Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1421 - La Pluie étrangère*

Publié le par Arthémisia

 

http://www.ameg.nl/files/penone.jpg

 

Mais je ne suis d’aucun pays.

Le local ankylose. Surtout là-bas ; on s’en fait des fiertés dont j’aurai parfois honte.

Mon seul lieu, ma promenade, s’intériorise.

Je ne marche vraiment qu’en moi-même.

Mais un moi c’est petit ; je me cogne à mes murs, me râpe, m’écorche.

Je marche en moi,  sur soi. Je me piétine, m’écrase, me perd.

Pour mieux me retrouver. Me prouver.

Trouver la caresse intérieure, mystérieuse,  celle qu’aucune géographie externe n’a jamais su donner.

 

Je deviens arbre, un arbre qui pousse en moi-même, vers mon cœur, et qui cherche sa sève, un arbre de cobalt phosphorescent. De ce bleu impossible.


Et je crois au printemps, à un printemps surpris dans son vide vert, par une pluie étrangère au goût sucré de pomme.


Nous sommes le vingt cinq avril deux mille onze.

 

© Arthémisia – 04/2011

 


http://lesmythologies.files.wordpress.com/2010/11/alexandre-jacques-chantron-danae-1891.jpg

 

 

 

Avec : La Porte de l’arbre - Guiseppe PENONE -1993/95

et

          Danaé et la pluie d’or – Alexandre Jacques CHANTRON -1891 …pour nous changer de celle de KLIMT( !) 


Commenter cet article

stellamaris 29/04/2011 19:45



Cette promenade intérieure, j'aime énormément, Arthémisia ! Bises !



Arthémisia 30/04/2011 11:32



A faire tous.....!


Bon week end Stellamaris.


Bises.


A.



joruri 29/04/2011 18:00



Je regrette que le terme "pluie d'or " soit passé dans le langage porno.



Arthémisia 29/04/2011 18:45



Ce n'est certe pas le sens que je lui donne, tu t'en doutes, même si la référence au coquin Zeus est bien sûr érotique.



Alice 29/04/2011 15:59



C'est comme une fulgurance ton écrit, tant il est juste. le "pays de soi-même" est bien mystérieux et lointain, cette recherche est féconde pour aller vers les autres. Bises



Arthémisia 29/04/2011 16:20



Et pourtant ce pays de soi-même est si présent, toujours présent. Nous devrions le connaître comme le fond de notre poche, nous y sentir à l'aise pour  accueillir
l'étrange(r).


amitié


A.



tilk 29/04/2011 00:41



un texte magnifique et une description de l'errance intérieure sublime


besos


tilk



Arthémisia 29/04/2011 08:31



Le pays de soi-même n'est-il pas le plus difficile à découvrir?


Bises


Arthi