Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1497 - Nous peignons

Publié le par Arthémisia

http://www.arts-spectacles.com/photo/art/default/1242321-1620041.jpg?v=1289514187

Il nous faut être dans les images, dans l’image.

L’image n’est autre qu’une forme de possession, d’un présent, d’une présence, celle de l’acteur de la peinture, de son producteur, la portion encrée dans un fantasme devenu écran, le plan réservé de l’artiste, à l’artiste, le paradoxe du limité, du cadré, du retenu dans la vastitude du forclos  qui ne sera pas matérialisé, clos, réservé, retenu. 

Quand les choses se font sans nous, quand nous sommes enfermés à l’extérieur, nous trébuchons. Nos genoux écorchés pleurent un sang salé, bleu comme le passé de la mer.

Alors nous peignons. Il nous faut peindre. Pour essayer de tout sauver. De nous sauver.

© Arthémisia – 08/2011

Avec : Olivier DEBRE peignant le rideau de scène de l’Opéra de Shangaï - photo © Marc DEVILLE

Commenter cet article

FBD 21/08/2011 20:03



J'imagine que tu es en pleine peinture alors… Quelle belle photo…!



Arthémisia 21/08/2011 20:18



Oh non! Je suis en pleine préparation de cours : il faut que j'assure mon steak!


J'ai  quand même fait du nu et du portrait assez régulièrement et un peu de peinture pdt ces vacances.


Beaucoup lu aussi.


Et dormi. Le corps a ses nécessités...



versus 21/08/2011 18:10



PEINDRE,  C' EST MARCHER PIEDS NUS SUR UN VOLCAN !



Arthémisia 21/08/2011 19:38



Gardons nous nos chaussures pour faire l'Amour? ...


 


http://corpsetame.over-blog.com/article-27454817.html



Marine D 21/08/2011 10:47



Ca je sais faire, mais j'aime aussi faire perdurer... en tout cas quelquefois... car la mémoire est volatile...



Arthémisia 21/08/2011 10:51



....sélective, et trompeuse, et même très très révélatrice aussi!


Bon dimanche Marine!



Marine D 21/08/2011 10:26



On a l'imptession que cet homme est sur le sable, au bord de la mer...La photo est belle !


Peindre si on le peut, en tout cas essayer de restituer des émotions, des sensations, oui...



Arthémisia 21/08/2011 10:31



Les vivre, Marine, les vivre!



Anne Le Sonneur 21/08/2011 02:27



Ce n'est pas si facile de porter l'oubli !



Arthémisia 21/08/2011 08:07



On peut vivre sa vie dedans. Cela crée une jolie carapace d'invisiblité, je t'assure.


 


Merci, Anne, de tes mots nocturnes.


A.



Anne Le Sonneur 21/08/2011 01:53



L'océan murmurait à peine un être perdu... Les doigts plongés dans la glaise et le silence



Arthémisia 21/08/2011 08:04



C'était pour nous : nous l'avons entendu.



Anne Le Sonneur 21/08/2011 01:10



Il nous faut écrire, sculpter pour croire que nous pourrons émettre quelques mots et accueillir enfin celui qui m'est si cher... le grain de sable...


Il faut accepter d'être pétri par la terre pour tenter d'entendre.


Il semble que cela tonne par ici et pourtant, au-delà de l'orage, le brin d'herbe toujours se dira qui sait accueillir l'oubli, vos visages.


Anne



Arthémisia 21/08/2011 08:03



Il nous faut écrire, sculpter, peindre parce que nous sommes le grain de sable, celui qui enraye


leur belle machine et dit "NON, je ne joue pas votre jeu".


 


Nous avons entendu, nous avons vu...plus et mieux ...ou du moins différemment que tout autre. Nos sens nous ont pétris.


Qu'on nous laisse notre visage. Et si on nous oublie, nous l'assumerons, tant pis...le coeur plein de désespoir. Mais nous serons intègres.



tilk 20/08/2011 16:24



j'aime pas trop les chemins de croix..ça fait un peu exibisioniste...je parle pour moi


besos


tilk



Arthémisia 20/08/2011 16:26



C'était pour faire le lien avec les plaies aux genoux....



tilk 19/08/2011 22:39



je ressens vraiment ta dernière phrase


et puis l'images des genoux ...j'adore


besos


tilk



Arthémisia 19/08/2011 23:41



Les chemins de croix sont à la mode...


Non, j'exagère...Et pourtant ....


 


Bises


A.



Suzâme 19/08/2011 18:39



Ton texte dit l'acte de peindre dans toute ses dimensions et les dernières lignes sont magnifiques. Tu partages conscience et inconscience lorsque tu pars de ta connaissance de l'art
comprenant sa pratique et que tu te laisses inspirer par une autre présence prégnante en toi et dans ton langange: la poésie. Cordialement. Suzâme



Arthémisia 19/08/2011 23:39



J'ai de plus en plus de mal à parler de peinture puis à parler de poésie (ou plus généralement d'écriture). Tout cela est tellement lié, s'exprime avec le même vocabulaire, atteint les
mêmes cordes sensibles....



lutin 19/08/2011 10:20



et si c'était un homme qui avance vers le feu laissant derrière lui l'inutile de sa vie par cette trace blanche.



Arthémisia 19/08/2011 10:24



DEBRE n'est hélas plus là pour nous répondre.


Peindre est de toute façon avancer dans sa vie. J'espère que la sienne fut de feu : son oeuvre est là pour nous le laisser penser.



Nina Padilha 19/08/2011 07:38



J'envie un peu ceux qui peuvent s'exprimer, dire tout le monde avec un pinceau, des couleurs...
J'envie surtout leurs moment d'extase quand ils créent...
Bonne journée !



Arthémisia 19/08/2011 07:56



Attention Nina : Souffrances et Voluptés dit RILKE en exergue de  ce blog.


L'extase n'est pas toujours au RDV.


Quant à l'accueil...mais ça c'est une autre histoire.


Belle et bonne journée à toi aussi.