Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1406 - Effacer les questions (3)...peut être comme suite aux billets 1400 et 1401

Publié le par Arthémisia

 

http://risdmuseum.org/uploadedImages/Museum_of_Art/Exhibitions/steir.jpg

 

 

 

" Le dessin est le lieu de l'enregistrement,

celui de la voix haute de la pensée"
 

 

Philippe PIGUET


 

 

Avec : The Austrian Group n°2 - Pat STEIR - 1991

Commenter cet article

rechab 11/04/2011 14:52



 


Vous développez vous- même sur votre blog un point de vue.  


Bien entendu, le point  de vue  est une  chose  fondamentale,  et la
multiplicité  des points  de vue  d’ailleurs également. C’est  d’ailleurs  ce qui fait la richesse  de la création…


Par  contre a-t-on besoin de la critique, c’est autre
chose.  Elle peut  venir  enrichir la lecture  de l’œuvre, mais pas
se substituer à elle,  et contrairement à ce qui est affirmé il peut très bien y avoir  des
œuvres  qui se développent, sans  qu’un  regard d’autre  soit forcément induit 


(des gens qui écrivent  qui n’ont jamais montré leurs textes,  parce que ça correspond à
une  expérience intérieure, qui n’a pas pour but premier  d’être partagée, en arts aussi, mais c’est plus rare,  c’est par exemple  celle  des « irréguliers  de
l’art » 


(Aloyse au musée de l’art brut  de Lausanne, pour
ne citer  qu’elle)…


Vous dites  « beaucoup qui sont très peu critique de leur propre travail, sans distance... »,c’est
vrai, mais quand  même peu commun, il y a deux positions  éloignées  par rapport à ça…


- la position négative…   ne pas être critique, ne pas  se voir,  ne pas se situer par rapport à
l’environnement,  c’est  se condamner à produire quelque chose  de répétitif, duquel on ne sort pas parce qu’on a pas cette conscience.


- la position positive..  qui est celle d’un rapport  de spontanéité  et d’ingénuité, presque 
d’innocence,   équivalent à celle  d’un investissement total envers son œuvre, donc  détachée des autres,  mais aussi la plus intransigeante.


Peut-on parler pour cela d’ autisme, le magma..., je ne le ferai pas,  car c’est  déjà un jugement de valeur.


« Sans un regard extérieur, pas d' art ( avec toute la question ouverte de l' esthétisation des objets dits " primitifs "
).  Et alors ?..   c’est remettre  en place  le domaine 
de l’artisan, faire  descendre  de son nuage  le monde  des demi-dieux artistes..


Est-ce si important de créer une catégorie « art »,  qui de fait, avec la
signature  en bas  des  œuvres  est assez  récente…


 


Objectiver, dites  vous…  mais qui est
objectif ?


Et au niveau le plus  élémentaire, objectiver, c’est  justement
considérer ce que nous proposent les  créateurs : des objets…  d’art ou pas…



Loïc 11/04/2011 14:29



Je ne connaissais pas cette expression. C'est bien vu et l'illustration met bien en valeur le texte. Bravo !



Arthémisia 11/04/2011 21:04



Merci Loïc. Et Bienvenue ici. La porte reste ouverte...revenez quand vous le voulez/pouvez.



tilk 11/04/2011 00:00



oui comme un va et vient..comme si le dessin nous dessinait ...


besos


tilk



Arthémisia 11/04/2011 00:10



Je mets  ton commentaireis avec celui que donne Klavdig SLUBAN qui expose ses photos en ce moment à l'Hôtel des Arts de Toulon et qui dit que parfois les photos sautent dans
l'appareil mais que, bien qu'elles soient basées sur la réalité, ne sont  pas pour autant de l'ordre de l'anecdote. Car reste en elles bcp de projection de l'artiste.


Dessiner comme photographier, c'est bien s'exclure du quotidien, d'un certain quotidien, pour en vivre un autre. C'est une composition intime et presque magique de l'artiste et de son
oeuvre.


bises


Arthi



Versus 10/04/2011 13:57



" juste accompagnant ", bien sûr !


