Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1172 - Faire l'instant

Publié le par Arthémisia

 

http://www.amorosart.com/image-work-miro_l_oiseau_lune_jaune-3101-450-450.jpg

 


Un oiseau est passé devant la lune.

Cela pourrait faire un roman.

Nous en fîmes un instant.

 

 

© Arthémisia – avril 10

 

 

Avec : Juan MIRO – L’oiseau et la lune jaune – aquatinte

Commenter cet article

Gaïann 01/05/2010 22:36



Je sais, je sais...c'était ironique. Quant au KGB...tant que ce n'est pas James Bond, pas de sushi à se faire ^^



Arthémisia 01/05/2010 22:48



Oh tu sais moi  James Bond, je prends!!! et.... j'adore les sushis!



Gaïann 01/05/2010 22:23



Il faut le temps que je les rumine longuement avant de pouvoir les partager; je n'apprécie pas trop le fait de partager mon jardin secret, il est plus simple pour moi de partager des émotions qui
ne sont pas miennes, moins réelles mais plus rassurantes pour mon entourage. Quant à "graphie infernale"; tu ne crois pas si bien dire, je suis une vraie "patte de chat"!



Arthémisia 01/05/2010 22:30



Je ne faisais que reprendre ton allusion à ton "enfer personnel"!!!


Quant à son jardin secret, le net permet tout de même de le préserver des personnes qu'on ne veut pas y voir: un pseudo est déjà un bon
début! Mais pas toujours suffisant....Le KGB a fait des émules..



Gaïann 01/05/2010 22:00



J'inscris mon enfer personnel, mon chaos, mes écrits déjantés, mes mots vrais..dans des cahiers! L'odeur de l'encre, la plume crissant sur le papier, m'inspirent plus que les touches d'un clavier
;)


Belle soirée également, Arthémisia



Arthémisia 01/05/2010 22:13



L'un n'empèche pas l'autre. J'en suis un paradigme. Même si depuis quelques temps j'écris au feutre rouge dans un moleskin!


Bonne graphie infernale alors, Gaïann!


 



Gaïann 01/05/2010 21:41



La crainte de la mort peut éloigner parfois, aussi...partir plutôt qu'avoir à supporter la souffrance de l'autre. Mais l'amour est plus fort que la mort, parfois. Il lui arrive d'y survivre,
même, dans le souvenir...



Arthémisia 01/05/2010 21:50



Tout  à fait : personne n'est vraiment prèt à affronter ni la mort, ni la souffrance qu'elle soit de l'autre ou notre.


Suelement je crois que quand chacun souffre, la douleur peut être aussi à l'origine de la création de lien qui rapprochent et qui aident à l'affronter. Dans
l'adversité partagée se renforce très souvent des sentiments affectifs forts et bien sûr l'Amour.


Quant au souvenir, mon expérience me porte à croire qu'il embellit le Beau et efface les parties négatives. Peut être parce que j'ai une grosse propension au
pardon?!





Belle soirée Gaïann.


Pas de blog?



juliette 30/04/2010 09:17



instant fugace, comme un rêve inaccompli



Arthémisia 30/04/2010 10:09



Ou une réalité trop brêve et totalement volée à la vie!



Gaïann 28/04/2010 18:35



Et pourtant, il y a parfois bien plus de respect entre deux adversaires se livrant un combat acharné qu'entre deux amants baisant afin d'assouvir leurs désirs propres (ou sales, c'est selon). Mes
derniers mots étaient ironiques, pour sûr ;)



Arthémisia 28/04/2010 22:14



Je ne nie pas cela.


Mais je
pense que la nécessité de tenir ne se trouve aucunement dans le respect mutuel des deux amants, qu’ils « baisent » (je me permets les guillemets, n’étant pas coutumière du mot)
  ou qu’ils partagent l’Amour.


 


La
nécessité de tenir est quelque chose d’infiniment personnel ; certains ne la ressentent pas, ne voient pas sa présence projetée dans l’acte sexuel.


Chez
 d’autres, de manière plus sensible, plus prégnante, elle va se conjuguer aux gestes, aux mots.


