Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1473 - La Tulipe*

Publié le par Arthémisia

 

http://29.media.tumblr.com/tumblr_l1ii7zTHmJ1qbyk5qo1_500.jpg

 

 

Dans l’onde huileuse

Dans le miroir nocturne

De nos peurs d’argent

 

La tulipe de satin

Rouge

Ouverte à plein champ

Murmure

Un poème de sang

 

Accroche-toi à mon bouquet

Je suis la vie

J’injurie le temps

Je suis la vie

Chauffée à blanc

 

© Arthémisia – 04/2011

 

 

Avec : Robert MAPPLETHORPE – Tulip - 1988

Commenter cet article

Christophe 03/08/2011 21:54



TLP c'est TouteLaPoésie.com


Arriver à écrire aussi bien d'un premier jet c'est du talent ; pour les autres il ne faut pas se priver de travailler, c'est à dire de retravailler, épurer, dépouiller, corriger ses poèmes. C'est
ce que j'ai appris sur quelques forums avec quelques personnes intelligentes et un peu ouvertes et civilisées (ce qui n'est pas légion il est vrai...)



Arthémisia 03/08/2011 23:14



Non, je ne connais pas du tout le TLP .


 


Personnellement quand je travaille trop un texte, si je rature trop (j'écris encore le plus souvent dans des carnets ...je sais ça peut paraître désuet mais ça permet de le faire
n'importe où et n'importe quand (au feu rouge, aux toilettes, dans les cafés, en cours (oups...je ne l'ai pas dit!), debout dans la rue, au spectacle, enfin....etc....), mon texte sent le labeur
(pour ne pas dire le labour!). Ca devient civilisé (!!!!), et perd en originalité et en pertinence.


Alors tant pis pour les défauts de la pierre brute : à trop patiner on s'éloigne parfois de son but.


 


Je ne veux par parler de talent car je crois au travail mais je me refuse à le lire dans ce que j'écris. Il ne doit être à mon sens que le fruit du temps. Pour résumer : je n'écrivais pas
ainsi à 20 ans...et j'ai bcp jeté!....


 


 



Christophe 03/08/2011 21:22



Ce qui me rappelle Borges c'est cette utilisation de la prosopopée pour cette fleur, même si ton style est moins emphatique, moins ampoulé.


J'aime ton écriture parce qu'elle est épurée, directe et allant à l'essentiel, semblant travaillée, et donc, très efficace. C'est un style que j'aime beaucoup.


(P.S. : tu es l'Artémisia qui écrivait sur TLP il y a 3 - 4 ans ?)



Arthémisia 03/08/2011 21:42



Je connais très peu Borges. Merci de m'éclairer sur son style.





Pour ce qui est de mon écriture, je peux dire qu'elle a beaucoup évoluée, surtout depuis que je publie sur ce blog. Je n'ai pas l'impression de la travailler énormément car je n'aime pas
les textes qui sentent le laborieux : si cela arrive, ils partent directement à la poubelle! J'ai besoin d'une franchise d'expression à laquelle l'élaboration industrieuse ne sied
pas! 


 


Mon pseudo s'écrit avec un H après le t.


Je sais qu'il existe une autre personne dont le pseudo est Artémisia (sans h).





J'ai écrit quelques temps sur divers forums; c'est quoi le TLP?


 



Christophe 03/08/2011 08:37



Très beau poème, simple et concis mais qui fait son effet ; avec même des accents borgésiens...



Arthémisia 03/08/2011 08:45



Waouh!!!!


Je vais avoir du mal  à assumer cette comparaison!


Peux-tu me préciser ce que tu trouves de borgesien dans ce texte? Si c'est  son côté un peu magique, j'en suis infiniment ravie. Car
il y a de la magie dans ces fleurs...



lou 15/07/2011 17:46



 


Des choses guère hier, oui, à mon âge, c'est plutôt jadis que guère.


: _ )


 



Arthémisia 16/07/2011 09:32



Si je te comprends bien, beaucoup sont passés par là.



Ren 14/07/2011 23:53



La nuit se coquille dans le bleu   le désir
s'habille d'un langage vertical   les livres d'images se colorent de fracas de tigre dévoreur d'hibiscus épuisant d'amour 


 


 


Luce Guilbaud



Arthémisia 15/07/2011 08:44



Encore une collègue!!!


Poème très ...composé...



Ren 14/07/2011 23:50







Arthémisia 15/07/2011 08:42



Tulipe jaune : amour sans espoir!



lou 14/07/2011 22:31



 


La tulipe.


C'est très simple.


La tulipe la plus connue est celle d'une marche militaire composée au début du XIXe siècle, Fanfan la tulipe. Il me semble que la musique est un peu plus ancienne.


On retrouve la tulipe dans certains groupements militaires comme le GIACM.


Et puis, c'est un élément de fusil de guerre que les collectionneurs doivent, en principe, percer pour désactiver l'arme.


Cela ne change rien à la beauté de la fleur : - )


 



Arthémisia 15/07/2011 08:41



Ok pour Fanfan la Tulipe. Pour le reste, je me coucherai moins bête. Mais dis moi, tu en sais des choses "guerrières"?!



Versus 14/07/2011 22:19



Ca peut-être aussi Fend Fend la Tulipe !



Arthémisia 15/07/2011 08:36



tu veux dire "résister" ou "se débrouiller"(en anglais) ?


Je préférerai l'écrire "fends, fends " alors...



juliette 14/07/2011 18:43



La tulipe, pure de formes, droite de beauté, fière d'être



Arthémisia 14/07/2011 18:45



C'est vrai, tu as raison Juliette de parler de pureté. Cette fleur est d'une simplicité, d'une netteté quasi arrogante!



lou 14/07/2011 17:22



 


Shame on me !


