Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1425 - L'Ombre rose

Publié le par Arthémisia

 

 

  11-04-27 Vers la ville - pastel gras (1) recadré

 

 

Elle vole au dessus des toits, au dessus du grand peuple.

De divines couleurs font de son œil un riche pavement. Le monde des vivants est une tortue, jadis sortie de terre, étalant ses écailles d’orange sous le soleil.

Leurs bords se calcinent, frisant les violets religieux et les suies d’ivoire.

Au creux, jaillit l’émeraude, le Véronèse essor d’une sphère de platane. Et parfois un pin prussien se fait caressant.

 

Alors le ciel presque blanc accouche d’une ombre rose. A qui appartient-elle ?

 

© Arthémisia – 05/2011

 

 

Avec : Vers la Ville – Etude au pastel gras © Arthémisia

Commenter cet article

Pivoine 12/05/2011 01:15



Eh bien, cette étude de pastel m'avait plu aussi, la première fois que je l'ai vue. Et elle me plaît toujours. Difficile de dire pourquoi (sans se mettre à écrire ce que l'on voit). Disons que
j'aime pour les couleurs, (pour la clarté aussi) pour ce qu'on sent de matière et pour la géométrisation d'une vue...



Arthémisia 20/03/2014 20:11

Non, Ren, je n'y suis plus. Je ne peins plus et ne dessine que des nus -heureusement- le lundi, atelier partagé avec deux amis...donc régal quand même.

Ren 20/03/2014 13:55

Au fait .. on attend toujours la suite que tu devais donner à "Vers la ville"... tu y "es" encore ?

Arthémisia 12/05/2011 06:25



Cela me fait plaisir que tu parles de la lumière et de cette géométrisation. Quand je fais un tel travail, c'est vraiment la question première que je me pose : comme faire entrer la
lumière-couleur dans un espace composé?


Je  crois que c'est peut-être une des questions primordiales des dessinateurs  qui se frottent au paysage.


A bientôt, charmante Pivoine (j'adore cette fleur!)



juliette 08/05/2011 10:03



je ne saurais te répondre exactement, c'est une sensation agréable que je ne peux définir.


Ainsi je ne saurais déc rire ce que je vois


Boses



Arthémisia 08/05/2011 13:12



Eh bien moi je vais te dire que je me moque de ce que chacun voit. Ce qui m'intéresse plus c'est  non pas que le regardeur met des mots sur mon image (ou les parties de mon image)
mais qu'elle ne le laisse pas indifférent. Et pourquoi.


Rien n'est pire pour un peintre que le passant qui passe.


 



immobile 06/05/2011 08:15



avec cette impression de survoler le monde et d'en abstraire les formes géométriques essentielles tu colores ta ville, tu la rends accessible à nos regards numériques ...


 


j'aime particulièrement, dans tes "travaux personnels" les deux pastels gras "vers la ville" datés du 11/04/27 et du 11/05/27 ....


 


voir le vaste monde et l'aimer....



Arthémisia 06/05/2011 19:58



J'ai eu un peu de temps pendant mes dernières vacances pour m'offrir  le plaisir de l'atelier. Cela me manque tant!


 


 



tilk 04/05/2011 23:53



je suis heureux de voir une de tes oeuvres à nouveaux ...


j'aime comme tu parles des couleurs


besos


tilk



Arthémisia 05/05/2011 17:41



Va voir dans la colonne de droite, la catégorie "Tout moi" tu as quelques uns de mes travaux personnels dont des recherches actuelles sur ce thème de "Vers la ville". Des recherches qui ne sont pas abouties
mais me donnent du plaisir tant je vole à mes heures le temps de les faire.


Quant à ces couleurs, ce sont elles qui me parlent; je ne fais qu'essayer de bien les écouter et de retransmettre leurs "mots".


Bises


Arthi



lutin 04/05/2011 21:16



Pour moi c'est une vue au-dessus du ciel, je m'y vois la tête penchée sur le ciel et ce qui est en-dessous.



Arthémisia 04/05/2011 21:32



C'est une partie de la vue que j'ai de mon appartement ... déjà  assez épurée mais pas encore suffisament  à mon goût .


 


Tu peux en trouver d'autres lectures dans la catégorie "Tout moi" -> Quelques travaux personnels qui se trouve dans la colonne de droite. C'est une recherche que je mène actuellement. Recherche de composition et de matière pour le
moment.



rechab 04/05/2011 13:01



ton texte aux couleurs, tes mots en images, tes écrits en écailles, ton pastel tout en suspension s,  tout ça,  contribue à une caresse poétique toujours surprenante, tu fais de ta
pensée une dentelle organique, enveloppante et si belle, si prenante...



Arthémisia 04/05/2011 19:04



Aurais-tu soulevé un coin du mystère, un coin d'écaille...?!!!



juliette 04/05/2011 09:46



J'aime....


et le pastel et le texte sybillin et qui pourtant sont jumeaux


Bises



Arthémisia 04/05/2011 19:03



Cela m'intéresse de savoir ce que tu trouves de mystérieux dans mon texte et dans mon pastel!


 


Bises


A.