Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1334 - Commettre

Publié le par Arthémisia

  En réponse la dernière proposition de Juliette pour Papier libre

la Comète de Haley

 


 


Tu as commis

Une comète

En abandonnant

Tes objets

D’existence

Dans mon ciel

Qui depuis

Brille

Plus.

Puis tu t’en es allé

Vers tes terres

Lointaines

Traîner

La tristesse vide

De tes poussières

Étoilées

Dans la vague si large

De ton silence.

 

 

 Copyright © Arthémisia – Déc.10

Commenter cet article

bleu virus 23/12/2010 08:27



Tant mieux si tu n'en ai bien sorti. Pas moi! (pere castrateur!!! mere protectrice !) Mais il est vari que toute les personnes ne reagissent pas de la m^me façon. Certaines s'affirment
d'autres disparaissent!


Les petites poussières d'étoile comme tu dis ne sont pas toujours que du bon quand elle viennent de personnes impliquées tel l'entourage familliale . Ce qui a été déposé continu de nous
suivre pour meilleur comme pour le pire! ,Seul l'amour guéri. Plus béante est la blessure plus longue sera la guerison.  Parfois  c'est le non-amour le rejet, qui refait
surface. La guerison finallement qu'est ce que c'est: la reconnaissances des  aspects refoulés et des shémas,  mélangé à ce précieux liquide qu'on nomme Amour. Amour
de soi pour aller vers l'autre, amour de l'autre pour revenir à soi. 


Comment cela fonctione pour que cela fasse effet??? Pour certain aspect, je cherche encore! 



Arthémisia 23/12/2010 08:32



Pour moi, celui (ou celle ) qui laisse derrière lui des poussières d'étoile ne peut être que bénéfique. Les autres laissent des jugements, des enfermements,
des douleurs.


Dommage, car ces comètes passent parfois trop vite...Enfin, je ne sais pas: il ne faut peut être pas qu'elles s'attardent, pour notre bien et pour le leur
aussi. Car c'est juste la trace qui importe en fait, ce qui reste, l'impact généreux et aimant qui demeure et donne une force immense.


On en parle ailleurs si tu veux Virus car là c'est un peu dur pour moi.


Je t'embrasse


Arthi


 



bleu virus 22/12/2010 23:09



N'est ce pas au final une ultime tentative de s'attirer  une bonne image de soi ?


On nous a tend dis pendant l'enfance "tu n'est pas ceci, tu n'est pas cela"; et nous nous avons entendu: "je ne correspond pas à l'image qu'il/elle attend de moi. Il /elle ne peux donc pas
m'aimer, je ne suis pas une personne digne d'amour. Alors tout la vie nous creusons, nous bêchons, nous fouillons.


 



Arthémisia 22/12/2010 23:20



Je ne veux pas renier mon enfance très marquée par des comparaisons quotidiennes avec ma soeur jumelle  mais cela justement m'a appris à être moi et
absolument personne d'autre. Par réaction à un amalgame nauséeux.


Et je me fiche  totalement de ce que pensent les autres! Les jugements sont si faciles.


 


Quant aux petites poussières d'étoiles qui continuent de voler autour de nous et que l'Autre a laissées,elles sont encore présentes car  il l'a fait
totalement sans le vouloir, par le fait simple qu'il est bon. Cela s'appelle même Aimer, Virus. Enfin, je crois.






bleu virus 22/12/2010 01:00



Ce soir je vais m'endormir dans ton silence, comme tu l'as si bien écrit,


 


Tu as commis


Une comète


En abandonnant


Tes objets


D’existence


Dans mon ciel


Qui depuis


Brille


Plus.


Puis tu t’en es allé


Vers tes terres


Lointaines


Traîner


La tristesse vide


De tes poussières


Étoilées


Dans la vague si large


De ton silence.


Je forme le voeu que nos poussières continues de volées, ..., longtemps.



Arthémisia 22/12/2010 01:03



Je sais que les poussières qui le veulent continuent de voler éternellement. Et ce même malgré la mort.


Bonne nuit, Virus.


Je t'embrasse.


Arthi



bleu virus 22/12/2010 00:48



 Tout est dans la tête. En ce moment la pleine lune (influence scorpions) soutient le renouveau! j'en sais quelque chose (secteur professionel). Il faut réaliser "au max "dans cette période,
notre "nouveau model" (scorpion égale destruction-construction; couleur rouge et noir) entre autre.



