Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1278 - Es-tu ?

Publié le par Arthémisia

 

http://www.univ-rouen.fr/LMRS/RMR04/metsys.jpg

 

 

 

As-tu bien tué ?

As-tu bien ?

As-tu ?

As ?

Es-tu ?

 

Copyright © Arthémisia – août 10

 

 

Avec : Quentin METSYS, Le Peseur d'or et sa femme, Musée du Louvre, Paris

Commenter cet article

Max 27/09/2010 22:54



Arthi, j'entends simplement le mot final que ce couple me (nous) adresse par ta bouche, à travers toile, temps, espace :


 


Es-tu ?



Arthémisia 27/09/2010 22:58



Le mot final "es tu?" suppose, parce qu'il vient après "as-tu?", que c'est l"as" qui pourrait faire l"es".


Question posée à un "as"????


 


Je m'interroge aussi sur le regard de la femme sur les activités de son mari, regard que je trouve assez désabusé, alors que ses yeux sortent du livre, du
savoir...


Ce "es-tu?" n'est-ce pas elle qui le pose?.....



Max 27/09/2010 22:49



Rajouter un simple mot pour terminer, pour terminer enfin, si j'ose dire, sur cette note d'Arthi... Voyez les regards. Lui, a les les yeux clos, l'or matériel n'est pas sa préoccupation.
Tenir la balance seulement. Elle, regarde cette balance justement. Cette balance qui doit être équilibrée. La justesse de leur vie est à ce prix. Ish et Isha, couple alchimique, oui. Vie
juste et parfaitement équilibrée. L'or matériel et grossier se transforme alors en trésor véritable. C'est la dernière partie, la dernière oeuvre en alchimie. Un couple vit
alors, un couple est né : corps, âme, esprit. Il rayonne. Il est maître du temps et de l'espace.



Arthémisia 27/09/2010 22:55



Ce simple mot nie tout accord avec le sens de mes mots.


Je te rappelle toutefois que j'écris en 1er et essaie de trouver un avec qui pourrait faire avancer mon texte plus loin. Celui là, si je le lis
comme tu le fais, est en total opposé avec ma pensée, qui plus est avec le duo supporté par mon texte.


 


J'ai pourtant envie de rajouter que la balance peut un jour ou l'autre pencher un peu plus d'un côté ou d'un autre et tout déséquilibrer....



Max 27/09/2010 22:26



... l'or et l'argent sont des "énergies", tout dépend de ce que l'on en fait... Mes amis cathares avaient de nombreux banquiers et prêteurs dans leurs rangs...


 


L'argent et l'or ne sont des problèmes que pour ceux qui ont des problèmes, ceux qui n'ont pas une vie droite et harmonieuse, ceux qui, très vite, vont donner un nom à l'or. Le
sacraliser, se mettre à son service... Tout est perdu effectivement alors.


 


Ces gens-là, sur le tableau, ont une expression "cathare", je me trompe peut-être en affirmant que l'argent n'est pas leur maître... Pense, Arthi, à l'incroyable histoire de Nicolas
Flamel...


 


Un des hommes les plus riches de son temps, un des hommes les plus altruistes de son temps... Un mystère : non, un homme. Un vrai, comme sont vrais, ce me semble, ces gens, ce couple (alchimique)
sur ce portrait...



Arthémisia 27/09/2010 22:43



Alors si je m'en tiens à ton interprétation de ce tableau, il ne colle pas comme "avec " avec mon texte.


J'aurai peut-être dû lui préférer la tête de mort de Damien Hirst toute en diamants, d'autant que je
faisais évidemment référence à la notion de la possession actuelle et non à celle du XVIème siècle et à la capacité de puissance qu'elle apporte???



Max 26/09/2010 20:27



Quelle époque ce 16ème ! Obscurantisme, guerres, peste, folie collective, foi aveugle et ravageuse qui va condamner à mort la soeur de Quentin Metsys à être enterrée vivante et son beau-frère à
être décapité pour "avoir lu la bible".


 


Il connaît Leonardo, est ami de Dürer et de Bosch... Il peint le détail marquant "pour les siècles des siècles". J'ai bien aimé au poignet droit de l'homme ce fin "bracelet brésilien", à
son index droit cette bague... étonnament moderne... Ils sont complices et bouleversants.


