Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1303 - Vaccin

Publié le par Arthémisia

 

10-10-30 Crane de chat -partie supérieure

 

 

"La lucidité est un vaccin contre la vie"
Emil CIORAN

Le Crépuscule des pensées

Editions de l’Herne, 1991

Page 143

 

10-10-30-Crane-de-chat--partie-superieure--vue-par-dessou.jpg

 

Avec : Crâne de chat © Arthémisia - oct 10

Commenter cet article

la vieille dame indigne 08/11/2010 12:43



"l'inexplicable besoin de se sentir vivre"...mdr... est-ce si inexplicable que ça ???


si je faisais des brèves de fins de mois, je te l'aurais encadrée celle-là ...



Arthémisia 08/11/2010 12:49



Je crois bien que c'est inexplicable. Vivre pour bcp est une telle évidence, un peu comme respirer ou laisser son coeur battre.


ET pour d'autres, cela nécessite une (de) vraie(s) sensations.


 


ps: l'idée de Brèves, je l'ai moi-même volée à Lung Ta (avec son accord!) du temps où il grenouillait dans des sphères inavouables ! 


Bises à vous 2.



la vieille dame indigne 08/11/2010 08:35



je relis encore et encore les commentaires (je devrais sans doute plutôt relire et relire l'article !!! ) et les idées me trottent dans la tête...je vois que tu tempères toi aussi les effets de
cette bonne vieille lucidité qu'on nous renvoie si souvent en pleine tête...ce n'est pas si facile en effet de regarder la vie bien en face... lma vie... les vies... tout le monde vit de façon si
différente même si on tend à croire que certains sentiments sont universels...dans ces crânes, ces moules, en apparence si semblables, combien de différences essentielles...


Bon peut-être alors peut-on prêcher pour la plus grande sincérité possible, mise en balance par ce manque certain de lucidité qu'on ne peut qu'avoir, si ce n'est sur nous du moins sur les autres,
quoique sur nous aussi on manque si cruellement de recul...et cette lucidité qui arrive la plupart du temps trop tard par rapport au moment où on en a besoin...


je crois que je n'ai pas fini de tourner toutes ces questions comme une vieille soupe.



Arthémisia 08/11/2010 08:54



Tu expliques parfaitement la perfidie de la lucidité : alors qu'on se jette à corps et à cri dans la relation, qu'on s'emballe, qu'on fait fi des conseils
avisés et même de notre propre entendement parce que ...parce que le manque, l'envie irraisonnée, la fougue passionnelle, l'inexplicable besoin de se sentir vivre, la lumière nous
fuit.


Et le jour où,  dans le doute, on cherche l'interrupteur, les horreurs nous sautent au ventre comme des aliens.


On en ressort tout éventré, en charpie des autres et en charpie de nous-mêmes.


Alors il faut recoudre en sachant bien qu'un tissu rafistolé reste fragilisé.



la vieille dame 08/11/2010 07:37



Ah et puis ... la lucidité ne m'intéresse pas, elle me semble d'une aussi totale vanité que tout ce qui peut faire croire à une quelconque supériorité humaine sur l'animalité...la sincérité me
semble plus humble.



Arthémisia 08/11/2010 08:43



Et pourtant parfois, il faut subir cette saleté : on aimerait rester éternellement dans le Beau mais la vie nous ouvre les yeux et  on en prend plein la
poire.


Malgré nous.



la vieille dame 08/11/2010 07:30



Tiens Cioran encore ...deux fois en deux jours qu'on me parle de lui...il est dans l'air du temps ?



Arthémisia 08/11/2010 08:42



Novembre est un mois qui va bien à la philosophie mélancolique.



juliette 04/11/2010 10:57



mais les vaccins ont parfois des effets secondaires....et peut rendre la vie insupportable


Bises



Arthémisia 04/11/2010 16:39



Tout à fait Juliette.


Pourtant peut-on vivre les yeux fermés?


Bises


A.



joruri 02/11/2010 08:11



Et bien erreur de ma part. Après vérification, la citation est de rené Char...Shame on me...



Arthémisia 02/11/2010 09:35



C'est très grave, Joruri! CHAR ou VALERY ,je prends de toute façon!



Joruri 01/11/2010 17:26



Je le soupçonne de ne parler que de SA vie. Et tout dépend de la lucidité choisie. Il reste sans doute subjectif jusque dans cet appel à la lucidité qui se veut universel, mais, si "la lucidité
est la blessure la plus proche du soleil" (Paul valéry) c'est quand même dos au soleil qu'on y voit le plus clair...



