Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1149 - La Campagne odorante

Publié le par Arthémisia

 

Ombres-0001-.jpg


Que de chemins parcourus,

Au creux de tes ornières

Où poussaient tes parfums

D’obscur et de lumière

Derrière tes regards clos ou

Tes yeux grand ouverts...

 

© Arthémisia – mars 10

 

Avec : photo © Michel GONNET

que je remercie

Commenter cet article

gicerilla 30/03/2010 07:51


Amusant cette sensation ressentie de multiples fois, d'avoir déjà lu ici ces mots-là ! Il se peut que cela soit dû à votre plume et à son style particulier. Il se peut que j'en ai rêvé et que je
confonds rêve et réalité. Il se peut...


Arthémisia 30/03/2010 17:41



Ma plume se répèterait-elle? Parce que pour ce qui est de ma vie ça sent plutôt néant.



gballand 30/03/2010 07:34


Joli "tes parfums d'obscur et de lumière"...


Arthémisia 30/03/2010 17:39



J'ai souhaité une image carvagesque!



laure K 29/03/2010 22:05


rafraichissante, je voulais ajouter - merci Arthémisia


Arthémisia 29/03/2010 22:08



J'espère. Je la veux revivifiante!
Belle soirée, Laure K



laure K 29/03/2010 22:04


limpide poésie liquide ... eau de source ...


Arthémisia 29/03/2010 22:07



Eau de vie.



juliette 29/03/2010 17:37


Bel hommage à Michel
Se perdre dans ces ornières odorantes


Arthémisia 29/03/2010 17:42



Le printemps semblant enfin arriver, on a tous envie d'aller prendre l'air!



Poete enrage 29/03/2010 17:25


Mais il y a un chemin dur devant


Arthémisia 29/03/2010 17:32



Tu peux préciser?
Je pense à tant de choses. 



joruri 29/03/2010 11:43


Vin, vous avez dit vin ? 
Aujourd'hui mon âme est plus légère qu'un rayon de lune !
Alors je veux écrire des bijoux de perle et des diamants de sourires.
Je vous AIME !!!
Parce que vous vivez, respirez, soufrez, aimez, je vous aime !!!!


Arthémisia 29/03/2010 11:48



et moi donc!!!!
A ta santé et à celles que tous ceux qui vivent, respirent, souffrent, aiment et aiment encore....



joruri 29/03/2010 11:08


Une silhouette, l'allant d'une main,
à la croisée des regards, sous une pincée de feuilles que froisse
une pensée de zéphyr, une ombre vêtue joyeusement de cheveux roux,
Une seule larme en échange de toute la beauté du monde.


Arthémisia 29/03/2010 11:13



LA Larme.
Cela me fait penser à un bijou que portait une James Bond girl dans je ne sais plus quel film de la saga et qui s'appelait " Les larmes d'Allah"...
Divin, vous avez dit divin?



Ut 29/03/2010 11:05


Sourire... oui, "Corps et âme", c'est bien ça!
HEIDEGGER me plaît bien! :)
Je vais te dire ce que m'a apporté le quelque chose de Philippeaux : une communion avec Ta connaissance. Seule, je l'aurai ri ; comme a joke. Ce sont tes choses à toi qui m'ont menée vraiment à
lui, au travers de mon rire à moi.
Voilà pourquoi il ne faut jamais aller seul aux expos ;)


Arthémisia 29/03/2010 11:12



Et pourtant j'en ai visitées tant seule...;
Snif...
Merci de ta vision à toi aussi; l'échange est fructueux, fructifiant, et juteux dans les 2 sens. Et même à rebours ! (et je ne fais qu'une allusion voilée à HUYSMANS !!!)



joruri 29/03/2010 10:26


Un soupir si fort qu'il soulève les draps.
Comment ne pas se blottir contre le parfum de l'aimé(e)
et trembler comme la feuille nouvelle-née d'un matin de mai ?



