Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1301 - En Buée*

Publié le par Arthémisia

 

10-01-23 Cheveux

 

 

De son doigt raide il venait d’effacer en verticales sérieuses toute la buée du verre glacé posé devant lui.

Il tendit alors la main et dessina sur sa joue, d’un geste tout aussi assuré, un cercle qui la fit tressaillir.

En réponse, elle détacha la masse de ses cheveux de la pince qui les retenait.

Il prit ses yeux juste avant qu’un flot blond recouvrit leur intime...

 

 

Copyright © Arthémisia – oct 10

 

Avec : Cheveux © Arthémisia – janv 10

Commenter cet article

LM 11/11/2010 14:09



beau et suggestif, comme une impression mémorisée et pas une idée...


 



Arthémisia 11/11/2010 14:38



Et pourtant...



Servanne 06/11/2010 23:14



je ressens tes mots comme extremement légers ou plutot la matière légère, comme la grace au fond ... Idée de fluidité et de correspondances d'essence ...


Le doigt, les yeux, la chevelure, tout est prolongement  ...



Arthémisia 06/11/2010 23:16



Correspondances des sens...



la vieille dame indigne 31/10/2010 12:32



on pourrait continuer au conditionnel, c'est ce que je fais chaque jour...et on peut aimer le dessin et le flou tu vois tu y arrives très bien, autrement.



Arthémisia 31/10/2010 12:37



C'est très rare chez moi. J'ai besoin de construire comme si cela me construisait (conditionnel!)



Le FIl 30/10/2010 20:54



ce flot blond on l'imagine très bien



Arthémisia 31/10/2010 08:24



Sourire....



fbd 30/10/2010 15:16



En écho cet "intime" déconcertant laisse la phrase en suspens



Arthémisia 31/10/2010 08:22



et la pensée largement ouverte à ceux qui en sont pourvus.



Joruri 29/10/2010 19:35



Toi, peintre, tu connais le terme; un tableau EMBU. j'aime ce mot.



Arthémisia 30/10/2010 02:10



Et pourtant c'est un sacré problème pour les peintres!



Ut 29/10/2010 18:27







Arthémisia 29/10/2010 18:29



A ce soir ma belle :


:0052:



Ut 29/10/2010 18:16



Ca te va tellement bien!


L'aurore Arthi? Le feu Arthi? Mars Arthi?



Arthémisia 29/10/2010 18:19



Rires...d'autant que mon prénom...



Ut 29/10/2010 17:27



Mars est juste au bout de ton doigt pointé....



Arthémisia 29/10/2010 17:44



La planète rouge! Yes je la vois. Mon fils m'a dit aujourd'hui que je ressemblais au Petit Chaperon rouge : j'ai  mis des collants rouges et un gilet
rouge!


Serait-ce la couleur du jour?!!!



juliette 29/10/2010 17:22



en cet instant il prit son âme...



Arthémisia 29/10/2010 17:43



Tu as tout compris....



Tatieva, illustr. 29/10/2010 16:20



Je vois la pluie tomber au-dehors, je sens le froid m'envelopper et je le vois, lui, là...
Tout est dit dans les quelques mots que tu as semés, ils vont à l'essentiel... et peut-être seront-ils le déclencheur des 276 pages à venir ?



Arthémisia 29/10/2010 16:58



Lire ma réponse à Alice.


 


Et pour donner une suite à ce texte –qui à mon avis n’en a pas besoin tant
j’estime qu’il est tout – encore faudrait-il que j’y crois.


Or la population masculine de ma planète est bien incapable de lire la symbolique
de ce texte. Lire ma réponse à Ut( !)


Je suis peut-être prétentieuse, je le sais. Mais marre des
beaufs.


Et tant pis !


 


Dis moi, c’est loin Mars ?



Alice 29/10/2010 16:03



On dirait un début de roman, une relation intense les unit, qui fait rêver tant elle est de qualité. Le tableau des cheveux est magnifique et le texte aussi dans son dépouillement.



Arthémisia 29/10/2010 16:46



Merci mais je ne veux surtout pas de début de roman. J'écris d'ailleurs de plus en plus court.





J'ai commis quelques nouvelles (ou pseudo nouvelles) dont tu pourras trouver quelques exemplaires dans la catégorie "Long" sur la partie droite de ce blog, mais sans que ce soit une reniement  total, je ne me retrouve plus
actuellement dans ce type d'écriture.


Autres temps, autres façons de faire...


Quant à ce que tu crois être un tableau, c'est une photo. Complétement floutée de la chevelure (magnifique!) d'une de mes élèves!


Je ne peins pas du tout comme ça! Tu trouveras dans la partie droite de ce blog "Quelques travaux personnels", ce qui n'est qu'un tout tout petit reflet de mes travaux plastiques qui malheureusement,
faute de temps (il faut bien manger) se réduisent de plus en plus à du dessin (que néanmoins j'adore pratiquer) : la peinture est trop gourmande de temps.


Mon amour pour le dessin m'a toujours poussée à une peinture  très très composée et jamais jamais floue.



joruri 29/10/2010 12:58



Il y a une envolée. Et une envoilure. L'abstrait laisse de l'espace pour notre propre dire.



Arthémisia 29/10/2010 14:50



Ta lecture me fait plaisir.



Ut 29/10/2010 12:22



Petites perles de diamants aux bords des yeux :)



Arthémisia 29/10/2010 14:49



Si obligatoirement ravalées...



monik 29/10/2010 10:45



L'imaginaire quand il n'y a pas la plénitude....


Bof ... s'il y a manque c'est qu'un jour il y a eu et il y aura complétude; s'il y a douleur c'est qu'il y a eu et il y aura le meilleur.


La mémoire est promesse qui nous fait avancer sur ce fil où il faut continuer.Bises



Arthémisia 29/10/2010 10:53



La Mémoire est promesse...quelle vision positive! Ta foi en la vie me bluffe, Monik.


Je me permets si tu en es d'accord, de reprendre cette phrase dans mes brèves de dimanche prochain.


Belle journée sous le soleil.


Arthi



Ut 29/10/2010 09:28



Oh! qu'est ce que tu dis là!? Bien sûr que ça existe un homme qui enlève une femme jusqu'à son meilleur.... mais ça ne dure pas!


Quand à ne pas le mériter.... c'est une absurdité! D'ailleurs souviens toi d'un certain rendez-vous de bleu..... :)



Arthémisia 29/10/2010 09:33



Les RDV de Bleu continuent leur chemin. Ils ne le savent pas mais sont la plus belle et peut être la seule raison de se tenir encore debout dans le gris du
quotidien.


M...tu me fais pleurer toi...C'est pas bon pour ma journée en devenir ça!



Ut 29/10/2010 08:37



Je pense que tu es intrinsèquement cet intime magnifique!


Bisous Arthi.



Arthémisia 29/10/2010 09:17



C'est un rêve, Ut.


Les hommes que je croise n'ont pas ce pouvoir de porter les femmes à leur meilleur.


...Ou alors je ne le mérite pas?