Arthémisia 01/11/2010 22:12



La phrase de VALERY me plait bien. La lucidité c'est un truc qui carbonise, qui révèle tant et avec tant de fracas que, oui, je préfère laisse le soleil me
chauffer le dos,  et participer de mes éclaircissements en accompagnant mon regard comme la main d'un ami sur mon épaule que de me brûler les yeux sur des crudités invraisemblables qui ne
satisfont que les amateurs de bling-bling, de saletés d'arrière-cour et  de rancoeurs fantasmées parce que leur vie n'est que vacuité.


(voir la fin de ma réponse à Ut pour la suite)



Ut 01/11/2010 12:57



La lucidité est une marche sur le fil tendu de l'âme au réel... il faut être funambule pour allier les deux sans que la "vérité" chasse l'amour ou inversement :)


Baisers Arthi.



Arthémisia 01/11/2010 22:05



C'est une évidence : L'Amour doit être une révélation donc une Vérité qui baigne et illumine le visage et le coeur et non, l'ordure d'un réel trop souvent
truqué qui falsifie l'humain jusqu'en en faire fuir l'Autre.





Comprenne qui pourra. Toi, je sais que tu me suis. Je pense que je m'expliquerai prochainement plus amplement ( le 4 probablement) ici sur cette question de la fausseté d'origine pathologie comme outil de souffrance
à l'Autre.


 


Bises, Ut.


 



monik 01/11/2010 12:00



Juste le crâne , vide de la servitude de la chair,instincts,pulsions , désirs, imaginaire, regrets, remords, plaisirs...La Paix! juste ce à quoi nous aspirons de tout notre être.


La PAIX de tous nos morts?


Juste une question, vers quoi nous mène toute la lucidité  contenue dans la précision "thérapeutique" de ton dessin?Le détachement ?



Arthémisia 01/11/2010 21:43



Non pas la paix de tous nos morts (encore que why not?...) mais très égoïstement la mienne.


Se retrouver  pendant quelques temps devant le crâne, même si c'est celui d'un animal, rentrer en lui, dans toutes ses volutes, ses pleins et ses
déliés, son écriture, c'est poser non seulement un regard sur lui mais aussi sur nous, faire une plongée introspective sur ce que peut être la Vie, la notre.


Et cette plongée parce qu'elle est au coeur même de l'objet qui contint la vie, personnellement (je ne peux pas parler pour d'autres dessinateurs. Je connais
des gens qui ne supporteraient pas de dessiner de tels objets) me rassénère, m'apporte la paix et l'envie de continuer.


De plus, je crois qu'il y a dans le fait de dessiner de tels objets une part de plaisir -oui je l'avoue!- parce que je trouve toujours du plaisir à dessiner
la Vie (où ce qui la porta), parce que je trouve dans ses os l'infinie Beauté des créations divines et parce que c'est un travail de dessin excessivement académique mais qui reste
expressif.


 


Zut j'ai fait long....





Mais, avis à mes lecteurs : si vous avez un crâne humain chez vous (on trouve encore de très belles pièces d'ateliers d'anatomie) je suis prête à en négocier
le prix.


Ne tuez pas votre belle-mère pour autant....


 


Ps : je ne suis pas nécrophile!



gballand 01/11/2010 07:39



Je regarde votre crâne - de chat - et ma lucidité me dit qu'on ne pourra pas y échapper.



Arthémisia 01/11/2010 07:44



C'est bien ce que les Vanités, les oeuvres représentant notamment des crânes (humains le plus souvent, mais, et  j'en suis la première désolée, je n'ai
pas ça en magasin...) évoquent : la précarité de la vie et l'inanité des occupations humaines.



catherine 01/11/2010 06:39



Ils sont absolument superbes tes dessins


Bises et bonne journée



Arthémisia 01/11/2010 07:21



Ils sont thérapeuthiques.


Bises et bonne journée à toi aussi, Catherine.



tilk 01/11/2010 00:57



la vie est donc une maladie...


besos


tilk



Arthémisia 01/11/2010 07:20



En quelque sorte, oui : il nous arrive d'être aveuglés (Trop naïfs? Humains? Aimants? Spontanés? ...)  de façon innée, acquise, ou temporaire... et donc
plus facilement sujets à attraper en pleine figure les réalités  de la vie auxquelles la lucidité peut nous confronter.


 


Et l'aveuglement, et ses conséquences, je t'assure que ça fait drôlement mal...