Arthémisia 29/03/2010 10:30



La  communion des sens est aussi naissance, voire renaissance et même connaissance.



Ut 29/03/2010 09:35


Justement, la notion de Plaisir! Comme ce mot colle à l'art!
Je n'ai eu aucun plaisir devant (pas dedans, justement!) les oeuvres de Philippeaux.... Mais je comprends ton plaisir intellectuel à toi, toujours assoiffée de savoir... Moi je me contente de
ressentis, du subjectif ; c'est toute la différence entre nous, et c'est pour ça que notre langage propre est compris et enrichi de l'une à l'autre


Arthémisia 29/03/2010 09:42



Mais cela tient probablement au fait que nos plaisirs sont différents à un moment et dans un lieu précis ....l'un n'excluant pas l'autre off course!!!! Ici ça
s'appelle "corps et âme"...je te le rappelle !
Et je ne te crois pas du tout cantonnée dans ton ressenti. Reconnais que ces oeuvres qui ne t'ont pas procuré de plaisir (celui que toi tu attends d'une oeuvre) , t'ont apporté quelque
chose d'autre. Comment appelles-tu ce quelque chose? Pourquoi n'es tu pas partie comme moi à l'écoute des Schtroumpfs vendredi soir? C'est bien qu'il y avait un
truc...


ps : Mon Dieu ce matin c'est RDV divan?

Voici une citation que j'avais retenue dans un de mes cahiers quand j'ai lu Les Chemins qui ne mènent nulle part de HEIDEGGER. Je la livre à ta réflexion:

 


 


"On expédie les œuvres d’Art comme le charbon de la Ruhr ou les troncs d’arbres de la Forêt Noire. Les hymnes d’Hölderlin étaient pendant la guerre, emballés
dans le sac du soldat comme les brosses et les cigares. Les quatuors de Beethoven s’accumulent dans les réserves des maisons d’édition comme les pommes de terres dans une cave. Toutes les
œuvres sont des choses par certains côtés.


L’œuvre d’Art est bien une chose, chose amenée à sa définition, mais elle dit encore quelque chose d’autre que la chose qui n’est qu’une chose : allo
agorenei. L’œuvre communique publiquement autre chose, elle nous révèle autre chose, elle est allégorie."


 


Martin HEIDEGGER – Les chemins qui ne mènent nulle par






Ut 29/03/2010 08:52


Entièrement de ton avis ; de tes avis : de tes réponses.
Mais la valeur d'une chose est différente de la valeur d'une oeuvre d'art : l'oeuvre d'art doit parler à notre Beau, à notre sublime... ce qu'elle ne fait plus toujours.... et alors elle devient
chose ; au mieux langage.... (Philippeaux:))
Bisous Belle.


Arthémisia 29/03/2010 09:05



Pas sur que l'oeuvre d'Art doive systématiquement parler de Beau au sens esthétique ou pire rétinien (je veux dire plaisant à l'oeil) . Ni que si elle ne
le fait pas elle devient chose. "C'est le monde des mots qui fait le monde des choses " disait LACAN...autant dire que c'est nous qui attribuons cette qualité de chose à tel ou
tel objet, qui réifions ou icônisons telle ou telle objet.
Les oeuvres de PHILIPPEAUX comme elles se donnent à nous,  ne sont pas des choses, ni seulement du langage. Elles  ne sont pas que des toiles, ni que des mots. Pour moi elles sont du
sens. ( Un peu à la manière d'un livre qui n'est pas que du papier ni que des mots). Elles ont du sens. C'est bien ce qui me les rend attractives malgré leur facture plastique qui me déplait.
Leur Beau est bien au-delà du plaisir d'un sens (visuel), ou même du plaisir tout court: il est dans le fait qu'il m'interroge et donc me fait grandir. Visuellement ses oeuvres sont laides,
réfrigérantes même. Mais intellectuellement (mais ce mot est bien trop prétentieux!), disons, socialement, elles sont belles.
Oups...ce matin je suis obligée de faire fonctionner mes neurones!!!



