Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1333 - Se Sauver

Publié le par Arthémisia

 

http://www.guggenheim-bilbao.es/uploads/fondos_propios/img/md/Kkein_gran_antropometriaAzul.jpg

 

Elles ont vécu bien des années dans leur peau. Tout s’arrêtait sur elle.

Ce n’était pas vraiment une carapace, encore moins un bouclier ou une armure. Elles avaient simplement longtemps ignoré qu’elles avaient quelque chose dessous, dedans. Personne d’ailleurs ne s’y était intéressé. Personne ne leur en avait parlé. Peut-être que même personne ne le savait ?

Ou alors peut être que ça arrangeait tout le monde, de ne vivre ainsi qu’en surface, de n’avoir devant soi aucune profondeur, de vivre devant des images plates, des chromos trop colorés, en oubliant les facettes, le volume, l’épaisseur de la forme, de la chair, de l’âme ?

C’est vrai quoi : une image, on se la trimballe facilement dans la poche, dans un portefeuille. On l’exhibe, on la montre. On en est fier et ça ne prend pas de place. Une image c’est là et ça suffit.

Et une image ça se tait.

Même qu’un jour, un jour où elle est un peu trop chiffonnée, un peu trop déchirée et rafistolée, on en fait une boulette et on la jette en disant « ce n’est pas grave ; je l’ai en mémoire ».

 

Mais il arrive que les images se regardent à l’intérieur, qu’elles-mêmes découvrent leurs arrières, leurs revers, leurs dedans. Soudain elles se déploient, s’arc-boutent, se volumisent.

Soudain elles ne rentrent plus dans les poches.

Elles ne sont plus images. En x dimensions, elles s’expansent, s’exportent, s’exposent. Elles changent de vie. Elles se sauvent.

 

Elles se sauvent de leur peau.

 

Copyright © Arthémisia – déc.10

 

Avec : La Grande anthropomètrie (ANT 105) – Yves KLEIN

Pigment bleu et résine sur papier marouflé sur toile

 280x428 cm – Musée GUGGENHEIM – Bilbao ( E)

 

 

Commenter cet article

joruri 02/01/2011 14:47



Bonne année, bonne santé, (bananier, pommes sautées) )à toi arthémisia, et aussu à tes lectrices et lecteurs. Portez-vous bien et soyez heureux. C'est un ordre !



Arthémisia 02/01/2011 16:16



Bien chef!


Bananier, pommes sautées...vahinés, ukulélé....!






LM 31/12/2010 21:41



belle année Arthimésia


http://livredesmutations.over-blog.com/article-2011-64055043.html


bisous



Arthémisia 31/12/2010 21:58



Merci pour ces étoiles de couleurs, LM.


Que 2011 soit pour toi aussi joyeuse qu'elles.


Bises


Arthémisia



joruri 22/12/2010 12:43



Se sauver corps et âme.



Arthémisia 22/12/2010 14:38



Je suis certaine que l'un ne va pas s'en l'autre...dans tous les sens du verbe aller.



tilk 21/12/2010 00:55



quel texte!!! quelle profondeur ...j'aime tes mots


besos


tilk


j'ai de la chance bilbao est tout près e bordeaux le guggenheim est vraiment génial



Arthémisia 21/12/2010 09:54



La profondeur ou du moins son déni d'une vie.


 


Quant à Bilbao, c'est un de mes rêves d'y aller. Mais c'est très mal parti.



joruri 20/12/2010 18:22



Le filigrane. Tout a un filigrane.



Arthémisia 20/12/2010 18:26



Certainement. Un dessi(e)n de l'intime.


 


Peut être quelque chose de si fin, de si transparent qu'il faut des yeux particulièrement affutés pour l'apercevoir....


Ou bien simplement savoir soulever le papier...



juliette b 20/12/2010 17:33



Moi, ton image, je ne l'ai jamais chiffonnée et mise dans ma poche, je l'ausculte, je la respire, je je l'écoute... elle dit tant de choses, tant....



Arthémisia 20/12/2010 18:03



Merci de tes regards plein d'amitié profonde. Je les sais.



stellamaris 20/12/2010 12:22



Et elles sauvent leur peau, par la même occasion ! Un texte très profond, j'aime beaucoup ! Bises.



Arthémisia 20/12/2010 18:03



Merci Stellamaris.


Le contenu et le contenant sont si intimement liés....


Bises


A.



Alexandre 20/12/2010 11:01



Souvent, sous la carapace, nous trouvons des choses assez étranges. A tel point qu'il vaut mieux ne pas trop s'y aventurer.



Arthémisia 20/12/2010 18:02



Recherche de facilité? Peur de l'inconnu? Désir de nier l'Autre?


 


"Ce fantôme qui court devant toi, mon frère, il est plus beau que toi; pourquoi ne lui donnes-tu pas ta chair et tes os? Mais tu as peur et tu cours te
réfugier auprès de ton prochain"....


Friedrich NIETZSCHE -Ainsi parlait Zarathoustra - Edt du Sans pareil - 1993, p 70-71


 


 


 



la vieille dame 20/12/2010 10:18



Il y a aussi les mues possibles, quand les acides intérieurs, au lieu de ronger, transforment l'écorce en tanins et que les cicatrices se mettent à briller comme des étendards un peu dérisoires
mais au moins elles sont belles...



Arthémisia 20/12/2010 17:55



Image forte et très vraie!


Merci la vieille dame indigne de rendre le Beau au Beau.