Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1308 - Les Minutes Chantilly*

Publié le par Arthémisia

 

http://www.valorisation.u-bordeaux1.fr/image/chantilly%202.jpg

 

 

Elle s’était réveillée à sept heures quarante deux mais n’avait décidé de se lever qu’à huit heures. Non pas qu’elle eut encore sommeil, non pas qu’elle apprécia particulièrement le moelleux sans âge de ce canapé d’appoint déglingué, mais tout simplement parce que ça ne mangeait pas de pain d’atteindre un chiffre rond. Sept heures quarante deux, ça ne rimait à rien un dimanche.

 

Ayant lu l’heure, elle referma les yeux mais garda le corps éveillé, dans ce sas de non vie entre l’endormissement et l’activité. Sans pensée.

Son dos bien à plat contre le matelas pesait de toute sa raideur d’arbre dans la Chantilly blanchâtre des draps et, ni ses bras, ni ses jambes ne semblaient vouloir être autre chose que des branches.

Elle entendait le vent de sa respiration occuper l’espace clos qu’il s’était fabriqué sous la couette, ce petit trou dans la neige où elle se protégeait des avalanches de la vie. C’était un vent chaud, un vent intime, un vent du ventre, un vent dont on s’habille facilement dans les recoins d’ombre, les églises et les lits.

 

Un nom vint la surprendre et monta dans ses reins.

 

Il était huit heures quarante sept  quand elle sortit du lit.

Il avait beaucoup neigé pendant la nuit.

Elle sourit.

 

Copyright © Arthémisia – nov 10

Commenter cet article

volti 11/11/2010 00:12



ouwahouhhhhhhhhh voilà qui donne du peps aux petits matins solitaires, comme on peut être seule en fait à deux dans le même lit, et si bien accompagnée par une simple souffle et un nom, dans le
repli d'une couette chantilly... 


Merci pour le sourire de tes et de ton grand coeur.


Volti



Arthémisia 11/11/2010 07:02



Mon coeur est peut être trop grand...Il me fait peur parfois. Je l'entends faire trop de bruit.


 


Un bon week end anti stress mon amie...


Bises


Arthi



juliette 09/11/2010 09:39



ce petit répit fut très crémeux, je crois


Bises



Arthémisia 09/11/2010 22:20



Histoire d'un rêve...



Joruri 08/11/2010 23:36



Enfin l'hiver ! Les journées courtes, la nuit, la neige, le froid ! Je n'en pouvais plus !


Quant à ma crême, c'est une couette. Mais ça marche aussi...



Arthémisia 08/11/2010 23:38



Bonne plongée dessous, Joruri!


C'est vrai que moi aussi je préfère l'hiver, plus franc, plus net que l'automne qui est tout de déclin.


 



monik 08/11/2010 21:03



Je croyais que tu n'aimais pas le blanc!


Brrrrrr! heureusement il y a ce vent chaud venu de l'intimité du ventre.


Et ce nom qui monte jusqu'aux reins était-il brûlant ou glacial?



Arthémisia 08/11/2010 21:11



Tu as raison, j'ai un passif difficile avec le blanc, le blanc trop pur.





Ce nom demeure présent au-delà du temps et de l'espace. Cela suffit pour (re)faire une vie. Enfin j'espère.



stellamaris 08/11/2010 12:48



Superbe, Arthemisia ! Bises.



Arthémisia 08/11/2010 12:50



Merci Stellamaris! Porte toi bien.



lutin 08/11/2010 12:13



là c'est une question de minutes, c'est à dire, 5, 10, 15, mais jamais 6, 12 ou 16, si le 16 pointe son nez ce sera 20 :-))



Arthémisia 08/11/2010 12:15



Heureuse que tu aimes autant la vie, Lutin!!!



lutin 08/11/2010 11:18



Trés beau, car c'est ainsi que je me réveille, j'attends toujours le chiffre rond, et si toutefois je le dépasse, j'attends le suivant.



Arthémisia 08/11/2010 11:20



Merci!


Ce n'est valable que les jours sans obligation professionnelle!!



Bifane 08/11/2010 10:30



C'est une excellente chose, le rougissement : il témoigne du désir qu'on possède encore et de la foi qu'on continue de mettre en lui. Les blasés ne rougissent plus.



Arthémisia 08/11/2010 10:32



Pour sûr : ils sont morts!



Bifane 08/11/2010 10:24



C'est avoir, pour le moins, la gourmandise d'y croire encore !



Arthémisia 08/11/2010 10:25



C'est tellement inavouable...Tu vas me faire rougir!



Bifane 08/11/2010 10:18



Une gourmandise à déguster du fond de soi... De quoi sourire, en effet !



Arthémisia 08/11/2010 10:21



Difficile de sourire ces derniers temps mais je reste


gourmande…vivante !!!



la vieille dame 08/11/2010 07:28



Un nom qui cabre...



Arthémisia 08/11/2010 08:41



Le rêve est souvent un cheval fougueux.



Max 08/11/2010 06:25



Brillat-Savarin approuve. La diva Nellie Melba aussi. De la grande pâtisserie ces mots miam. Du vivant, émouvant, troublant, crémeusement érotique. Des draps habités. Un corps qui
s'ouvre, s'étire, se tend et se déplie. La vie à sept heures quarante deux. La vie ! Au contraire de l'araignée : sourire du matin : espoir...



Arthémisia 08/11/2010 08:40



Je trouve effectivement bcp de gourmandise dans les sourires du matin.


Amitié, Max.


 



tilk 08/11/2010 01:16



les comparaisons des draps a la chantilly puis a la neige et celle de son souffle au vent m'ont beaucoup plu...et comme d'habitude j'ai aimé ...


besos


tilk



Arthémisia 08/11/2010 08:38



Je relis mon texte et je le trouve très facile pourtant. Ce n'est que du rétinien.


Tu es trop gentil.


Bises.


Arthi