J' ajoute que mes blogs remplissent, essaient de remplir cette fonction critique et paracritique.


D' abord, ce difficile et passionnant rapport des mots et du visuel ( de l' image), c'est VERSUS ANIMA et ensuite le travail de présentation et d' auto explication de mon propre travail, JEAN
MARIE STAIVE Blog.


 


Voyez-vous rechab, nous ne sommes si éloignés que cela !


( Je remercie Arthémisia, un de mes tout préféré blogs, de parler de moi ici, en m' excusant aussi en quelque sorte )



Arthémisia 10/04/2011 14:04



Pas de quoi Versus.


 


J'aime le débat et ce blog a pour fonction première de provoquer l'échange entre image et mot mais aussi les rencontres entre passionnés...comme je crois que vous l'êtes tous les 2, René
et toi.


Et je me réjouis que, comme cela est écrit en substance sur le fronton de la Sécession, nous n'ayons qu'à souffrir de nos propres libertés.



Versus 10/04/2011 13:44



Votre méfiance envers les discours sur l' art est une idée très partagée Rechab ! C' est même un lieu commun..En ce qui me concerne, je n' ai pas d' à priori . La critique d' art , comme la
pratique artistique produit du bon et du moins bon. On peut juger, donner un avis en connaissance de cause. Il existe des données historico-culturelles et des multiples points de vues pour l'
analyse iconique . Vive la multiplicité, pourvu que cela " colle "avec l' oeuvre  analysée.


Vous développez vous- même sur votre blog un point de vue.


Par ailleurs, ce n' est pas parce que l' on a " une pratique approfondie de la discipline " que l' on est un bon critique, tant pour soi que pour les autres.Cela peut induire des préjugés, des
refus d' orientations par rapport à notre propre direction.


Pour le greffon, en horticulture, comme pour la culture, je me permets de vous signaler que c' est le gréffé qui détermine la couleur d' origine. C' est lui qui donne de nouveaux fruits au "
langage " du premier. Sans regard critique, sans regard de l' autre, une oeuvre d' art n' existe pas !


Des artistes, il y en a beaucoup qui sont très peu critique de leur propre travail, sans distance...


Vous écrivez encore que " l' artiste est son premier regard ", heureusement pour lui ! Sinon, c' est l' autisme, le magma...Et encore là, nous pourrions évoquer les objets créés sans intention d'
art.


Sans un regard extérieur, pas d' art ( avec toute la question ouverte de l' esthétisation des objets dits " primitifs " ).


En ce qui me concerne, ancien universitaire en esthétique , critique d' art ( ex membre du comité de rédaction d' une revue d' art  ) et artiste depuis plus de trente cinq ans, je suis l'
ami  d' artistes pour lesquels j' ai écris des textes de présentations ou d' analyses, essentiellement à leur demande. D' objectiver une démarche artistique, c' est aussi accepter le regard
de l' autre, des autres. Jamais totalisant ce regard, mais pas non plus relativiste, juste accompagant, dans la ferveur de l' amitié intransigeante!


Bien à vous.


Versus



rechab 10/04/2011 12:39



A l'adresse  de Versus


 


Je me méfie beaucoup des discours par rapport à l'art et qui prennent l'art comme point  de départ pour affirmer  des choses - très souvent  extérieures  à la volonté réelle
des artistes -  


selon moi, on ne peut  décemment  avoir une opinion fondée, si on n'a pas soi même une pratique approfondie  de la discipline, que cela 
soit danse, peinture, poésie  etc...


 


la critique  d'art est souvent  un  greffon  sur une oeuvre qui a déja  son existance  propre, 
vec des gens  qui ont pensé - (  et oui), avant de créer,   ou laisser leur  prensée  se développer à mesure  qu'ils créaient...  ils sont donc leur
premier  regard..;


 


La critique peut avoir , et donner un éclairage  différent, mais elle sera toujours  extérieure,   -  donc relative



Versus 08/04/2011 22:58



Bon il faut que je me procure le catalogue...et comparer les textes !


