Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1179 - Les Racines avides

Publié le par Arthémisia

 

http://api.ning.com/files/ihGXKTDtgtIgsedPtFmo4HXiV3kJGEjdvH4gGQ*dsCQbDQNmX6KdLBB-c8bPDow2ikrAb8h9wCb*csK6YpO65ns7qmfdhh6z/PenoneGiuseppe_01_2001_Elevazione_Rotterdam.JPG?width=450&height=600




Ces jours qui te semblent vides

Et perdus pour l’univers

Ont des racines avides

Qui travaillent les déserts.

 

Paul VALERY

 

 

 

Avec :   Giuseppe PENONE -  Elevazione – Bronze - Rotterdam

Commenter cet article

gontcharova 05/12/2011 00:10


Valéry rêvait d'une rose, d'un parfum de rose, mais tout entierement refondu par les artifices de la chimie. Ces racines de bronze sont une heureuse méprise. "Je taime, l'Arbre vaste, et suis fou
de tes membres" écrit Valéry dans le Dialogue de l'Arbre. "Il n'est fleur, il n'est femme qui plus que toi m'émeuve, et de mon coeur dégage une fureur plus tendre..."


Voici du Valéry poète de haut niveau:


http://www.youtube.com/watch?v=YZkNFkttUHU


http://www.youtube.com/watch?v=89jqHmzCyxo

Arthémisia 05/12/2011 10:25



Très haut ...merci de ces magnifiques pages.


 


Et bienvenue chez moi Gontcharova! (un lien avec la peintresse?)



bleu virus 09/05/2010 21:26



 C'est plein de vide cette histoire, j'en demandais pas tant !!! mais juste savoir si l'arbre est bien réel (si il existe en vrai ) ou est ce c'est un bronze de l'auteur
que  tu sites ( la photo ne me permet pas bien de distinguer).


B.v



Arthémisia 09/05/2010 21:28



mais oui, c'est une sculpture en bronze!!!



bleu virus 09/05/2010 00:09



Rien n'est  perdu dans l'univers et surtout pas le vide qui est son matériau de prédilection ! qu'advient t-il donc de ces moments que nous croyons alors perdus ??? peut être attendent
t-ils tout simplement qu'un esprit les repêche ! Tiens ton vide entre les mains  et comprime le au maximum il en ressortira  quelque chose,..., ce pourquoi il advint,..., et
rejoint le plein !


 Quel est cet arbre qui tente d'échapper ainsi à la pesanteur ?


 


 



Arthémisia 09/05/2010 11:15



"Le vide et le plein" est un thème que j'aime travailler en sculpture avec mes élèves. Construire le vide avec le plein ou plutôt faire que le plein soit
porteur de vide comme si l'un ne fonctionnait pas sans l'autre.


Plus la matière se fait présente plus nait la nécessité de notre échappement d'elle, de notre libération, de notre passage au travers.


Et plus le vide est là, plus il est cerné, cadré, encadré, plus il appelle l'endroit contre lequel il se cogne.


Tout ce duo chante une composition expansive et compressive, un peu comme une sorte de palpitation du monde. Quand j'ai de la terre entre mes mains, c'est
cela que je ressens : je l'étire, l'étale, l'étends, la fais ramper en tous sens. Et puis tout à coup pour qu'elle soit forte aussi, je suis obligée de la tasser, de l'écraser, de la malaxer sur
elle-même. Grandeur et stabilité, opacité et transparence, plénitude et vacuité se répondent partout et tout le temps, Virus.



juliette 08/05/2010 19:00



Le poème et le bronze vont si bien ensemble .


Tous deux me troublent et me questionnent


Bises



Arthémisia 08/05/2010 19:04



J'adore le travail de PENONE, que j'ai eu le bonheur de voir des les jardins du Jas de Bouffan, la demeure de CEZANNE.


Aller aux racines, retrouver la source, c'était une idée de génie au milieu des arbres de ce peintre à l'origine du cubisme.