 


Pas cupides pour un sou, à mon sens ; il pèse de l'or cet homme, le femme ouvre un livre "saint". Le tout, avec un total détachement. Derrière eux, sur l'étagère, une étonnante clepsydre, à 6
paliers de verre, compte le temps de l'or, celui du livre. Eux, sont "hors-temps"...



Arthémisia 26/09/2010 20:39



Ils sont dans le savoir mais la présence de l'or reste pour moi très très dérangeante.


C'est un préteur sur gages...autant dire quelqu'un qui fait de l'argent avec la détresse des autres...cela ne me le rend pas sympathique!



la vieille dame indigne 26/09/2010 08:53



Joili fatras dans les commentaires ...on part de l'argent pour arriver à la condition féminine.


Je rejoins Daniel. Je vois trop d'hommes perdus. Il est si difficile d'être humain. Homme ou femme. On a le droit d'essayer d'être différent de ce que cette pression invisible tend à faire de
nous hommes ou femmes, hommes sur les femmes et femmes sur les hommes. aimer sans faire pression, sans.



Arthémisia 26/09/2010 10:59



C'est un fatras, je suis d'accord mais je trouve que c'est aussi un constat sur le pouvoir que peut avoir l'argent, le pouvoir de pseudo supériorité qu'il
donne dans les rapports humains et notamment dans les couples.


Combien de femmes se trouvent encore de nos jours dans l'obligation de supporter un compagnon parce qu'elles n'ont pas de revenus et dépendent entièrement de
lui? Et combien d'hommes jouent de ce pouvoir pour garder un petit confort douillet et préserver une image normée d'un équilibre complétement falacieux?


 



daniel 24/09/2010 17:07



il est difficile d'être " humain " nous avons tous des expériences variées sur les relations hommes/femmes....


il ya toute l'éducation qui nous a formatés


j'ai esayé au contact de mes compagnes (toutes si différentes et pourtant ...) j'ai essayé d'être un homme différent ... j'y suis arrivé parfois ...et parfois j'ai échoué...


j'ai vraiment l'impression d'enfoncer des portes ouvertes en disant cela ...mais je réagis à ce que tu dis Arthémisia, sur le statut de l'homme et de la femme qui n'est pas le même malgré toutes
les libérations ...je suis d'accord avec ça ...


il y a quelques temps j'ai expliqué mon point de vue (sur le ménage, les courses,l'amour, l'argent,  la vie de couple en bref) à ma compagne en lui disant de moins travailler, de prendre du
temps pour elle, de ne pas se croire obligée de repondre à mes attentes, etc...etc...


un vrai discours féministe du mec qui a bien "cerner" le problème... dans la nuit ça m'a réveillé cette affaire ! je me suis dit que c'était encore un homme qui lui dictait sa conduite ...! on
n'en sortira jamais ...!


je l'ai fait sincèrement et c'est bien ça le pire !


nous avons convenus que ce qui comptait c'était l'amour ....c'est une valeur humaine bien plus importante que notre pesant d'or ....


 


c'est vachement dur d'être humain ....



Arthémisia 24/09/2010 22:05



Merci de ton comm. d’homme qui se questionne.


Quelque chose me chiffonne quand même quand tu dis « j'ai essayé d'être un homme différent ». J’ai du mal à imaginer et surtout à admettre qu’un homme ou une
femme ait à se comporter différemment parce qu’il est le compagnon ou la compagne de telle ou telle personne.


Il me semble essentiel de justement rester soi-même. Et si cette version la plus authentique de nous ne convient pas l’Autre alors…Basta !!!


 


En fait je ne crois pas qu’il soit vraiment difficile d’être humain tant, comme tu le dis qu’on vit dans l’Amour. Et l’Amour passe à mon sens par le fait de
faire le mieux pour l’Autre : aimer c’est avant tout rendre l’Autre heureux. Et bien sur de nos jours cela passe par le partage des taches mais surtout, surtout par une reconnaissance de l’Un par
l’Autre.


Dès que s’introduit un rapport de force, une volonté de domination (souvent issus de dangereux complexes et/ou d’une éducation rétrograde), l’Amour n’existe
plus.


Et ça, tous les ors du monde ne pourront jamais l’acheter.


