trop longtemps l'océan n'est que l'océan. Il ne se détaille plus. Il ne fait que peser.



marlou 12/02/2010 12:13


Eh oui. tout s'egalise dans la monotonie de cet ocean...


Arthémisia 12/02/2010 14:11



Un jour, toutes les vagues se ressemblent.



tilk 12/02/2010 01:11


savoir ajuster sa nage aux courants
besos
tilk

que c'est bien écrit...


Arthémisia 12/02/2010 07:54



Dans l'océan des jours, aucun ne se détache. Egaux, ils se ressemblent tous, ni plus calmes, ni plus tumultueux que les autres. Ils n'ont plus de saveur,
d'écume, de sourire. Ils se suivent, s'accumulent et aucune nage (rage?)  ne peut les contrarier, leur donner le goût des amours perdues.

Bises
Arthi