Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1126 - Ton Cinéma

Publié le par Arthémisia


http://chantepeint.midiblogs.com/media/01/01/640202031.JPG

 

Te souviens-tu qui de nous deux a dit un jour à l’autre :

"Si tu sautes, appelle-moi ; je sauterai avec toi " ? *

 

On avait ri. Comme on rit quand on sait qu’on s’est compris.

 

Le plus drôle, c’est qu’aujourd’hui, je la crois cette phrase là.

Mais il faut que tu saches que dix neuf étages, ça ne pardonne pas et que les hommes qui volent n’existent qu’au cinéma.

Ton cinéma.

 

 

*  Pour la phrase, je crois bien que c’est moi.

 

© Arthémisia – fév.10

 

Avec : Vue du Fort d’Antibes - Nicolas de STAËL

Commenter cet article

michelgonnet 20/02/2010 22:26


Rires ...

Non bien sûr ... simplement pour la chute !


Arthémisia 20/02/2010 22:30


Moi elle me fait rire...jaune.


michelgonnet 20/02/2010 18:02


J' a-d-o-r-e ! (éclats de rires)

Merci.


Arthémisia 20/02/2010 20:53



...le cinéma?



marlou 20/02/2010 13:13


La complicite donne des ailes aux etres et aux mots...
J'aime ces mots magiques !


Arthémisia 20/02/2010 13:56



Moi j'aime la complicité. Les mots ne sont que des accessoires parfois utiles mais pas obligatoires.
Merci d'aimer et de le dire si spontanément!



Servanne 20/02/2010 09:53


Oui, texte grave au fond ... de "l'haut" ... Les mots qui plombent, les mots qui allègent ... Parfois, on garde de ces phrases des années durant, quelle perte de temps, illusion quand tu nous fais
vivre ...

Bisous à la vol-tige !


Arthémisia 20/02/2010 10:57



Je crois que parfois pourtant il vaut mieux garder ces phrases longtemps en soi (ou entre soi) et ne pas les mettre en acte.
A moins qu'il ne nous reste plus que ça pour nous sentir vivants.

Bisous
Arthi



O. 20/02/2010 09:16


OUI ma belle, tu as raison, s'envoler à deux... mais sans retomber... difficile


As-tu rendu visite à "en-resonnances (voir ci-dessus) une visite amicale me ferait plaisir
Bisoux


Arthémisia 20/02/2010 10:55



Ou retomber sur ses 2 pattes....

Oui je suis passée chez en resonnances... sans laisser de comm.
Dslée.
Bises
A.



fransua 19/02/2010 19:43


c'est le genre de phrase qui tue !


Arthémisia 19/02/2010 20:31



Il(tout) va bien : merci!



catherine 19/02/2010 11:30


Misère...
Je vais me fâcher...
Je vais te mordre...
500gr Arthi, je te préviens!!!!!

19 étages maintenant....
Et si tu m'écoutais de temps en temps...

Je te fais quand même un gros gros bisou..même si je devrais plutôt te mordre!


Arthémisia 19/02/2010 12:45



Be quiet, Catherine. It was just a joke, a very funny joke....
T'inquiète pas : j'ai bien attaché mon parachute.
Quant à mordre, tu sais que tu peux m'enlever un morceau de fesse ...mais attends un peu car j'ai déjà quelques courbatures du cours de gym d'hier soir!
Bises
Arthi



tilk 19/02/2010 11:09


j'aime bcp cette manière de présenter les choses
car dérrière cette phrase il y a bcp de choses
on sent l'engagement (et pas n'importe lequel...)
on sent aussi le poids des mots...peut on les dire à la légère ?
et surtout on sent une grande histoire dérrière..
besos
tilk


Arthémisia 19/02/2010 12:42



Ils furent peut-être dits à la légère mais prirent un poids énorme dès qu'ils le furent. Le poids qui nous fit sourire justement.

L'histoire est celle d'une rencontre, de l'ordre de celles qui arrivent trop tard (mais peut-être qu'il vaut mieux?), de celle de 2 personnes en mal de vivre qui parviennent encore à
plaisanter de la mort pour mieux tenir le coup.
Je ne sais pas si je la dirai grande, cette rencontre. La complicité l'est, et cela est déjà grand, oui, là tu as raison.
Bisous
Arthi



O. 19/02/2010 09:41


C'est une décision qu'on ne prend pas à deux, rarement, par défit peut-être.
Et puis sauter dans le port d'Antibes, ne me paraît pas vraiment radical.

Bisous


Arthémisia 19/02/2010 09:52



En dehors du geste fatal, j'ai voulu parler de la puissance des mots, de ce qu'ils ont comme force pour rapprocher les êtres ou...les éloigner, de leur
dangerosité aussi. On plaisante et pourtant derrière les rires se cachent parfois une terrible profondeur.

Et puis tu sais, O. , bien au-delà du défit, être à deux, en amitié comme en amour, ça permet de s'envoler...

Bisous
Arthi