Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1178 - L'En saignante

Publié le par Arthémisia

 

http://www.helnwein.com/stc/ghpicts/gh552.jpg

 


Il a plu sale, et jaune, et gris.


Tu courais enlainée sous les abats du ciel, portant tes sacs de cœurs vers la maison des Autres.


Mais personne n’est venu ramasser le sang nu s'exsudant, qui se mélangeait rose aux  flaques froides du Credo matinal.


Tu t’es posée atone, attendant le regard. Ou l’écoute si rare, si éternellement.

 

Ce soir que restera-t-il de tout ce sang versé, de ses savoirs  ruisselants sur ces pousses juvéniles ? Tout a subi l’attaque du ciel en folie, des brillances criardes des ors des veaux de rue.


Pourtant , il t'arrive  parfois d'apercevoir au détour d’une feuille orangée, de la musique d’un trait, d’un abri de fortune construit dans une urgence, une écaille de sève carminée, desséchée, mais tenace. Enracinée.


Heureusement.

 

© Arthémisia – mai 2010

 

 

Avec : Gottfried HELNWEIN - The Silent Glow of the Avant-Garde I -  1986

Photographie, huile et acrylique sur toile

(vous aurez tous reconnu la citation de La Mer de Glaces de Caspar David FRIEDRICH)

Commenter cet article

l'oeil qui court 09/02/2011 16:31



Un texte à la force rude qui charrie les entrailles.


Des mots qui prennent au ventre et le laisse empli.



Arthémisia 09/02/2011 18:44



Mon travail nécessite cette force rude. Peu de parents en sont conscients.


Bienvenue chez moi, l'oeil qui court!



l'encre de chris 07/05/2010 18:50



dureté salvatrice des mots...



Arthémisia 07/05/2010 19:01



"Ce n'est pas pour devenir écrivain qu'on écrit. C'est pour rejoindre en silence cet amour qui manque à tout amour."


Christian BOBIN



Gaïann 06/05/2010 19:46



Je n'ai jamais dit qu'il faut se laisser marcher sur les pieds mais il faut garder la tête froide, ne pas s'emporter, car la colère, qui plus est sur le lieu du travail, n'est pas bonne
conseillère...ce que je voulais dire, c'est qu'il ne faut pas le prendre pour soi; une attitude hautaine et méprisante relève, dans ton cas du moins, plutôt de la provocation qu'autre chose. Une
confrontation entre 4 yeux serait peut-être utile afin de casser l'engrenage avant que la machine ne s'emballe...



Arthémisia 06/05/2010 19:57



Oulala! Nous en sommes très loin avec cette élève qui est de + en + incontrôlable avec tous les profs et même avec le directeur. C'est une récidiviste, dont
on a toléré bcp trop de choses, qui se croit dans la rue et fait tout ce qu'il faut pour se faire virer!


Cela, je suis désolée qu'on en arrive là, relève d'une sanction disciplinaire. Son attitude bien sûr n'est pas directement liée à ma personne, est s'ancre
dans un vécu très problèmatique. Elle est suivie  par le psychologue de l'établissement (donc il y a écoute) mais continue de s'acharner contre  tout ce qui représente
l'autorité.


Je veux bien écouter la souffrance des ados, leur problème, je veux bien qu'on me dise "là Madame, ça ne va pas "... je suis très ouverte à la discussion
même profondément dans l'empathie, mais je ne peux tolérer un langage de chartier et  l'irrespect. Je dois protéger mon groupe/classe et moi aussi.


Alors c'est peut-être direct, mais cette demoiselle n'assistera plus à mes cours sauf excuses correctes de sa part.


Il y a un moment où trop c'est trop.


Et elle s'en réjouit car cela va lui permettre d'échapper à 2 heures de cours.


De plus elle risque un renvoi d'une semaine (Youpi!) voire définitif ...et là ce sont ses parents qui vont se trouver devant de sacrées difficultés. Son
dossier scolaire est lourd comme 1 kg de plomb!



Gaïann 06/05/2010 19:21



On subit un peu le même mépris de la part de certains médecins, même si le rapport est différent, évidemment (pas de rapport de hiérarchie pourtant dans mon cas; il s'agissait de "collègues"); je
pense qu'il faut laisser dire, être comme le lit d'une rivière et la laisser couler, paisible ou déchaînée...se dire que ce n'est pas contre nous mais une attitude générale dont nous ne sommes
pas responsables, juste un punching ball présent lorsque ça ne va pas, comme dans toute relation humaine d'ailleurs.



