Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1127 - Dans la forêt des songes

Publié le par Arthémisia

 

En réponse à la dernière sollicitation de Juliette sur Papier Libre…une balade dans la forêt des songes….

 

 

 http://www.repro-tableaux.com/kunst/gustav_klimt/birkenwald.jpg

 

Tout autour : des troncs. Lisses et presque tout blancs. Des bouleaux probablement. Très serrés.

On ne voit ni branches, ni feuillages.

Pas de ciel, ni de terre non plus.

Seulement des troncs, colonnes végétales étroites et infinies. Des poteaux.

Et si peu d’espace entre eux qu’on ne peut avancer.

On regarde autour de soi. On se retourne complètement ; le spectacle est le même : on est cerné de barreaux blancs.

On s’approche. On regarde tout près, là, le cœur qui est gravé dans ce tronc, le premier.

Deux initiales, la notre et…

On n’en sortira pas. On ne peut s’échapper.

C’est qu’on a dû rêver.

 

© Arthémisia – fév.10

Avec : Gustav KLIMT – Forêt de bouleaux en automne.

Commenter cet article

châtaigne 26/02/2010 18:25


Main dans la main
prenons le chemin
main dans la main
aimons-nous demain
aimons sans lendemain


Arthémisia 27/02/2010 02:05



Nous sommes dans le vrai.



laure K 25/02/2010 23:40


ô ! j' aimerai pareille représentation au-dessus de ma couche, elle m'inspire un doux songe cette forêt a(rthé)mie.


Arthémisia 26/02/2010 07:27



comme quoi, d'une lecture à l'autre...Moi elle m'angoisse beaucoup.



fransua 25/02/2010 20:35


un rêve d'amour écrit sur l'écorce du temps, comment ne pas se sentir piégé et comment vouloir en échapper ?


Arthémisia 25/02/2010 21:21



Simplement se sentir touchée, marquée...de manière durable.



tilk 23/02/2010 00:04


j'adore...parfois a mon travail au milieu de la forêt j'éprouve ce sentiment
besos
tilk


Arthémisia 23/02/2010 06:00



... d'enfermement?



châtaigne 22/02/2010 18:59


Garder confiance dans l'inextricable..un rai de lumière..et la clairière ou la lisière.


Arthémisia 22/02/2010 19:06



"...Dans la forêt, il y a des chemins qui, le plus souvent encombrés de brouissailles, s'arrêtent soudain dans le non-frayé.
On les appelle des Holzwege.
(...)
Bûcherons et forstiers s'y connaissent en chemins. Ils avent ce que veut dire : être sur un Holzweg, sur un chemin qui ne mène nulle part."
Martin HEIDEGGERChemins qui ne mènent nulle part.
Alors oui, probablement la lumière, l'inexplicable clarté.



marlou 22/02/2010 15:23


Etrange et envoutant


Arthémisia 22/02/2010 17:33



Envoutant. Oui, sous la voute des arbres qu'est ce que je vaux?



nora 22/02/2010 15:18


Prison végétale, prison mentale...



Arbres


d’une forêt primitive


sondant la terre


fléchant le ciel


chemins de boues et de creux


broussailleux


toujours étroit et sinueux.



Arthémisia 22/02/2010 17:31



L'enfermement dans l'enfer vert me semble pire que celui dans l'enfer fer car il donne l'illusion d'un échappement.

Merci pour tes chemins ...Nora.



laurence 22/02/2010 11:03



Blancs argents
  1000 lunes
 et les troncs qui desquament
ma forêt de bouleaux
quand le regard se perd
je te prends à 2 mains 
et me hisse bien haut 
pour voir le ciel
 
 

 



Arthémisia 22/02/2010 11:20



Cette idée d'un blanc argent qui nous fait voir le ciel, complète bien ma pensée, ce matin.
Merci Laurence pour cette subtile évocation de l'âge.