Stellamaris 29/03/2010 08:08


 Très beau, très poétique ... Toute mon amitié.


Arthémisia 29/03/2010 08:41



Juste une petite promenade en souvenirs.
Amicalement
Arthi



Ut 29/03/2010 08:01


La cOmpagne odorante... à rapprocher, toute ta poésie mise à part, (et inclue aussi : ta poésie est un langage qui parle) de la discussion du lien de Francis. Belle leçon d'humilité envers l'art ou
les artistes....
J'ai toujours rêvé d'expositions anonymes.....
Tout ceci est un régal au réveil!!!!


Arthémisia 29/03/2010 08:39



Je souris car tu retiens les mêmes phrases que moi!!!! (un langage qui parle).
Je crois que l'humilité est difficile aux artistes : c'est comme si tu leur demandais d'accoucher sous X.
Et pourtant leurs noms ne font pas le Beau (enfin ne devrait pas le faire!) : pense au tableau en hommage à SOULAGES de PHILIPPEAUX que nous avons vu hier et d'ailleurs à ceux en hommage à
DUCHAMP aussi : cet artiste a bien compris (et DUCHAMP bien avant lui aussi) ce qui fait la valeur d'une chose: ce n'est rien d'autre que la valeur que nous lui accordons (c'est le principe même
de la "Fontaine" de ce sacré Marcel (désolée de cette familiarité : on est pote depuis longtemps!)



francis 29/03/2010 07:27


que de...mots

http://www.dailymotion.com/video/x4rxcq_entendre-heidegger-05-culture-et-la_news


Arthémisia 29/03/2010 08:30



Mes chemins m'ont menée jadis chez HEIDEGGER; Il me faudrait relire (!!!)

J'ai tout de même du mal à cantonner l'idée de la culture au seul langage. Il me semble encore que la Beauté et le savoir peuvent être communiqué, dans un langage plus plébéien (sic)
et ceci même si mes élèves me disent que je parle comme une encyclopédie : mais je crois au langage, aussi riche soit il comme élévation, et au nécessaire d'une langue qui parle (sic),
d'une langue enrichissante, d'une langue juste.
Pour revenir à une expo très indigne à laquelle j'ai assistée vendredi : on ne peut pas expliquer les sculptures bleues d'Yves KLEIN en les comparant à des Schtroumpfs!
Certaines "choses" doivent être expliquées avec leurs mots et pas ceux d'une culture dévoyée...et même si cela déplait aux ignares qui ne se soucient que de bling-bling.
Le Beau doit  tendre vers le sublime. Pas se rouler dans le caniveau.

Mais tu disais : que de mots ...en parlant de mon poème...Je rajouterai : oui , que des mots...



tilk 29/03/2010 01:02


ah oui l'Ankou!!!j'ai appris qui c'était chez Stellamaris
besos
tilk


Arthémisia 29/03/2010 08:16



J'ai un souvenir terrible du jour où j'ai appris qui était ce personnage; j'habitais la Bretagne et j'assistais à une conférence sur les mythes bretons.
Le conférencier nous a présenté l'Ankou d'une telle façon que j'en ai eu du mal à dormir!!!



tilk 29/03/2010 00:45


oui....on à l'impréssion que le passeur arrive...
besos
tilk


Arthémisia 29/03/2010 00:52



Certains passeurs m'impressionnent : Charon , son ami breton  l'Ankou ...je me détourne de leur passage!!!



tilk 29/03/2010 00:37


superbes images... on sent le peintre ...

et puis je suis aussi un inconditionnel de Michel

donc doublement satisfait

besos
tilk


Arthémisia 29/03/2010 00:40



Là, mes mots se veulent une prolongation spontanée des siens.
Bises
Arthi