Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1294 - Le Nom

Publié le par Arthémisia

 

http://www.mac-lyon.com/static/mac/contenu/images/collection/kosuth/198500287cz.jpg

 

 

Il est des châtiments

Pire que des vinaigres

Qui brûlent les écailles

Et abandonnent nues

Les bouches pensantes.

 

Non, le nom de l’Autre

Dans un souffle dernier

Ne sauvera pas le rêve

De la cendre!

 

Le nom est au secret

Derrière ses barreaux

Le nom est de résine

Englouti dans son ombre

Poncé et repensé

Tu es

A jamais.

 

 

Copyright © Arthémisia – oct 10

 

Avec : Zéro et Non – Joseph KOSUTH – 1985 – MAC de Lyon

© Blaise Adilon © Adagp, Paris

Commenter cet article

joruri 18/10/2010 21:48



Nous ne voyons jamais ce qui est.


Nous ne voyons que notre regard.



Arthémisia 18/10/2010 21:53



Et probablement nous cachons nous aussi les mots que nous n'avons pas le droit de lire....pour mieux les protéger.


 



lutin 18/10/2010 19:50



dire et ne plus dire tout en voulant dire, c'est ainsi que je le traduis, car si on ne veut plus dire, il faut brûler



Arthémisia 18/10/2010 21:11



Malheureusement il ne s'agit pas de ne pas ou plus vouloir dire. Il s'agit de pas pouvoir dire. Il ne faut pas brûler, mais surtout, par dessus tout,
conserver, précieusement. Le plus précieusement possible. Comme un talisman.



Ut 18/10/2010 09:01



Ah oui, pas perdu pour tout le monde, ça j'en suis intimement convaincue!... La preuve! :)



Arthémisia 18/10/2010 09:03



Même rayé le mot reste lisible, et même porté au Beau. Comme derrière le travail d'un laqueur qui le magnifierait, lui donnerait brillance, et
éclat.



Ut 18/10/2010 08:48



Ou l'électroencéphalogramme des "bien pensant", encagé par tes mots!


Et si l'amour venait d'en bas, et non d'en haut? De l'intrinsèque qu'on a perdu?



Arthémisia 18/10/2010 08:56



Il vient du profond, de ce qui brille sous la gangue, sous la résine, du si bellement prisonnier ...aussi.


Pas perdu, peut-être protégé? Enfoui?



joruri 18/10/2010 08:35



A jamais ? pas sûr...


On dirait des peaux de zebres...



Arthémisia 18/10/2010 08:53



C'est un texte de FREUD (Au delà du principe de plaisir...) que KOSUTH a rayé et  fait imprimer en Offset et appliqué in situ dans le
musée.


 


Quand au "à jamais"...il va falloir du temps et de la volonté pour casser les écorces.