Arthémisia 06/05/2010 19:28



De la part d'un élève c'est hors de question qu'on (que je ) laisse passer, que je laisse dire! Le respect s'impose.


J'attends la réaction de ma direction qui a été avertie immédiatement des faits. Là c'est autre chose....


Et entre collègues de travail, adultes et "civilisés"  heureusement qu'on arrive malgré toutes les dissentions à se respecter.



Gaïann 06/05/2010 18:31



J'ai travaillé longtemps dans le sang et autres productions du corps humains, à cheval sur la vie et la mort parfois...avec la responsabilité qui va avec. Pas toujours évident d'enlever le
tablier mental lorsque je quittais l'hôpital. Apparemment, c'est le cas pour les prof également.



Arthémisia 06/05/2010 19:13



Je crois qu'il ne s'agit pas d'un tablier mental mais de ce qui fait la substance d'un prof motivé (pléonasme?!!!), ce qui fait qu'on est enseignant.
Je  me souviens d'un prof qui m'avait dit lors de mes études que pour être prof il faut absolument remplir 2 conditions :


1- avoir la PASSION de sa matière (le sang qui coule dans les veines!)


2 - aimer les élèves. Quand on entend comme je l'ai entendu hier, une jeune fille de 15 ans vous cracher en pleine classe : "ça pue dans ta classe, c'est
toi qui pues de la gueule!" ...on a tendance à se demander où est l'Amour...


Heureusement sur le mur de la classe, il y a une (mauvaise) reproduction du  Printemps de BOTTICELLI....


 



La vieille dame 06/05/2010 16:46



A mon âge avancé, je ne me vexe plus facilement pour de vrai !! Pas d'affolement !! Tu peux garder tes excuses !


Tu vois tu en saignes une autre, une petite vieille attardée, une qui n'a pas su suivre la voix du sang, mais qui vient boire goutte à goutte ici les vermeils que tu veux bien distiller.



Arthémisia 06/05/2010 16:50



Plus je lis et relis cette soit disant merveille et plus je culpabilise de l'avoir publiée.


L'autre petite vieille que je suis à bcp de mal à livrer ses intimes aussi crus. Mais j'avoue avoir été encouragée et surtout rassurée par la 1ère personne
qui a lu mon texte et qui est un ami qui sortait de l'hôpital et me suppliait de lui faire lire  ce que j'avais écrit. Je n'ai pas pu lui refuser.


Merci à toi aussi de ton enthousiasme. Quelques fois le regard des Autres me fait m'aimer!!!!



La vieille dame 06/05/2010 15:22



Là, tu me vexes, je voulais juste dire que je n'avais jamais vu cette oeuvre dans aucun livre avant ici, chez toi,
et que donc, je ne savais pas qui en détenait la paternité !!



Arthémisia 06/05/2010 16:26



Oups! Désolée si j'ai été discourtoise. Je te prie de m'en excuser.


Pourtant cela m'étonne que toi tu n'aies jamais vu ce tableau de FRIEDRICH dans un livre car avec L'Homme devant une mer de nuages et peut être une
Vue de l'île de Rungen , il est un de plus célèbres du peintre et probablement un des paradigmes de la peinture romantique allemande.


Peut-être le connais tu sous son autre nom "Le
Naufrage"?


 



marlou 06/05/2010 14:59



Un texte dur et qui ramène plein de questions qui font mal...Mais c'est la vie...


Bises Arthy



Arthémisia 06/05/2010 16:31



Tu as raison Marlou : la vie fait mal.


Bises


 



Bifane 06/05/2010 13:13



C'est pour elle, tous ces efforts, pour cette écaille, ce bout de rien, ce que d'aucuns verraient comme un détail, quantité négligeable, insuffisante, méprisable, voire... Mais si chaude, le
temps de la voir, le temps d'y goûter. C'est du carburant d'âme, qui suffit longtemps, pour de longues enjambées, si loin qu'on s'étonne d'en faire tant pour si peu, ou par si peu...


- Qu'est-ce que t'attends ? demanderait le curieux, l'ironique.


- Que ça revienne...