Allez vers l’Autre, l’écouter, prendre part à son chemin, être dans une volonté duale du bien être de l’Autre, en recevant soi-même l’équivalent, cela est
rare. Les valeurs culturelles héritées d’un patriarcat historiquement installé ne s’effacent pas d’un revers de main. Et il existe encore de nombreuses femmes qui elles-mêmes ne sont pas encore
convaincues que leur statut est à défendre. L’éducation normative qui est encore offerte aux filles me prouve quotidiennement par le contact que j’ai avec mes élèves que les femmes ont encore du
chemin à faire.



bleu virus 22/09/2010 23:55



Tu as tout fait compris parlant de l'enseignement. J'ai la chance de pouvoir tout donner de transmettre, je le fais. Et tant pis si un jour on ne m'ecoute plus car le monde change et le monde
automobile avec;  je crois que le monde est ce que nous sommes et ce que nous lui donnons, donc aimons !!!  comme toi je resiste, disons je tiens! Merci
d'ailleurs pour tes écrits qui viennent de l'esprit et de la connaissance avec toi il reste quelqu'un qui cherche et analyse sans se laisser prendre dans ces amours de
cellophane qu'on nous propose à combler nos besoins et à attendre quoi d'ailleurs???  Que peux t-il advenir d'autre que le lendemain !!! quitte à finir comme AO (mais j'ai pas vu le film
juste des extraits!!!) je continue la route, c'est une certaine manière d'écrire sa vie je   crois. Je ne pense  pas infléchir quoi que ce soit du futur de nos destinées 
juste continuer dans une certaine qualité vibratoire (oserais je dire celle de l'amour!  il m'arrive de plus en plus souvent de me laisser aimer!!!) 



Arthémisia 23/09/2010 06:21



Je tiens.


C'est cela. Je reste debout. Ce que j'écris ne saurait être autrement. Mes écrits  sont très (trop) souvent la réaction à la staticité des uns ou au
formatage des autres pour faire "comme".





Si tu peux arriver de + en + à te laisser aimer, tu as une grande chance. Car j'ai la sensation intime qu'être autre, différent, et surtout de le
revendiquer, fait peur : ainsi il est bcp plus facile  (je vais parler pour une femme ) de se taire, de faire les courses et le repas et d'écarter les pattes le samedi soir en disant que
tout va bien (et en se berçant soit-même d'illusions rassurantes), que de vouloir affirmer une présence personnelle.


C'est d'ailleurs ce qu'on (les hommes ...) lui demandent. Faire des enfants, servir et fermer sa g....Alors pour être sûrs de la garder bien au chaud à côté
d'eux , que font les hommes : ils sortent leur CB ...et nous balancent : "mais pour quoi tu ne vas pas bien? tu as tout ce que tu veux..."


Rien compris le monsieur. Rien.


(désolée si ça sent un peu le vécu!)


Etre, et qui plus est, être une femme aujourd'hui, c'est extrémement difficile. ET se laisser aimer quasi impossible car la femme est encore celle qui donne,
qui aime, et celles qui peuvent se permettre de se laisser aimer, sont extrémement rares.


 


Le statut de la femme n'est pas du tout et même après toutes les libérations qu'on veut, celui d'un homme.


 



bleu virus 22/09/2010 22:08



Interessant commentaire que je rejoints en partie car en finalité nous somme là, pour DONNER si on en a la possibilité et peut importe comment. c'est cela qui ouvre les portes ce
qui ne signifie pas s'oublier; donc dépenser sans compter dans ce seul but oui c'est absurde et égocentrique.  Une fois que l'on sait qui l'on est vraiment je ne vois pas l'interet de
surenchérir dans la dépense si ce n'est pour perpétuer le mode vie gagner puis dépenser, si il n'ya aucune recherche sur soi même, aucune évolution, acquérir cela ou cela ne changera
rien au problème. Je dépense trés peu, trop peu même, non pas que je ne la vaille pas! mais cela ne m'aménera nul part. Je préfère les relations humaines, le partage. L'argent peut être un moyen
dans ce sens mais surtout pas une fin. Mais je te le confies j'ai vraiment un problème avec l'argent il represente trop en fait une prison du fait que si tu en a pas assez  pour
vivre ta liberté d'action est contrainte et puis souvent pour s'en procurer bcp il faut aussi  user de moyen qui n'honore pas l'être humain  comme celui d'apartenir à un
système qui place certains au dessus des autres. je préfère "éléver" les autres si j'en ai la possibilité. Est ce une forme de renonciation ???  je n'en sais rien mais se battre
continuellement pour arriver à la longue ça épuise !



