Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1327 - En Ramures

Publié le par Arthémisia

 

http://storage.canalblog.com/05/32/488905/34418336.jpg

 

Mes pensées en ramures

Poussent leurs bras tendres

Vers les motifs wagnériens

De ton tumulte.

 

Tu vis, parmi les hommes.

Ta matière n’a plus honte.

Ton cœur tombe sur ton sexe,

Poétique argument contre nos vides.

 

Alors, nous cessons de mourir.

Nous remontons.

Ensemble,

Pleins de sève,

Derrière nos écorces.

 

C’est sûr,

Il nous faut deux

Pour sortir de la tombe.

 

 

Copyright © Arthémisia – déc. 10

 

Avec : Pommier en fleurs - Piet MONDRIAN

 Huile sur toile - 1912

Commenter cet article

la vieille dame indigne 10/12/2010 12:10



Bien sûr nos évidences s'étalent comme des mains poséees sur nos cuisses.


Et nous reconnaissons nos terreurs.


 



Arthémisia 11/12/2010 08:40



Et nous reconnaissons nos erreurs...



monik 07/12/2010 15:58



Rien n'est figé...tu retrouves le goût de la sève...du deux.



Arthémisia 07/12/2010 18:21



Le souvenir ne suffit pas toujours pour ça. Je sais, je sens qui s'étiole, se lasse, même si je le veux fort. ET le pire c'est que je n'y peux
rien.



tilk 06/12/2010 22:32



ton texte est magnifique...


besos


tilk


je viens de m'achetter le n°spécial de télérama sur Mondrian



Arthémisia 06/12/2010 22:36



Merci pour le "magnifique". C'est la vie qui doit l'être Tilk, c'est tout ; mais c'est si facile à dire.


 


Mondrian...mental et pourtant tellement vivant! Je m'insurge contre les personnes qui disent que ses oeuvres sont faciles et froides. La pensée,
l'entendement ce n'est jamais facile, jamais froid.



lutin 06/12/2010 21:33



Je ne parlais pas non plus de la strophe 2, j'avais compris ton com, et comme je le le disais et comme il y a les menants et les menés, il y a les intégrantes et les intégrées, tout ceci
rarement dissociable. quant à 2 oui. Difficile de se comprendre il me semble, comme des mots nerveux à fleur de peau. 



Arthémisia 06/12/2010 21:36



OK....


L'essentiel n'est -il pas déjà de faire question?


Sourire!!!!


 



monik 06/12/2010 21:04



Mais  c'est le printemps par chez toi!



Arthémisia 06/12/2010 21:39



J'ai dû changer la repro de Mondrian et celle-là est mauvaise.


Peut-on parler d'un souvenir de printemps....? Ou plutôt du souvenir d'un printemps en automne?


Excuse moi, je complique. Et puis cela n'a pas d'importance. Surtout quand on (re)nait.



juliette b 06/12/2010 17:41



poètique et fulgurant amour



Arthémisia 06/12/2010 21:41



Je ne sais pas si c'est poétique, ni fulgurant, ni même amour.


C'est de l'ordre du partage. C'est tout ce que je peux dire avec assurance.



lutin 06/12/2010 11:54



chaque strophe est intégrante et intégrée, c'est pour cela que je ne dissocie jamais une poésie, c'est comme une femme, sa beauté est un ensemble, (même si aujourd'hui la guerre des Miss
m'écoeure encore plus que d'habitude).



Arthémisia 06/12/2010 21:28



Je ne parlais pas du tout de la strophe 2 mais de la dualité des protagonistes du texte.


 


Des miss? C'est quoi? Un truc à fric? De la femelle exhibée? Eh dire que des femmes se sont battues pour obtenir des droits, l'égalité...et que d'autres vont
encore tortiller du derrière pour gagner de l'argent. C'est insultant pour toutes celles qui  tous les jours vivent des vies de VRAIES femmes...et pas de bimbos!



fbd 06/12/2010 11:02



2: symétrie des branches et des racines



Arthémisia 06/12/2010 12:04



complémentarité aussi...



lutin 06/12/2010 10:58



Vraiment trés beau



Arthémisia 06/12/2010 10:59



Le 2 est beau.