Arthémisia 06/05/2010 16:30



Du carburant? Oh oui! mon essence, mon essentiel! Mon énergique vitalité. Ma foi.


Et le curieux de se dit : "elle est zinzin cette nana!".


'faut croire.... ?


 



nora 06/05/2010 10:39



Beaucoup aimé ton texte, Arthi l'en saignante !


L'écaille de sève carminée... Hum, très beau, très visuel.


Bises !



Arthémisia 06/05/2010 13:08



Comme je l'ai dit, j'ai hésité à le publier mais ...l'envie en était trop forte. Il y a tjs des bébés qu'on trouve mieux que les autres. Merci de partager
cette impression avec moi, Nora.


Bises


Arthi



poete enrage 06/05/2010 10:29



Un peu de fraîcheur après une bonne pluie



Arthémisia 06/05/2010 13:07



Tu veux dire que ça caille ! 10° sur la Côte d'Azur en mai ...je n'ai jamais vu cela!!!



Moun 06/05/2010 09:14



Bonjour, j'ai lu et relu et j'ignore si le titre m'a influencée mais je pense à ces enseignants de banlieue qui se retrouvent confrontés aux lacunes accumulées d'une majorité d'élèves avec dans
leur regard, cette vocation de transmettre le savoir et leurs idéaux.... mais la violence de la cité dans l'école ternit cette vocation, cette envie de donner, ce sang de jeunesse qui goutte
emportant avec lui le peu d'acquis, ce sang versé par dépit... et pourtant, la vocation reprend le dessus quand au détour d'une correction de copie, ces enseignants découvrent une pépite...


 



Arthémisia 06/05/2010 13:06



Tu as fait une lecture très très juste Moun!!!!



juliette 06/05/2010 08:56



De la même ville sont venus ces deux cris, de solitude, de désespoir.


 


Très beau chère Arthi


Bises



Arthémisia 06/05/2010 13:05



Il faut croire que la météo y est pour quelque chose!


Merci.



La vieille dame 06/05/2010 08:25



Tu surestimes nos connaissances livresques Arthi, les miennes en tout cas !!


 



Arthémisia 06/05/2010 13:02



 La Mer de Glace de Caspar David FRIEDRICH n'est pas un
écrit (même si FRIEDRICH a écrit de très belles pages). C'est une oeuvre majeure du grand peintre romantique allemand, oeuvre que Gottfried HELNWEIN a reprise dans la partie centrale
de son travail   The Silent Glow of the Avant-Garde I.






Gaïann 06/05/2010 08:08



Le sang représente la vie et la mort...le néant, certains le craignent, le fuient alors que  d'autres s'en nourrissent et s'en amusent aussi...


Joli texte sur l'illusion, illusoire un peu aussi...



Arthémisia 06/05/2010 12:49



Le sang de chacun peut être aussi ce qui fait sa vie; Je te laisse deviner ce qui fait la mienne, du moins en ce moment et quand même depuis très
longtemps.Est ce une illusion? Peut être aux yeux des autres?



Ut 06/05/2010 07:20



Complètement fou que nous ayons chacune écrit un texte identique, l'une le matin, l'autre le soir du même jour!


Nous avons ensemble la pluie. La laine. Les abats (pour moi le mouton). Le sang mêlé à la pluie. L'attente.... !


Et toi tu finis sur de l'espoir à ton oreille, alors que moi je n'ose pas écrire la suite, de peur d'être trop noire... d'en mourir!!!


Tro belle Arthi!!!


Baisers.


Je t'embrasse



Arthémisia 06/05/2010 12:48



Il n'y pas que des coïncidences. Il y a des proximités....


Bisous


Arthi



tilk 06/05/2010 01:02



décidement j'adore ton style....


besos


tilk



Arthémisia 06/05/2010 04:19



Et pourtant le texte ici est particulièrement dur : j'ai bcp hésité à le publier.



laure K 06/05/2010 00:56



cette juxtaposition d' images donne un sang nouveau au tableau de Caspar, saignant ... et ces mots Arthémisia, aussi tranchants que l' arête glaciaire ... une souffrance engendrée en beauté-



Arthémisia 06/05/2010 04:21



Un romantisme saignant.
J'aime bcp dette confrontation entre ce paradigme de l'idéal romantique qu'est l'oeuvre de FRIEDRICH et les photos sanglantes de l'artiste souffrant.


Rien n'est réglé.