Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1321 - De ma Mine

Publié le par Arthémisia

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0454/m060701_0005461_p.jpg

Un soir de fusain hermétique

J’effacerai l’obscur

D’un vieux chiffon sale

Il y en a plein dans l’atelier

Et tu apparaîtras

Du fin fond de ma mine

Poudreuse évocation

De mes hoquets tocards.

Certaines nuits ne peuvent pas n’être remplies que par les évolutions du repentir.¹

Copyright © Arthémisia – nov.10

 

¹ Emil CIORAN – Le Crépuscule des pensées – Edition de l’Herne,1991 – p.23

Repentir, subst. masc. :…/…

  2. DESSIN, PEINT. Correction du trait ou des couleurs apportée en cours d'exécution (p. oppos. à repeint). Ces peintres (...) qui ne font jamais mieux que quand ils vont de repentir en repentir (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 5, 1863, p. 116). Rembrandt (...) reprenait sans cesse ses planches, multipliait les repentirs et les états à très petit nombre, que se disputent aujourd'hui les collectionneurs (L. BENOIST, Musées, 1960, p. 69).
 P. anal. L'un des résultats les plus intéressants de ce « processus » de formation par reprises, repentirs, corrections successives, est sans doute l'étonnement que l'œuvre achevée doit causer à son auteur (VALÉRY, Entret. avec F. Lefèvre, 1926, p. 109).

Définition donnée par le TLFI

Avec : Jean – Dominique INGRES – Alexandre (Nu, avec variante pour le profil, et trois variantes pour la main et le bras gauches) - Montauban- Musée INGRES

Commenter cet article

fbd 29/11/2010 09:46



le repentir non gommé c'est parfois presque du dessin cinétique… ;-)



Arthémisia 29/11/2010 09:49



Tout à fait. Cela nous rappelle le rapport de l'oeuvre - dans (son)espace-  au temps.


 



lutin 27/11/2010 11:45



Je sais vous le faites tous, alors je l'ai cachée dans la paume de la main :-)) regarde bien les creux de mains, il y a un trésor empoisonné



Arthémisia 27/11/2010 12:08



Je connais très bien mes élèves : les adultes sont parfois plus filous que les ados!!!!


Et  les traces de gomme, ça se voit!



lutin 27/11/2010 10:22



d'où l'expression, le trait corrige le trait, alors ne gomme pas



Arthémisia 27/11/2010 11:34



Dans mon cours de nu, je confisque les gommes!!!



Aléna 26/11/2010 09:31



alors là! sidérée! je découvre absolument ce sens du mot "repentir"! c'est son étymologie?


Arthémisia, sans dec, je crois que vous venez de changer un truc à ma vie, avec ce repentir là...



Arthémisia 26/11/2010 16:04



Je ne sais pas si c'est l'étymologie du mot. Mais c'est le sens que lui donnent les dessinateurs. Le repentir, c'est le faux trait, celui qu'on ne
gomme pas car il porte le vrai...en sachant que ces adjectifs ont des sens très variables en esthétique.


 



Servanne 25/11/2010 19:55



C'est vrai toujours s'efforcer de ... la tache recommencée, et un jour, peut-etre, reflet de la magie ou auto-persuasion ou belle chance ... IL apparaitra ...


J'adore quand tu fais cette digression "il y en a plein dans l'atelier" tu donnes alors au texte tout son espace et son caractère vivant ... On te voit peindre, dans l'atelier obscur ...


Je t'embrasse Arthi ... ici ou là ...



Arthémisia 25/11/2010 22:26



Surtout pas auto-persuasion! Cela serait violence.


 


Je crois comme je l'ai dit à Monik, bcp plus au mystère. Ces derniers temps j'ai bcp dessiné des os
d'animaux,dans l'atelier obcur,  et je dois dire qu'il y règnait une ambiance très particulière, car s'est instauré une quasi relation
d'échange entre l'animal et moi. Ne ris pas : j'ai senti une proximité avec ses animaux,  et j'en suis arrivée à leur parler en silence.


Même la mort est pleine de vie. Je ne peux pas le dire autrement.





De même, les chiffons sales de l'atelier, pleins de tout ce qu'ils ont effacé, sont chargés d'histoire.


 


Moi aussi je t'embrasse, Servanne.


 



monik 25/11/2010 18:06



Ah l'humain nous change de la cochonaille d'hier!Les êtres et les choses sont des constructions complexes et obscures ( même à eux mêmes). On imagine mal approcher leur vérité au premier
jet....et dans la suite des recommencements, le poème ou le dessin surgit seul et surprend même son auteur car il touche au mystère.



Arthémisia 25/11/2010 22:18



Cochonnerie n'est pas cochonaille....:0002:!!!


 


Merci de ton analyse très juste du rapport dessinateur/dessin. Il parait une évidence que le dessin aussi poussé soit-il, est souvent chargé de manque et que
le mystère, oui, c'est bien de cela qu'il s'agit , fait parfois surgir par surprise le comblement.


Dessiner ce n'est pas que se mettre en rapport avec son passé et son présent c'est aussi bouleverser de façon totalement déphasée, le rapport au temps et
croire en son futur. Même non vu. Même non visible.


La forme projetée dans le sensible s'inscrit alors dans notre histoire en faisant sens dans notre quête inquiète.


 


Oups....Je ne sais pas si je suis bien claire...


 


 


 


 



joruri 25/11/2010 16:14



Repeintir...



Arthémisia 25/11/2010 22:06



Quelque chose comme ça...



tilk 25/11/2010 14:11



une mine d'or


besos


tilk



Arthémisia 25/11/2010 22:06



Tu es or.


 


Bises


A.



Alexandre 25/11/2010 12:12



EN dépoussiérant, apparait quelque chose qu'on ne songeait pas. Quelque chose d'inattendu.



Arthémisia 25/11/2010 22:05



la surprise....


Sourire!