Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1346 - Le Faux ami

Publié le par Arthémisia

 

http://images.artnet.com/artwork_images_425932826_590272_georges-mathieu.jpg

 

On ne s’était rien promis, ami, ami.

Je croyais que toujours tu me sourirais, alors que tu  avais déjà reporté en moi l'image que tu en attendais, l'image perdue de quelqu'un d'autre, une image de tes hiers…

 

 Au soir, tu as craché !


- "Mais tu n'es pas celle que je pensais, celle que je voulais que tu sois?!" ...

…J’ai appris que tu me jugeais.

 

L’excès de ta mémoire te fait sombrer dans les vestiges de ton égotisme. Il serait temps d’expier une bonne fois pour toutes, les ruines de ton passé pour rentrer dans la connaissance des autres, dans leur présence, dans leur présent.

 

Dans ton présent.

 

Moi j’ai déjà tiré un trait. Désolée.

Bonne année!

 

 

Copyright © Arthémisia – janv.11

 


 

 

Avec : Mépris passionné – Georges MATHIEU

1990 – 73x92x36.2inch.

Commenter cet article

Servanne 07/01/2011 22:10



Un tel comportement masculin, c'est aussi un manque de courage, un caprice d'enfant gâté, de décideur pas poétique,  ou pas soigné sûr, mais pas beaucoup d'amour pour elle, pour l'autre
...comme c'est pas beau de juger l'autre, surtout celle qu'on est censé aimer ...



Arthémisia 07/01/2011 22:14



Il  y a des choses que je peux comprendre, des maux dont je peux peser l'origine et l'analyser;


Mais il y a aussi l'intolérable accusation, le report généralisant des défauts de ceux qui nous ont déçus sur tout le monde, l'enracinement dans une vision
falsifiée des autres et le pire, le mot, les propos, les crachats qui ne sont pas pardonnables.


Alors...pour se laver, le silence.



conn o' lee 04/01/2011 19:52



You Tube des histoires karrin allyson


Ich weiss nicht was sol es bedeuten


(je ne connais de l'allemand et l'italien que  du "sotto lenzuolo")



Arthémisia 04/01/2011 20:45



http://ingeb.org/Lieder/ichweiss.html


Romantique à souhaits!


Je reprends doucement l'allemand dont j'ai fait 5 ans mais que j'ai copieusement oublié de mon bac.


 


ps : j'ai trouvé ça.... :


http://www.youtube.com/watch?v=aqN6RYyL82A.


Une voix assez étrange, rauque, et un peu surannée, pour une histoire assez banale, ...comme beaucoup d'histoires d(')e ( faux ) amour.


Rien à voir avec celle des faux amis.


Pourtant je me demande encore si l'amitié est possible entre homme et femme, enfin ...ce qui est vraiment possible entre un homme et une
femme.


Passons, je suis de bonne humeur...



Aléna 04/01/2011 18:24



ça c'est envoyé!



Arthémisia 04/01/2011 19:11



Je me sens mieux!



conn o' ly 04/01/2011 11:36



ach gott ! noch einmal !


cette chanson "des histoires" résume bien la vie  de nous les femmes...peut-être prendras-tu 3 minutes pour l'écouter...


ce qu'il a fait et que je voulais...


et voilà que je me demande si je ne suis pas importune chez toi :bei dir war es immer so schön !



Arthémisia 04/01/2011 17:10



Je ne connais pas cette chanteuse et n'ai rien trouver à écouter d'elle sur le net.


Si tu as un lien, je prends.


 


Noch so schön? Ich erröten....


Dank.



joruri 03/01/2011 22:26



Si tu as mozilla il y a une extension : "Im translator". Tu selectionnes le texte et tu choisis la langue d'origine et ta langue et tu as non pas la traduction, mais une traduction. Comme il y a
beaucoup de langues on peut aller un peu partout...


J'aime bien les corps de femme qui jaillissent de la masse abstraite, mais bon. C'est pas Garache non plus...



Arthémisia 03/01/2011 22:30



Comparons ce qui est comparable!


Trop mou...pour moi! !!!!


 


Je n'ai pas le temps ,ni le courage de m'essayer à une traduc ce soir mais j'irai: ça m'intéresse. (je sors de mon cours d'Allemand!)



joruri 03/01/2011 20:36



http://particulasdosentido.blogspot.com/


 


J'ai pensé à toi. A toi de voir.



Arthémisia 03/01/2011 21:38



Merci du lien. C'est une peinture  surréaliste, apparamment une technique maîtrisée ( formats assez grands) , mais que je trouve un peu molle. Mes bases
de dessin me poussent toujours vers des choses plus graphiques, plus nerveuses, et surtout plus fermées. J'ai toujours du mal avec les couleurs qui fusent les une dans les autres surtout quand ça
devient un mode de fonctionnement généralisé.