Bises


Arthi



l'encre de chris 07/05/2010 18:48



que la racine puissent contempler son oeuvre, si elle est en péril, guider la sève là où il faut et retourner sous terre consolider les fondations...joli le poème de Paul Valery...



Arthémisia 07/05/2010 18:52



Libre échange d'une vivance....



Max 07/05/2010 18:21



Ah ! Les racines-pattes de cette photo, comme chez Dali... "Tentation de St Antoine", etc.


 


De vraies seringues qui distillent dans les veines minérales de la Terre une énergie cosmique qui se transformera en une formidable énergie cosmo-tellurique !


 


Tout est alors donné de "l'essentiel" à l'homme pour qu'il vive et meure en conscience...Tout est donné pour savoir prier véritablement, savoir remercier, savoir bénir cette vie que l'on nous
remet à la naissance, savoir aimer, savoir ne pas juger, savoir planter des arbres, des choux, que sais-je ? Savoir travailler les mille métiers de la vie, savoir peindre, écrire, pourquoi-pas
jouer du violon, savoir faire le clown....



Arthémisia 07/05/2010 18:51



J'aime beaucoup ton idée de pattes de savoir pour ces  membres, ces tentacules, ces cordons ombilicaux qui nous ancrent dans la
conscientisation de nos savoirs, dans  une plongée en terre fertile, en Amour, en partage, en plaisir, en Vie.


 


 



La vieille dame 07/05/2010 14:37



Cette sculpture est saisissante, lorsque le caché est montré on en conçoit encore mieux la fragilité.


Là c'est une évidence...On voit bien qu'il ne peut tenir qu'enfoncé...


Alors peut-être ne faut-il rien montrer.



Arthémisia 07/05/2010 18:10



Et pourtant comment ignorer la racine si l' on veut des fruits?



joruri 07/05/2010 12:43



"C'est lui qui, malgré les épines l'envie et la dérision, marche, courbé dans vos ruines ramassant la tradition [...]


Tout arbre qui a le passé pour racine a pour feuillage l'avenir". Victor Hugo dans "des rayons et des ombres".



Arthémisia 07/05/2010 18:09



Devant l'image d'un arbre nous sommes devant du temps.



joruri 07/05/2010 11:01



C'est sûr que pour paraître les vides, ces jours semblent vides en effet. A mon avis hélas moins vides que demain, vu que la mécanique financière est entrain de s'emballer dans le sens de
l'effondrement et qu'on nous annonce des plans de rigueur un peu partout, Il va falloir que nos racinnes aillent puiser vraiment très profond les ressources qui ne seront évietr de
manquer...


Cela dit cet arbre est un drôle d'acrobate...



Arthémisia 07/05/2010 11:06



Beaucoup d'entre nous ne sont ils pas aussi des acrobates?



poete enrage 07/05/2010 10:33



Une photo criante de vérité



Arthémisia 07/05/2010 11:05



C'est le travail de PENONE qui l'est!



Jean-Marc 07/05/2010 01:05



Ah toujours ces racines qui irriguent ton coeur, Arthémisia ! Quand je suis à Miami, je tombe régulièrement en admiration devant les banians aux racines adventices parfois très impressionnantes
ou les kapoks dont le tronc se ramifie à son pied en de multiples racines puissantes !


Décidément, j'ai parfois l'impression que nous chérissons les mêmes obsessions...



Arthémisia 07/05/2010 07:25



Bien sur il y a la sève, la nourriture, le sang. Mais j'avoue que je suis fascinée pas tant par le contenu que par le contenant, ces bras qui vont chercher
la vie, ces membres qui attrapent et qui relient, ces liens qui nous connectent, qui nous maillent au monde, ces pattes, ces stolons qui nous ancrent dans la moelle de nos
existences.


Peut-être est ce  aussi pour leur plasticité, leur forme serpentine, leur maléable ligne qui court entre ciel et terre? Ah les pins-serpents de
la plage du Brusc! Quel régal de dessin! Quelles amarres végétales! Quelle puissance aussi.


Et quelle parenté souffrante avec les hommes....


 


De belles choses pour toi Jean -Marc