Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1447 - Tes Cordes

Publié le par Arthémisia

 

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0404/m504300_4c01248_p.jpg

 

Sur la ronde épaule

La boucle blonde

A enfermé le souvenir rose.

 

Les vagues m’ont dit

Que tu avais mangé

Tout leur sel.

 

Mais une voix joue encore

Ta grenaille de guitare.

Encore …

 

©  Arthémisia – juin 2011


Avec : Pablo Ruiz PICASSO – Guitare - Musée PICASSO

 

Commenter cet article

tilk 11/06/2011 01:00



comment ne pas aimer ce que tu fais...j'aime tes mots....


besos


tilk



Arthémisia 11/06/2011 08:51



Comment ne pas avoir envie de marcher sur les cordes des guitares?


Bises


A.



monik 10/06/2011 14:31



Si c'est un jeu (je) qui reste dans la joie, pourquoi pas? Nouer et dénouer, c'est finalement le grand tisssage de la vie.Il n'y faut
pas la souffrance de l'enfermement.


Le Je/tu  est bien ce cadeau dont tu parles; il est rare ; mais heureusement pas unique.



Arthémisia 11/06/2011 08:46



Je ne veux voir aujourd'hui que les noeuds des paquets cadeaus de la vie. Ceux qui contiennent des trésors à partager avec ceux qu'on
aime.



Servanne 10/06/2011 11:41



Sur la corde sensible


Le corps se souvient


Longtemps


...



Arthémisia 11/06/2011 08:37



Et pas que le corps, Servanne.


Heureuse de te lire.


Bises


A.



monik 09/06/2011 17:29



Célébrer encore les boucles..et celles des vagues et de la guitarre..c'est un choix, celui du corps de nos désirs.


On peut aussi boucler les boucles ou les dénouer, c'est moins facile pour nos êtres désirants...mais quand même.



Arthémisia 09/06/2011 23:05



 Seul le je(u) importe. En boucles. nouées ou dénouées, peu importe car il est l'enfance d'un Beau qui dure par-delà les réalités trop difficiles, par-delà les espaces et les temps,
un je-tu est qui ne saurait mourir, le cadeau, peut-être le seul et l'unique cadeau, d'une vie.