Arthémisia 22/12/2010 00:52



Le scorpion pour moi c'est ça (un travail de Marina ABRAMOVIC) :


http://guybartschi.com/images/work/large/03391.jpg


Autant te dire que je déteste cette bestiole et ce signe si ténèbreux.



bleu virus 22/12/2010 00:42



Bien dis!



Arthémisia 22/12/2010 00:43



Reste à avancer. Tout n'est pas facile. Mais la décision est prise et déjà tellement libératrice!



bleu virus 22/12/2010 00:33



Je vois aussi en "l'ennemi" une personne indispensable à notre progression.On voudrait bien ne pas le rencontrer mais il est là, à son poste en quelque sorte, prêt à nous "servir", peut être ausi
parce que nous l'avons crée ...


Chacun choisi ces proches comme il l'entend. Faire le vide pourquoi pas si tu es trop entouré. Savoir qui veut notre bien n'est pas toujour aisé sauf avec l'expèrience et encore (et nous
voulons nous notrepropre bien ou demandons nous aux autre de nous faire l"e mal que nous nous souhaitons"). Ignorance encore car nous nous servons parfois ceux qui sont prêt à nous "descendre"
avons nous vraiment le choix puisque tant que nous n'avons pas réellement constaté que "le monde " fonctione ainsi nous nous croyons obligé de continuer dans la mauvaise direction! la pure des
choses, je crois et de ne plus croire en rien ni peronne. Ca je m'y refuse. une part de nous même vit forcement chez les autres, une part, seulement à cela je crois nous devons réagir
positivement. Ou alors, peut être, ne plus réagir du tout sauf dans la spontanéité.


;



Arthémisia 22/12/2010 00:38



Ma réaction fut lente. Mûrie. Mon histoire n'était pas que la mienne. Il est temps désormais qu'elle le soit.


Et tant pis pour ceux qui n'ont rien compris ou plutôt rien voulu comprendre. Ils ont eu ce qu'ils voulaient. Mon temps n'est plus le leur.


Je me dois à moi.


 



bleu virus 22/12/2010 00:01



Bonne direction allais-je dire !


Renoncer c'est choisir on ne l'a que trop répété; mais il me plait de croire que tout ceux qui fond ce choix par force ou par choix trouve un jour  une raison d'être, d'être ce qu'ils
sont sont pour autant savoir pourquoi et pour qui ils le sont (à part les proches!). Se supporter dans cet état, ressentir de la joie et déjà une grande récompense. Une épreuve est passé on
peu continuer mais comme l'écivait si bien Lung Ta est ton en chemin ou assis au bord du chemin. comment se voit t-on ???


j'aime tout cela! 



Arthémisia 22/12/2010 00:06



J'ignore ce que sont les proches.Je ne supporte plus l'hypocrisie.


Mes plus proches sont ceux qui ont semé des poussières d'étoiles, des forces vives en moi. De forces décisionnaires.


Eux n'ont voulu que du bien pour moi.



bleu virus 21/12/2010 23:46



Ca c'est une sacré bonne nouvelle !!! j'en dirais pas autant de mon coté en ce moment même si pourtant j'ai le sourire!


Des larmes d'émotions???! oui comme je peux te comprendre, l'amour l'infini, les êtres , les blessures et ce ciel sans fin... 



Arthémisia 21/12/2010 23:49



Je crois qu'il arrive un temps dans ma vie où le pur me touche infiniment. Par ce que j'ai renoncé à plein d'autres choses. Matérielles notamment, mais pas
que. Et que j'ai décidé d'aller vers un essentiel.



bleu virus 21/12/2010 23:22



C'était vraiment pas le but, j'suis désolé;  Si tu as des larmes Arthi
laisse les couler, si tu as de la souffrance laisse là sortir et regarde la! qui t'as dis à ce point de souffrir!!!


