Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1491 - L'Aigle impossible

Publié le par Arthémisia

http://img.over-blog.com/500x363/2/81/60/12/MONTAGNE/1938-Magritte-Le-Domaine-d-Arnheim--73x100-cm.jpg

Pour éviter les bruits décrépits de la nuit, la voix du poète déchire l’horizon, avant qu’elle ne s’essouffle au cri du jour, un goût brulant d’acide et l’hallucination ophidienne d’une liasse de mots enroulée au fond de sa bouche.

Il lui faut traverser la plaine rouge des éboulements rauques, l’hiver de marbre bleu et nu, sortir de la montagne fantomatique des galets de dentelle, rouler, ramper, se dresser, marcher, courir, écraser les étoiles tombées sur l’asphalte, et rire de leur embrasement même quand il pleut.

Tout juste pour pouvoir chanter la force de son terroir.

Comme un aigle impossible.

© Arthémisia – 08/2011

Avec : Le Domaine d’Arnheim – René MAGRITTE – huile sur toile – 1938

 (ex- Edvard James Fondation, Sussex, UK, Courtesy of Bridgeman Art Library

© C. Herscovivi, London/Artists Rights (ATS), New York)

Commenter cet article

Anne Le Sonneur 14/08/2011 21:30



Au coeur de la glace, au-delà des larmes qui fondent, il est un cri que nulle montagne ne parviendra à contenir... celui de l'enfant


Anne



Arthémisia 14/08/2011 21:36



La voix intérieure c'est la voix de l'enfant, l'esprit pur, celui qui ne s'égare pas.



Anne Le Sonneur 14/08/2011 20:53



Ils murmurent par là la chute d'Icare. Ils sourient de l'épuisement de l'aigle emmêlé dans la fonte des neiges. Savent-ils seulement qu'en ses ailes il porte le regard de leur enfant ?



Arthémisia 14/08/2011 21:02



Non : ils ne savent que le présent.



Marine D 14/08/2011 13:10



Trouver les mots, crier dans la nuit, exprimer sa fureur, son envie de vivre, les douleurs à venir...



Arthémisia 14/08/2011 13:11



Et surtout venir au monde, dans un monde qui n'est pas forcément prêt à nous accueillir, à nous cueillir.



Suzâme 13/08/2011 17:54



Bonjour,


Et qui suivrait ce poète dans ce marathon impossible? Il se déchire mais insiste et peu importe qu'il soit puissant ou fragile, il survti à lui-même. Nul ne le saisit pareil à l'aigle épris des
hauteurs, tentés par le sol en parchemin.


 Ah!  cela me démange de plus en plus, ma plume me gratte... Je ne vais pas tarder à m'étendre pour explorer un peu mieux, un peu plus ton espace...J' ai cru comprendre que tu avais
trente ans ou un peu plus mais sais-tu que c'est l'âge de l'essor ? les aigles te le diront.



Arthémisia 13/08/2011 18:13



Bonjour Suzâme,


Rectificatif : je n'ai pas 30 ans, ni même un peu plus ...mais beaucoup plus.


Quand dans  un commentaire je parlais de 33 ans d'une vie, ce n'est que d'une partie de ma vie qui s'est terminée cette année, un vrai vertige qui doit être suivi d'autres. Nécessité
absolue!!!!


 


Je ne sais pas si cela sera un essor. Et je ne demande plus depuis longtemps à être suivie. J'ai appris la solitude; je la sais presque de naissance. Mais j'ai décidé de survivre quoi
qu'il arrive.


Je découvre qu'il faut du temps pour apprendre à voler librement. Et qu'on ne s'écrase pas en vol quand on a réussi à décoller : question d'honneur! Alors je bats des ailes avec rage de
temps en temps, histoire d'exorciser l'air que je respire. Et c'est là parfois que je décolle le mieux...Tu sais bien : il s'agit simplement de l'histoire d'un truc en plume...



Nath 12/08/2011 11:54



Tout est dit et si miraculeusement dit...


 


J'aime, tu ne peux pas savoir comme j'aime et comme je me retrouve entièrement dans ce que tu écris...plume agile, plume effrontée, j'aime, oui, beaucoup...



Arthémisia 12/08/2011 15:14



Je ne sais si cela tient du miracle. Pourtant je sens souvent cette part d'indéfinissable en moi, surtout aux moments des passages entre jour et nuit et nuit et jour, comme si ces
instants révélaient ce que les moments  plus établis ne peuvent pas faire.


Je suis très heureuse de sentir des sororités ou des fraternités avec certains bloggeurs qui me rendent visite. Cela me permet de moins me sentir "bête à part", de savoir que je suis en
communion de pensée avec d'autres.


Merci de ta visite et de tes mots qui font du bien.



gentle13 10/08/2011 16:48



Bonjour Arthi, merci de ta visite, j'ai délaissé over-blog depuis un bout de temps, peut être plus d'inspiration jusqu'à ce jour.


bises et bonne journée.



Arthémisia 10/08/2011 17:10



Je me balade aussi très irrégulièrement chez les amis ...mais je ne les oublie pas. C'est un été de dilettantisme honteux pour moi!!


Bonne journée à toi aussi Gentle.


 



lutin 10/08/2011 10:30



Une montagne avec une tête d'aigle des ailes d'aigle, beau texte



Arthémisia 10/08/2011 10:32



Merci mais n'oublie pas qu'il y eut des albatros tellement plus talentueux!



tilk 10/08/2011 00:58



j'adore ton texte...je me trompe peut être...mais c'est un peu ce que j'ai voulu écrire


pour accompagner mon dernier tableau sur mon blog


besos


tilk



Arthémisia 10/08/2011 10:03



Tout à fait : nous suivons des routes voisines!


Bonne journée, Tilk.


Bises


A.