Très bonne fin de soirée Arthémisia.



Arthémisia 08/04/2011 23:03



Musée d'Art de Toulon.


113 bd Leclerc


83000 Toulon


Tél: 04 94 36 81 01


Fax : 04 94 36 82 21


(5euros)


 


Bonne fin de soirée à toi aussi Versus



Versus 08/04/2011 22:50



Tu as raison, et j' apprécie ta dernière analyse, cela rejoindrai comme le texte de Nancy en finale , " la voix haute de la pensée " ...



Arthémisia 08/04/2011 22:53



Ce "haute" résonne de la noblesse de la quête.



Versus 08/04/2011 22:28



Mais le plaisir n' est pa s réducteur Arthémisia ! Même le repentir est plaisir, on reprend, on refait comme la bobine de Freud ! On la lance, on souffre du
manque ou de l' absence et on la  " ramène "avec un plaisir certain. Et on la relance pour jouir de la souffrace de la perte..et on la " ramène " toujours !


L' analyse de J.L. Nancy est lumineuse il écrit :


"  [...]..on serait fondé à dire que le plaisir de l' art est pervers ( selon les catégories freudiennes ), tout autant que le serait en fin de compte
toute sexualité détournée de la décharge génitale ( ...) On pourra, de fait toujours affirmer que" l' art " proprement dit- ce concept tardif et toujours discuté - est toujours la perversion de
conduites détournées de leurs finalités cognitives, morales, religieuses, politiques. Mais ce détournement est aussi bien ce qui retient toutesces finalités et tous leurs assouvissements de se
représenter comme possibles, désirables et consistants. ( N' est-il pas permis de dire que l' art religieux protège la religion de sa pulsion fanatique ? )


Le dessein de l' art, c' est son idée en tant qu' idée - forme, schème et rythme - de cela qui ne s' achève en nulle Idée, Idéal, idéologie ou idéation. L'
idée de ce qui redemande sa propre naissance et l' ouverture de son désir : dessin, dessein de s' éprendre de soi. "


J.L. Nancy- La forme plaisir,( extrait )



Arthémisia 08/04/2011 22:36



Dessein de s'éprendre de soi...cette idée me sied même si parfois le dessin est aussi (je ne parle pas que de mon expérience personnelle ...) s'en prendre à soi. C'est en cela que je ne
veux par fermer la forme sur l'unique plaisir.





On en arrive à utiliser l'idée de la prise (de soi) comme de celle du judo, quelque chose qui s'accroche et relève pourtant d'une sorte de danse, et d'une quête personnelle noble. Donc là
je te rejoins : la quête, la lutte, et la douleur comme participant à une fin, à un but.


 



Versus 08/04/2011 21:52



bonsoir Arthémisia, magnifique oeuvre présenrée ici ! Pour ce qui concerne la phrase de Piquet, je suis plus dubitatif. Qu' est-ce la voix haute de la pensée, sinon un peu une formule générale de faux poète inspiré. Je préfère de loin le travail critique de Jean Luc Nancy au Musée des Beaux-arts
de Lyon, il y a quelques années déjà et que tu dois bien connaître. Je le cite :


" Le plaisir au dessin. Le plaisir que l' on prend à dessiner et à regarder un dessin. Le plaisir qui se met lui-même au dessin, comme on se met à l'
ouvrage...


Et si tout plaisir était dessin ? Geste qui se plaît à son propre élan, convenance d' une forme à sa propre formation, à son propre dessein, à son désir d'
aller toujours plus loin vers elle-même.


Non pas l' assouvissement qui conclut, mais la réjouissance qui arrive. "


Alors, je ne connais pas la teneur du texte intégral de Piguet, mais un journaliste qui écrit sur
tout...


L' essentialisme de l' expression " vois haute de la pensée " en impose, mais que dit-elle exactement ? La critique d' art a
besoin de précision, si on veut faire un poème, alors c' est autre chose ! ( que j' admets, Rilke étant un bon exemple ).