STP ne trouves qu'en toi  l'origine, pas la Vie, pas un tier, et sauve toi oui sauve toi comme tu l'as si bien écrit dans ton autre parution. Cette
enfermement dont tu parles, cette vie de façade n'est plus de notre temps.Il ya une porte de sortie mais pour la voir il faut d'abord se voir, s'aimer et désirer trés fort un changement.
Seulement alors on retrouve un rayon de lumière pour nous guider. Autrement c'est retour dans le cycle infernal de nos pensées...jusqu'à la prochaine possibilité de sortie. je sais que
les fêtes ne sont pas toujours une pèriode de réjouisssance dans ta "région". Mais je te souhaite quand même de trouver de la joie de l'amour de la paix autour de Toi autant qu'il soi possible.
Il y a tellement de façon de se réjouir et l'époque pousse tellement à cela. Juste sorir et partager la joie des autres. Laisser la tristesse pour quelques heures, retrouver des sensations
positives et toujours et encore continuer le chemin mais pas sans nourrir de reflexion; pas sans s'interroger réellement sur le tréfond (je crois qu ce mot existe) de nos actes et de nos
pensées.


Bises par avance des fêtes  qui s'annoncent.


 



Arthémisia 21/12/2010 23:35



Ne te fais pas de soucis pour moi, Virus. Ce ne sont que tes adorables paroles qui m'émeuvent.Je n'ai pas l'habitude de recevoir des marques d'affection, tu
sais.


Pour le reste, cela fait longtemps que je ne pleure plus. Je suis très très lucide et n'ai besoin qu'un tout petit peu de chance pour trouver l'appartement
que je cherche et ...me sauver!


Dans tous les sens du terme.


 


 



bleu virus 21/12/2010 22:25



Si on t'as laissé des paillettes, oui il faut les prendre d'ailleurs elles sont là en suspensions pour tous ceux qui se souviennent.


"les traces des passages" dans nos chairs et aussi dans le ciel parce qe nous sommes filles  et fils d'éternité, les poussières d'étoiles au
dessus de nos têtes ne sont elles pas là pour nous remomorer ces mondes anciens nourissant les cycles éternels presents comme   passé ...?.  


Ce "silence" en fin de texte en dit long  sur les herrances, les renoncements, les blesures ou est-ce celui de la connaissance ???


Dans tout les cas tu es la reine des blogs !!!


Smiley d'aplaudissements collégiales nourris



Arthémisia 21/12/2010 22:46



Ce que tu dis des poussières d'étoiles est magnifique et tout à fait ce que j'ai vécu, et continue de vivre.


Quant au silence, j'ai grande peur qu'il soit une blessure infinie et un renoncement très douloureux à la vie.


 


La reine du n'importe quoi, t'embrasse, sale petit virus qui me fait pleurer!


Arthi



bleu virus 21/12/2010 22:10



 Mais tu sais que c'est trés beau!!!  tant  les paroles que la musique; c'est  le genre
de poesie mots qui  touche instantanement les ames sensibles. Je me suis vu assis sur un rayon de lune  flutant des notes volatiles, balançant mes jambes dans
le vide, tentant d'échapper à la pesanteur.


 j'aime cette idée d'eternité, ce personnage réel ou imaginaire sourd aux préoccupations quotidiennes qui sais, ailleurs, son
propre destin.  



Arthémisia 21/12/2010 22:14



Je ne sais pas où est le destin. Peut être dans les paillettes semées alentours par l'Autre?


Cela me fait tellement de bien d'y croire même si je sais qu'au fond je suis probablement la reine des co....!


Et quand bien même : elles sont là, et ont donné à ma vie un élan dément.


Alors c'est le genre de trucs que je prends!



monik 21/12/2010 21:56



Tout de même ,nous étions tellement avides et nous voilà à vide!


Ce n'est pas exactement la joie même si elle reste notre espérance.



Arthémisia 21/12/2010 22:02



J'étais à vide.


J'ai la joie. Je veux l'entretenir.


Pour le reste, je ne peux que supposer un grand désastre.


Je ne maîtrise pas tout...



Aléna 21/12/2010 20:12



soupir...



Arthémisia 21/12/2010 20:15



Pas tout à fait : je préfère joie, immense joie parce que l'impact, parce que la trace,
positive.



Alexandre 21/12/2010 10:16



Bonjour. Une musique limpide pour illustrer un poème et une image qui représentent le vide intersidéral. Rien ne se passera au dessus de nous.


 



Arthémisia 21/12/2010 10:19



Et pourtant les traces des passages sont ancrées dans nos chairs; Dans nos présents.


Bonne journée Alexandre



tilk 21/12/2010 00:50



j'adore les deux derniers vers


besos


tilk



Arthémisia 21/12/2010 09:45



Ils sont siens mais ils me font peur.