La deuxième travail sur ce billet là, me plait plus, par l'occupation interne des formes, les reprises graphiques :


http://particulasdosentido.blogspot.com/2010/09/o-sonho-da-noite-anterior-de-maria.html


Et là par exemple je vois bcp de références connues (Magritte, Dali)...et peut être trop :


http://particulasdosentido.blogspot.com/2009/03/quinta-essencia.html


Par contre cette peinture est très très mentale. Elle questionne, fait sens et ne peut laisser indifférent. Mais je ne parle pas espagnol et probablement que
les textes sont aussi à creuser.


Je garde le lien et retournerai me balader. Il y a bcp de détails dans chaque tableau, une symbolique (composée d'héritages plastiques  et aussi plus
personnelle) qui mérite qu'on s'y attarde.


Belle trouvaille!


 


 



monik 03/01/2011 16:45



Cette peinture est stridente  et j'en aime beaucoup le titre" mépris passionnés ".


Au temps du saccage, je préfère celui de la délicate attention aux autres.



Arthémisia 03/01/2011 21:22



Nous nous comprenons parfaitement et pour mes mots et pour le choix de la toile de MATHIEU.



lutin 03/01/2011 16:34



Cette peinture est magnifique, je n'y vois que des pianos qui dégoulinent.



Arthémisia 03/01/2011 21:20



Pour ce qui est des pianos ...l'instrument est très bien venu : il en joue.


Mais il y a aussi bcp de nervosité dans les traits.



frigida kalhogi 03/01/2011 14:22



nulle en info...mais je crois que c'est possible :je souhaiterais que tu ajoutes sur ces images et ton texte :


"des histoires" par karrine allyson


amitiés varoises et varicoides



Arthémisia 03/01/2011 21:19



Mais à quel titre? C'est encore chez moi, ici , répondit l'Ego. Ego, ego, ego....ego...go...o...


Eh woui...des histoires...qui font mal, même à ....xx ans.





Pour le Var...et les formes serpentines...compris, ...aussi.



Alexandre 03/01/2011 11:34



"Celle que je voulais que tu sois ?". On peut attendre d'une personne qu'elle soit intègre et fidèle mais condamner parce qu'on est pas comme soi, c'est étrange. Mais bon...



Arthémisia 03/01/2011 11:45



C'est plutôt condamner parce qu'elle n'est pas conforme à ce qu'on attend d'elle, à un modèle, un idéal parfaitement impossible.


C'est condamner parce que celle qui n'est pas conforme est automatiquement comme celle qui un jour a déplu.


C'est mettre toutes les femmes dans le même sac.


C'est refuser la diversité, cataloguer.


C'est refuser la personnalité.


 


Mais c'est aussi se condamner soi-même à souffrir car c'est ne pas accepter  les gens comme ils sont.



Jean-Marc 03/01/2011 09:31



Face aux limon, prendre son timon et voguer au gré de sa fantaisie et de son désir !


Très belle année à toi, Arthi !


Mille baisers de bonheur.



Arthémisia 03/01/2011 09:33



Je prends tout : voeux et baisers et t'en rends autant !


Et vogue la galère!



ambre 03/01/2011 09:18



Des fois c'est beaucoup plus simple que ça.. c'est pas qu'on n'est pas à la hauteur de ce qu'imagine l'autre, c'est que l'autre a un tel ego qu'il n'y a plus de place pour nous ..


Quand à ce qui ne nous appartient pas Arthi, pas toujours évident de voir la limite, non ?


Belle année à toi, et tu as bien raison.. lâche tout ce qui t'entrave .. et exorcise les rancoeurs !!



Arthémisia 03/01/2011 09:25



Je crois que pour le cas présent, l'Autre a bcp de souffrance, non avouée ( c'est un vrai macho!) et non traitée, qu'il reporte en l'occurence sur toutes les
femmes qu'il rencontre et qui ne sont pas ce qu'il voudrait qu'elles soient, c'est à dire dans sa ligne de pensée.


Dommage pour lui.





Je n'ai pas de rancoeur. Mais je n'ai pas envie de payer pour les pseudos fautes des autres. Que chacun lave son linge avant de venir m'accuser de
tous les maux qu'il porte en lui.


Je me dois à moi, avant tout et je me moque qu'on me targue d'égoïsme!


Belle année à toi aussi, Ambre!



Jean-Marc 03/01/2011 01:00



Comme très souvent, j'adore ton billet Arthi.


A la décharge du cracheur, peut-on reconnaître combien il est difficile, à partir d'un certain âge, de tirer ce satané trait sur les ruines du passé, surtout si elles sont encore fumantes de
doutes, d'incompréhension et, parfois aussi, empreintes de nostalgie ?


Pourtant, comme je te suis dans la nécessité presque vitale d'oublier le passé pour mieux ouvrir ses sens au présent, à la présence...



Arthémisia 03/01/2011 08:40



Les ruines fument depuis plus de 30 ans. On aurait pu les penser éteintes. Mais elles sont encore pleines de rancoeur.


Blessure d'orgueil probablement.


 


Alors quand le passé remonte ainsi à la surface, mieux vaut ne pas se trouver dans les parages sous peine d'en recevoir les limons en pleine figure dans un
acte de généralisation ridicule.


Il nous faut aussi nous  protéger de ce qui ne nous appartient pas.