Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1314 - Etat

Publié le par Arthémisia

 

10-11-13 Crâne de sanglier (2)

 

On peut décréter et ressentir sa mort, sans attenter à sa vie. La mort est un état d’âme.

 

Marcel JOUHANDEAU

Réflexions sur la vieillesse et la mort 

 

Avec : Crâne de sanglier  © Arthémisia - nov 10

Commenter cet article

LM 01/12/2010 22:24



trés belle phrase pleine de résonnance, avec laquelle je suis entièrement d'accord.


belle soirée Arthi.



Arthémisia 01/12/2010 22:28



Je pense donc je suis consciente de ma mort. Je peux même la sentir me "chatouiller" de la pointe de sa faux parfois...


Belle soirée à toi aussi, LM



monik 16/11/2010 21:00



"La mort est un état d'âme" et c'est ça qui nous maintient parfois en éveil..(.si on n'a pas trop la mort dans l'âme! ) mais que dire de la mort qui nous surprend dans une jeunesse
insouciante?



Arthémisia 16/11/2010 21:22



En réponse à ton comm. je t'invite à lire le très troublant livre de Fritz ZORN, Mars, roman autobiographique d'un jeune bourgeois de la riviera suisse, qui n'arrive à prendre conscience de la platitude
de sa vie et à accéder à une réalité de l'émotion, que quand il est touché par la maladie.





Elle est son éveil. A la vie, même si cela est extrèmement dur à dire.



aliscan 16/11/2010 19:25



J'en reste sans voix (sans pour autant être tout à fait mort).



Arthémisia 16/11/2010 19:44



Je te donne la main...Ca me rassure.



joruri 16/11/2010 15:42



Ça me rappelle un verset:


" Devant toi j'ai mis la vie et la mort, selon ton désir, étend la main."


 



Arthémisia 16/11/2010 16:44



De l'importance des choix personnels dans notre implication dans la vie.



Aléna 16/11/2010 13:09



je suis sidérée de lire cela chez vous! encore une fois nous nous retrouvons. Cette phrase me sidère! par sa vérité bien sûr, mais c'est là encore un thème qui m'est cher : je crois qu'il peut y
avoir une énergie folle dans la vieillesse, qu'il n'y a pas toujours dans la jeunesse, de même qu'on peut être mort en étant encore vivant et vivant en planant au-dessus de la mort. Marrant comme
il y a des résonnances entre chez vous et chez moi...



Arthémisia 16/11/2010 16:42



Peut être que ces coincidences ne sont pas si marrantes que ça tant elles sont de graves interrogations sur l'implication vitale de chacun dans sa
vie.



Bifane 16/11/2010 12:26



C'est à ce point vrai, absolument vrai, que le tour de la question en est presque entièrement fait. J'y ajouterais pourtant qu'on peut l'avoir fait (décrété et ressenti) sans même en avoir eu la
réelle volonté, comme si la chose s'était imposée d'elle-même et que, pour quelque raison personnelle, on avait renoncé à toute résistance. Je le dis pour l'avoir vu, et en effet, comme tu en
conclues, c'est tout à fait ça : un état d'âme. Définitif.


Bien mon bonjour, Arthémisia.



Arthémisia 16/11/2010 16:40



A mettre en lien avec le billet d'hier alors?


 


Quant à ton "définitif...", il me fait peur.


Belle soirée Bifane.



Alexandre 16/11/2010 10:37



La mort est enfoui en nous. Au passage, j'ai jeté un coup d'oeil aux toiles d'Hammershoi sur un site et j'apprécie les moments de silence et de vide qu'il a mis en oeuvre.



Arthémisia 16/11/2010 16:38



Enfouie ou même en surface. C'est quelque chose qui à mon sens se balade plus ou moins profondement en nous.



lutin 16/11/2010 10:27



Ce crane est une oeuvre d'art, cette couleur attire comme de l'or. Je pense en même temps à ceux qui résistent à la mort tant qu'ils n'ont pas dit adieu à ceux qu'ils aiment, la mort peut
attendre quelquefois.



mort 16/11/2010 16:37



Photo au flash.


La mort oui, peut attendre, mais nous la pensons toujours.



gballand 16/11/2010 08:55



Lumière d'outre tombe ?



Arthémisia 16/11/2010 16:36



De l'atelier. En ce moment on y croise facilement des cadavres!



la vieille dame 16/11/2010 07:26



Ce matin, tous ces gens qui comprennent, croient comprendre, croient que les autres peuvent comprendre la même chose ...m'exaspèrent.


Nos vagues certitudes ne reposent-elles pas seulement sur des hypothèses?


Tout n'est-il pas sans cesse fracassé et remis en questions ?


Qu'y a-t-il de plus vaste que notre ignorance ?


 


 



Arthémisia 16/11/2010 16:35



Qu'y a-t-il de plus vaste que notre assurance aussi parfois.



catherine 16/11/2010 07:00



Je pense que ces mots de Jouhandeau , tout en étant vrais, sont une vision désabusée, sombre et pessimiste des choses qui ne conduisent à rien. Jean B.d'Orval que j'ai mis sur mon blog dit à peu
près la même chose mais il en montre un côté lumineux et joyeux. Mourir à soi-même, ne plus se considérer comme étant important , être détaché de sa petite personne ..tout cela donne à l'humain
une joie , une légèreté et une liberté indescriptibles. C'est l'état d"éveil" où l'on comprend qu'il n'existe pas réellement de mort mais seulement des états différents de la vie et que cela n'a
pas vraiment d'importance.


 


Avec mes bises ...



Arthémisia 16/11/2010 07:08



C'est vrai que leurs philosophies ne sont pas  très éloignées sauf que l'une est nettement plus...légère.


Tout cela relève d'un cheminement  qui ne me semble pas facile à mener : le réel pèse bcp tu sais, Catherine!


Bises


Arthi