Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1403 - Effacer les questions (2)

Publié le par Arthémisia

 

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0002/m504101_94de208_p.jpg

"J'ai cru pouvoir échapper à la douleur du manque en en faisant un objet de réflexion..."

@ Tonino BENACQUISTA

 

interviewé par François BUSNEL

dans la Grande Librairie ( France 5) du 31/03/2001 à propos de son livre Homo Erectus
 

 

Avec : Orphée et la Douleur - Gustave MOREAU

Commenter cet article

Aléna 08/04/2011 18:34



et ce fut une illusion de vouloir combler le vide, même par la pensée? La pensée du vide le creuse...



Arthémisia 08/04/2011 18:50



tout à fait. Pernicieusement.



vdi 08/04/2011 18:00



J'adore.



Arthémisia 08/04/2011 18:03



son livre me tente bcp.



monique 06/04/2011 09:10



Oui, il ne faut pas manquer tout le reste!


Ne pas se laisser obséder par cette image du manque  que l'on peut recomposer à l'infini.


Rechab dis tout sauf peut-être la " richesse lucide et apaisante d'êtres qui nous entourent"


 



Arthémisia 06/04/2011 12:03



Ils sont si rares.


Merci de ton message d'encouragement. Il me fait du bien Monique



rechab 06/04/2011 00:03



en réfléchissant ont rend l'absence plus présente


 


Sans  vouloir  dire  qu'il ne faut pas  réfléchir,  pense à la signification de réfléchir... un reflet,  et un reflet n'est pas la
réalité, mais son image ou l'image qu'on en a  et cela peut être déformé.


Le manque, c'est terrible, tu le sais bien  ça fait plusieurs  textes  que j'écris là dessus, mais on ne peut pas vivre qu'avec le manque  ( sinon, justement  on
manque  --  tout le reste).


Le manque, le vide va t'accompagner, comme  le silence accompagne  les  sons,  mais les sons  seront plus présents encore à cause  du
silence...   écoute Miles  Davis...



Arthémisia 06/04/2011 12:03



Et Pergoles...



Versus 05/04/2011 23:38



Pourquoi gratter les plaies ? Pourquoi s' excuser en quelque sorte de la vie antérieure ?


Dessine un chant nouveau, d' un coup de rouge aux lèvres dans le ciel !



Arthémisia 06/04/2011 06:26



J'écoute les conseils.


Merci



tilk 05/04/2011 21:58



en y réfléchissant ont rend l'absence plus présente...la souffrance aussi...


besos


tilk



Arthémisia 05/04/2011 22:01



en ....réfléchissant ont rend l'absence plus présente...la souffrance aussi.


Bises


A.



monik 05/04/2011 21:12



D'un prime abord , c'est effrayant , je sais , mais ton moi est vaste et s'il te donne le vertige , regarde les arbres autour de toi et dresse toi avec eux.



Arthémisia 05/04/2011 21:17



Derrière certains d'entre eux se cache tant d'incompréhension, tant de jugement, tant de violence, tant d'arrogance.



monik 05/04/2011 13:43



Bien d'accord avec rechab " ne pas en faire un sujet de réflexion"


Laisser les dépouilles sur ce chemin.


Qui étais-tu avant?Quels étaient tes chemins de prédilection?


Que deviens-tu après: " ce qui reste est vaste, ce qui reste sera à toi, sera toi"


Vite que ton  nouveau chemin t'étonne et te comble.



Arthémisia 05/04/2011 17:19



Ce qui reste, oui, n'est que moi. C'est assez effrayant, tu sais Monik.



rechab 05/04/2011 09:38



Point de suspension , tout s’exaspère  et tourbillonne


 


Dans le bocal de l’univers, les atomes se contournent, les galaxies se font tourbillon, et belles dans leurs
robes  d’étoiles…


De voies lactées  en vraies laitances, la toile des possibles  est
encore à peindre,


 la buée devenue eau sera bue par celui ou celle qui veut la boire,.


 De cette eau, de ce lait tu t’en nourriras, tu enfanteras ce que tu n’avais même
pas imaginé,  tu écriras ce que nul autre n’a écrit, .


 Ce qui reste, c’est vaste,  ce qui reste  sera
à toi !, ce sera  toi !


 Tu traverseras ce reste si vaste,  ce monde des
possibles, tu seras toi même l’univers…     tu l’es déjà..       si tu te vois positive…(points de supension)..



Arthémisia 05/04/2011 10:40



Merci de tes encouragements, René.



rechab 05/04/2011 00:26



tu n'échappes pas au manque,  tu le ressens, 


 


par contre en faire un objet de réflexion, c'est se mordre la queue...  tu ne peux pas en sortir...  au contraire 


 


il faut en sortir. Sortir.


Le travail sur le deuil commence ,       


par se rappeler les moments avant le deuil, et pas l'après.



Arthémisia 05/04/2011 06:29



Encore faut il sélectionner le bon de l'avant pour reste terrain de reconstruction et non zone contaminée.