Arthémisia 22/09/2010 22:14



On peut donner tant d'autres choses que de l'argent! Tu parles de connaissances (dans ton métier tu le pratiques). Bien sûr que tu es quelque part un point
du système auquel tu es obligé d'adhérer + ou - si tu veux manger, mais....quand tu es dans ta voiture avec un élève, n'est ce  pas là le vrai don, le vrai échange,le vrai
partage?





Je me refuse à penser que dans cette optique là on puisse s'épuiser. Je me refuse à croire à un monde uniquement baser sur la possession. Je le crois encore
aimant.





Mais comme vient de me le dire par mail une amie, je suis peut-être un peu trop romantique pour mon temps?!!!! Tu sais du genre de ces petits gaulois qui résistent dans un fameux village breton!!!



bleu virus 22/09/2010 21:23



ah oui je vois tu pasles de l'or des possessions etc... la cupidité est bien une chose horrible! je n'irais pas jusqu'à dire que l'argent en est une autre, disons que certain suent bpc pour que
d'autres profitent;



Arthémisia 22/09/2010 21:27



Ce qui me dérange de plus en plus c'est qu'on le présente comme la finalité de la vie.


Quelqu'un m'a même dit avec bcp d'assurance : "mais tu n'aimes pas dépenser? Moi j'adore ça."


Comme si cela était du même ordre que la jouissance.


 


Ce n'est pas pour rien que Freud (je ne sais où) compare l'argent au sperme....



bleu virus 22/09/2010 21:12



Monstruosité dis tu ?! mis à part ce couple qui n'a pas l'air trés épanoui, je ne vois pas, ...



Arthémisia 22/09/2010 21:20



L'argent, Virus, donc la possession, et la puissance (virile...) qui lui est attribuée!



bleu virus 22/09/2010 21:00



Loup y'es tu !!!?



Arthémisia 22/09/2010 21:05



oh oui! regarde les monstruosités étalées sur la table!



joruri 22/09/2010 16:52



Je te vois dans le miroir !


Ils explorent. Ils ne savent pas encore que la connaissance deviendra un fruit défendu. Tu en doutes ? Attends un peu, quelques mois, quelques années...



Arthémisia 22/09/2010 21:01



Au non! Je n'en doute pas!!!


Je sais le mal que fait l'argent, la possession, sur le bonheur. Je le sais trop bien.


 



Ut 22/09/2010 11:17



Avoir ne conduit pas à être... il est si difficile d'Etre!!


Belle pensée retransmise par Bifane, aussi. Alors, un tuteur pour Etre?



Arthémisia 22/09/2010 21:00



Pas besoin obligatoirement de tuteur pour pousser.En tout cas pas besoin d'un tuteur d'or.


Pourtant le soleil, un soleil, est nécessaire à la croissance: la vie est tellement plus facile quand il fait beau.....



Bifane 22/09/2010 09:45



Tu as raison, oui, la majuscule a son importance. D'ailleurs, cette forme de quête, toute divine soit-elle, me paraît très respectable, quoique je ne la partage pas. Elle a une humilité qui la
rend noble.



Arthémisia 22/09/2010 20:49



Sans quêter l'Autre et construire sa vie autour de l'Autre (qu'il soit divin ou humain) l'important me semble tout de même la question du rapport à
l'Autre, des liens, de l'échange, de ce qui se construit en commun.


La noblesse à mon sens siège dans le lieu où se dépose  la valeur humaine, dans le nid conjoint que nous construisons ensemble. L'avoir
n'y a rien à faire.



Bifane 22/09/2010 07:42



"Je disais j'ai ou je n'ai pas,


tu m'as appris à dire Je suis..."


Abdel Malik


Croisement de mots, les uns appelant, rappelant les autres... même si le sens s'y croise moins... Quoique, pas tant...


 



Arthémisia 22/09/2010 07:49



Tu m'as appris à dire je suis. Très belle pensée...


J'aimerai insister sur la majuscule du Tu qui ne divinise pas pour autant mais fait de l'Autre la source, loin de toute
possession, et de tout or.


 


Merci Bifane de tes réflexions du matin.