Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1426 - Se refaire

Publié le par Arthémisia

 

TROCKEL-Rosemarie---Cogito-ergo-sum---1988.JPG

 

 

Le corps se tord. L’esprit ne va.


 

Pas grave : c’est juste l’histoire


d’une respiration.


 

Se taire ; se refaire


au grand bol d’air, à la plongée


au centre d’un nouveau sommeil, et


demain elle sera lisse.


 

Elle sera là.

 

 

© Arthémisia – 05/2011

 

 

Avec : Cogito ergo sum – Rosemarie TROCKEL

Broderie sur tissu

Centre Pompidou

Photographie © Arthémisia - 07/2009 

Commenter cet article

Versus 05/05/2011 22:59



Votre visite, quel coup de fouet, merci encore !


Soyez-là, on vous attend, on vous souhaite, vous êtes vraiment quelqu' un !



Arthémisia 05/05/2011 23:08



Quelqu'un de (parfois) un peu "dehors" ...non, peut-être plutôt "trop" dedans!





Quant à mes mots sur votre palimpseste, ils me paraissent une telle évidence ; mais ce n'est peut-être même pas une question de culture. Juste d'acuité de regard.


Heureuse que nous la partagions.


A.



joruri 05/05/2011 22:32



"Pie" vient de "pieux".


C'est pour ça qu'on dit par ex Pie XII



Arthémisia 05/05/2011 22:40



OK! Merci. Je me coucherai moins c....!


 



Aléna 05/05/2011 21:04



je ne trouve rien de mieux qu'un sourire.



Arthémisia 05/05/2011 21:27



Quand on  vit seul(e), passée une certaine heure, ce n'est pas facile à trouver ailleurs qu'au téléphone ou par mail!


 


 



joruri 05/05/2011 18:50



Tu peux remplacer "pie" par "recueilli".



Arthémisia 05/05/2011 21:30



Ok, tout est effectivement une question de retour du silence en soi-même.


Mais , dis-moi quelle est l'origine de ton "pie" ? J'ai pensé à l'anglais et me suis cassé le nez sur une tarte. Il est encore tout recouvert de Chantilly!



moniK 05/05/2011 17:46



C'est à grand peine que l'on tourne la dernière page  d'une histoire, sur de belles images. Puis , la nuit.


Demain, c'est une autre fiction qui doit s'ouvrir. On en reste le personnage principal



Arthémisia 05/05/2011 17:51



La plongée dans la nuit est aussi parfois la nécessité de l'échappement, d'un abandon, voire d'un renoncement temporaire à l'Etre, pour peut-être pas trouver  un idéal (existe-t-il?)
mais permettre de retrouver des forces plus vives, un corporel et un mental en adéquation pour l'ouverture du soi.


 



Nath 05/05/2011 12:01



Magnifique...


 


Oui, pas grave


Laisser le sommeil et demain oui...


 


Merci...



Arthémisia 05/05/2011 17:48



Je crois infiniment à la force de l'abandon.


Merci de tes mots.


A.



joruri 05/05/2011 09:20



Ne m'en parle pas, j'ai tendance à m'étouffer dans mon sommeil.


Une atmosphère "pie" s'échappe de l'illustration... attend, je cherche le lien...


http://www.youtube.com/watch?v=BooMwNyFs7U


Une peu spécial, mais profondément écrit quand même.



Arthémisia 05/05/2011 17:47



Qu'entends-tu pas atmosphère "pie"?


Le lien vers lequel tu m'envoies est d'une pureté phénoménale. Ce chant perce comme un cri nu, habite l'espace de toute sa force acide, de toute sa peur aussi.


Merci de cette découverte.



denuitcommedenuit 05/05/2011 00:40



J'aime beaucoup ton style, je vais continuer la visite...



Arthémisia 05/05/2011 17:43



La porte reste ouverte. Je vais moi aussi prendre le temps d'aller vers chez toi.



tilk 05/05/2011 00:20



toujours se relever...toujours avancer...


besos


tilk



Arthémisia 05/05/2011 17:43



Le sommeil est tant ouvert sur l'oubli....