Je ne connaissais pas les photographies de fleurs de Mapplethorpe. Malgré cette citation, chez moi :


http://www.libellus-libellus.fr/article-30425870.html


 


Et puis la tulipe, le jour du défilé, auquel je n'ai pas résisté après un quart d'heure, ça le connote grave, comme on dit en français moderne.


Merci de cette belle page.


 



Arthémisia 14/07/2011 18:29



MAPPLETHORPE est bcp plus connu pour ses photos "érotiques" que pour ses fleurs qui ne le sont pourtant pas moins. Affaire de "modèle" tout simplement.


C'est un photographe que j'aime beaucoup et dont j'ai déjà utilisé des oeuvres ici.


 


http://corpsetame.over-blog.com/article-2134609.html


 


http://corpsetame.over-blog.com/article-7344601.html


 


http://corpsetame.over-blog.com/article-22828382.html


 


La dernière me plait particulièrement.


 


Quant à son travail sur les fleurs, il est quand même bien "gentil" par rapport à certains de Nobuyoshi ARAKI ou même de Georgia O'KEEFE.





Peux-tu m'expliquer le connoté de la tulipe le 14 juillet? Ca m'échappe. Je ne la connais que comme symbole d'un amour passionné-->>


 





Louis Martin, Le langage des fleurs, 1830



Tulipe
Déclaration d’amour
« Sur les rives du Bosphore, la tulipe est l’emblème de l’inconstance ; mais elle est aussi celui du plus violent amour. Telle que la nature la fait croître aux champs de Byzance,
avec ses pétales de feu et son coeur brûlé, elle va dire malgré les grilles et les verroux, à la beauté captive, qu’un amant soupire pour elle ; et que, si elle daigne se montrer un moment, sa
vue mettra son visage en feu et son coeur en charbon. Ainsi, un jeune homme naïf, sortant des mains de la nature, présente un hommage sans fard : bientôt, façonné par le monde, comme la tulipe
par les mains du jardinier, il sera plus aimable, plus enjoué, il saura plaire, il aura cessé d’aimer.
La tulipe, sous le nom de tulipan ou de turban, coiffe le front superbe de ces Turcs barbares, qui adorent sa fleur et font porter des fers à la beauté. Idolâtres de sa tige élégante,
et du beau vase qui la couronne, ils ne peuvent se lasser d’admirer des panaches d’or, d’argent, de pourpre, de lilas, de violet, de rouge foncé, de rose tendre, de jaune, de brune, de blanc,
et de tant d’autres nuances, qui se jouent, se marient, se rejoignent, se séparent sur ses riches pétales sans jamais s’y confondre.
Dès les premiers jours du printemps, on célèbre, dans le sérail du grand-seigneur, la fête des tulipes. On dresse des échafauds, on prépare de longues galeries, on y place des gradins
en amphithéâtre, on les recouvre des plus riches tapis, et bientôt ils sont chargés d’un nombre infini de vases de cristal,couronnés des plus belles tulipes du monde. Le soir venu, tout
s’illumine ; les bougies répandent les odeurs les plus exquises, des lampions de couleurs brillent de tous les côtés comme des guirlandes d’opales, d’émeraudes, de saphirs, de diamants et de
rubis ; une quantité prodigieuse d’oiseaux renfermés dans des cages d’or, tous éveillés par ce spectacle, confondent leur ramage avec les mélodieux accords des instruments que touchent
d’invisibles musiciens ; une pluie d’eau de rose rafraîchit les airs : les portes s’ouvrent, et les jeunes odalisques viennent mêler l’éclat de leurs charmes et de leur parure à celui de cette
fête enchantée [...]«



 



monik 14/07/2011 10:11



Centré..oui! de face, oui!  " c'est là que ça se passe"...pas besoin de flou ou de contournement, de râture ou de recommencement ..j'aime de plus en plus photographier dans la lucidité
fléchée du  corps à corps,  lumière noire ou pas.



Arthémisia 14/07/2011 10:16



N'est ce pas ça aussi la pureté?



monik 14/07/2011 09:44



Très beau texte pour accompagner cette magnifique photo juste pleine, nette , centrale.


A une autre époque, d'autres mots moins osés certes mais tout aussi évocateurs en diable!


" La vérité est nue et mets-toi nue aussi.


Les épis crépiteront sous ton corps durci


par la jeunesse que l'amour blanchit


Je serais toute blanche et le soir serait noir." FJ



Arthémisia 14/07/2011 10:00



Les photos de fleurs de MAPPLETHORPE ne sont pas des bouquets impressionnistes : des fleurs, il fait des corps, des morceaux de corps, qu'il offre crûment, sans hypocrisie, dans une
charge intense fortement expressive.


Autrement dit : "C'est là que ça se passe"...


Mais nous ne sommes pas loin de l'icône, de sa valeur symbolique et sacrée.



monik 14/07/2011 09:40



 Très beau texte pour accompagner ton évocatrice photo. A une autre époque, d'autres mots, moins osés mais tout aussi évocateurs en diable!


" La vérité est nue et mets-toi nue aussi


Les épis crépiteront sous ton corps durci


par la jeunesse de l'amour qui le blanchit.


 


Je n'ose pas, mais je voudrais être nue ce soir...


Mais tu me toucherais et j'aurais peur de toi.


Je serais toute blanche et le soir serait noir" F.J



Arthémisia 14/07/2011 09:47



Moins osés, dis-tu? ...Je n'en suis pas certaine!





En tout cas, merci du régal de FJ.