Pour
d’autres encore, elle pourra aller jusqu’à être l’essentiel de leur partage.


 


Mais tout
cela ne dépend pas vraiment du respect que l’Un porte à l’Autre : ce combat contre la mort n’est toujours qu’une histoire entre soi et soi…


 


Avis tout
personnel bien sur.


Mais il
n'interdit aucunement le partage. Je crois même qu'il peut le renforcer dans de nombreux cas : la mort, la peur de la mort rapproche...


 


 



Gaïann 28/04/2010 13:17



D'une beauté certaine, éphémère comme un crachat à la gueule de la mort, cette éternité qui nous poursuit...la faiblesse qui équilibre la puissance de l'épée....



Arthémisia 28/04/2010 17:54



C'est bien l'éternel combat d'Eros contre Thanatos. Equibrant, je pense aussi, dans le sens où c'est bien là que se trouve ce qui fait tenir.



poete enrage 28/04/2010 10:14



Mais tout n'est que provisoire



Arthémisia 28/04/2010 11:08



Question de durée alors?



La chieuse 28/04/2010 10:10



Mhhhh...votre vie se limiterait-elle au sexe et à "l'amour"? Certes, rien de plus éphémère en effet...



Arthémisia 28/04/2010 10:50



http://corpsetame.over-blog.com/article-29519793.html



joruri 28/04/2010 09:28



Mon dieu ! Quelle merveille cette peinture ! A quoi ça tient je vous le demande... Sais-tu où je pourrais la trouver en plus grand ?


Mettre des mots sur une toile pareille c'est un sacré challenge. Il me semble que j'aurais parlé de l'ordre qui préside au désordre, mais l'oiseau (forcément filmé au ralenti ou photographié avec
un temps de pose très long) c'est pas mal aussi...



Arthémisia 28/04/2010 11:06



Joruri, je n'ai pas mis mes mots sur cette oeuvre de Miro. Je ne procède comme cela
qu'exceptionnellement (par exemple quand je réponds à une contrainte d'écriture de la communauté "Papier libre" à laquelle j'adhère).
Je procède de façon inverse. J'écris et ensuite je cherche une oeuvre qui est un accompagnement, un prolongement, une ouverture, un au-delà de ma pensée, ce que j'appelle un "AVEC". Les oeuvres
que je présente ne sont en aucun cas le départ de ma réflexion, ni d'ailleurs son achèvement. Elles n'en sont qu'une ponctuation.





Il y a 75 tirages de cette oeuvre de Miro dont un est à vendre là. 


Prépare des euros!


 



nora 28/04/2010 09:03



En quelques mots toute une histoire à rêver, à composer.


Bises, Arthi !



Arthémisia 28/04/2010 10:54



La porte est ouverte, reste ouverte, en effet.


Bise, Nora!



Marc Lefrançois 28/04/2010 08:51



Hélas pour moi, je fais beaucoup plus d'instants que de romans...



Arthémisia 28/04/2010 10:52



Pourquoi hélas?



Ut 28/04/2010 08:04



Léphémère d'un instant peut suffire pour une vie!


Ici l'on donne à manger à l'âme!



Arthémisia 28/04/2010 10:52



 


J'espère....


Bon ap'!



marlou 28/04/2010 07:09



Très beau et dans l'esprit du haiku...


Bises Arthi



Arthémisia 28/04/2010 07:13



Tout fut fait.


Tout fut dit.


Bises Marlou



francis 28/04/2010 06:58



«  Cela pourrait faire un roman,
Un oiseau est passé devant la lune,
Nous en fîmes un instant. » 


……


Un instant, seulement  pour un roman éphémère
d’une nuit de pleine lune où l’oiseau noir
fut chanté par la « grande dame en noire »




Arthémisia 28/04/2010 07:10



Autre moment, autre tableau.... car il me semble que l'Aigle de la Dame en noir,
est  bien plus tragique que la peinture de MIRO et que l'oiseau de mes mots....



gballand 28/04/2010 06:42



Court et joliement tourné.



Arthémisia 28/04/2010 06:46



OUI!


Rires!!!!!!


Bises


Arthi