Bonne soiré en m' excusant de mon léger désaccord.



Arthémisia 08/04/2011 22:01



Nous avons le droit  et le plaisir de l'échange, Versus !


Ce qui me gène dans ce que tu décris c'est l'idée du plaisir. Pourquoi dessiner serait plaisir, toujours?Je trouve cette idée un peu réductrice. Bien sûr il y a plaisir à voir son
dess(e)in avancer, le plaisir du tatonnement et des pas vers le dire, mais aussi il y a la souffrance du repentir (le mot n'est pas rien!).





Mais au fond je crois qu'il reste alors à définir ce qu'est le plaisir....et à savoir s'il est universel...ce dont je doute très très fortement!


 



joruri 08/04/2011 20:12



Le mystique ? Pas au premier degré. Mais je le soupçonne d'être au carrefor de tout ce qui est beau.


As-tu par exemple, observé la production Orthodoxe ?


Cette communauté parle du cute en ces termes":


"Tenons-nous debout dans la beauté" Ou encore " Tout ce qui est beau et bon nous appartient".


Ensuite, chacun fait les liens qu'il peut.


De plus, la parole date de vieux...



Arthémisia 08/04/2011 20:18



Mon père peu avant sa mort était sur le point de se convertir à la religion orthodoxe. Je la connais donc un peu.


Bien sûr tout cela vient de loin, donc on peut peut être imaginer que le Beau dans cette religion comme surement dans bcp d'autres, a aussi à voir avec une forme projet voire de
projection.


 



Gérard 08/04/2011 17:35



Salut


Le dessin ? l'apogée d'une pensée au dela du defini ..
Bises


Gérard



Arthémisia 08/04/2011 17:39



...et du définif!


Tu vas bien Gérard?


Bises


Arthi



tilk 08/04/2011 16:36



très intéréssante cette citations ...le dessin est un lieu ou on peut poser ses rêves


on y laisse notre  ressenti


besos


tilk



Arthémisia 08/04/2011 16:57



Ou bien on l'y gonfle?


bises


A.



joruri 08/04/2011 12:07



C'est une opinion qui se tient pour un dessinateur. Mais sans doute, un cinéaste, un écrivain, voire même un artisan ou un mystique dirait-il la même chose à propos de son  art ?



Arthémisia 08/04/2011 15:22



Pour reprendre et poursuivre l'introduction du catalogue de l'exposition de dessins contemporains du Musée d'art de Toulon (rédigée par Philippe PIGUET) il faut préciser que  la
collusion sémantique entre les mots "dessein" et "dessin" signale une autre source essentielle qui confère à l'acte de dessiner la qualité d'être au plus proche d'une idée que l'artiste forme
d'exécuter un projet.


Le dessin se présente traditionnellement à l'amont de la création.


Pour pratiquer l'écriture en amateur, je ne sens pas cette même nécessité d'avant dans cet art.  A moins que le brouillon puisse être considéré comme un acte fondateur du
futur texte, son assise psychologique et mentale.


L'artisan lui, je suppose part de plans ...et donc de dessins avant de réaliser son ouvrage.


Quant au mystique, fait il .... de l'Art?



rechab 08/04/2011 10:25



Elle  a de bien belles  paroles  Catherine !


 


on sent  de l'épaisseur dans les gestes  et le tracé des mots    



Arthémisia 08/04/2011 12:03



C'est une personne (de) bien....



catherine 08/04/2011 02:17



Un jour, il n'y aura (volontairement) plus de question.


Ce jour là, le dessin sera bon, mais il ne sera pas de moi ou plutôt il sera de la part de moi qui est universelle , qui vit , meurt, change, oublie et ignore les questions qui n'ont pas cours
dans l'instant présent...


 


Un petit clin d'oeil nocturne....


Bises Arthii



Arthémisia 08/04/2011 06:15



alors il sera totalement de toi!


Bises Catherine. J'espère que tout va bien pour toi.


Arthi