Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1510 - Histoire du petit kangourou qui joue à la pétanque le dimanche après midi

Publié le par Arthémisia

 

Arnhem-Land-Rock-Art---The-Kangaroo.JPG

 

 

Après l’avoir longuement admiré, comme une pierre précieuse, comme l’œil d’un oiseau, vous avez bu un verre de vin blanc, de ce petit Bourgogne aligoté que vous vous réservez comme apéritif des grands soirs. Et vous voilà, avec un vague mal de tête, juste là, au-dessus de l’arcade sourcilière droite. Un bébé kangourou qui joue à la pétanque.

Vous n’auriez pas dû non plus craquer pour ce saucisson qui en fait n’est pas si terrible, pas suffisamment sec, et qui vous le fera savoir très vite sur vos hanches ; mais, ça fait si longtemps que vous avez mangé du saucisson sec. C’était juste une histoire de mémoire.

 

Cela ne fait pas un déjeuner, madame !

 

Sur le plafond, une mite s’énerve depuis déjà trop longtemps. Elle doit chercher une île elle aussi.

L’océan est un peu gris. Il ne faut pas rester à l’horizontal. Debout, le champ de vision s’agite, se meuble ; l’œil est obligé aux présences. Tout existe.

Voilà la pendule de marbre arrêtée sur 9h45. Il a fallu qu’il y mette les pattes pour…la nettoyer et depuis il est toujours 9h45.

 

Alors vous programmez MINGUS sur l’ordinateur. Blues & Roots. Fort. Chaos subtilement maîtrisé dit le spécialiste.

Vous allez dans l’atelier. Les toits vous attendent encore ; il faut avancer. Vous en avez l’urgence, tout blanchir. Tout rompre.

 

Le kangourou fait un carreau.


© Arthémisia – 09/2011

 

 

Avec : Peinture aborigène – Site d'Arnhem land – Australie

Commenter cet article

ren 12/09/2011 16:43



Le blanc est une matière périlleuse...


 


on pense  jouer  avec la lumière, et de fait on crée un empâtement...   on dissimulerait même  le kangourou volatil, non pas derrière un voile aérien, mais  sous uen
sauce dense, dentifrice étalé.


 


Le blanc occulte,        ------      et celui qui vit, qui respire, est plus subtil à trouver, pour malgré tout émerger du chaos 
et tout ordonnancer


 


Si le blanc  est énergie, tout le monde n'est pas Charlie, qui veut que les cuivres respirent, et les kangourous jouent à cache-cache...


Sinon,  trop de blanc  "nuit" ( admirez le paradoxe )  et notre marsupial se trouve quelque peu étouffé, ne pouvant dès lors plus s'échapper...


 


Cela a quelquefois du bon -  s'il s'agit de conserver des figures figées...


 


D'une glaciation de quelques  siècles.



Arthémisia 12/09/2011 18:17



Rien de correct ne vint. (hic!) En tout cas par le blanc que je sais très souvent lourd. Je le voulais comme une extinction, une grisaille, mais il faut une grisaille colorée, pas celle des
coques de bateaux de guerre. Des gris de perle, et de ciels lactés. Des gris d'eau et de larmes. Des gris vivants.


Je continue de chercher et je pense que la vie viendra de la fluidité.


 


Skippy est parti ; j'en garde les photos! Je ne voulais pas l'enfermer, le figer.


Sourire...


 



monik 12/09/2011 16:42



Toujours ce balancement entre la mémoire des choses, des heures , des gens  et l'envie de larguer les amarres vers une  ile.


Pourquoi le passé colle-t-il autant au présent?A quoi bon les horloges  qui ne servent donc à rien . Pas plus, on ne peut remettre les pendules à l'heure. Quel casse-tête!


Et l'urgence existe-t-elle, puisque le temps est insaisissable?


Cetains jours de faste il palpite ou s'arrête et c'est jouissance;


et puis il revient à l'absurde et incertain mouvement de balancier de nos jours et nuits.



Arthémisia 12/09/2011 18:12



L'urgence est toujours hors du temps.



Lucien 12/09/2011 09:08



11-07-26 , là est le mystère, sur les toits, à 9 h 45, tout arrêté, mettre du blanc (aligoté ou de zinc ou de titane) et poursu-ivre ... dans le chaos subtil ...



Arthémisia 12/09/2011 09:38



Sourires +++++


 


Depuis ce matin, et vu le pauvre résultat d'hier, je me demande si en plus de la couleur blanche il ne faudrait pas que je m'interroge sur une matière plus fluide.


De plus, une expérience récente que j'ai faite en imaginant utiliser une encre qui en fait n'en été pas (voir là, ma réponse à Tilk) me dit que je devrais peut être
poursuivre dans ce sens!


Oulala...ça va mal finir tout ça!!!! :0032:!!!!!!



Nina Padilha 12/09/2011 08:16



Boire à jeun donne deux issues conjointes : une migraine horrible et des idées géniales...
Bonne journée !



Arthémisia 12/09/2011 08:22



Un seul verre n'a pas suffit : la migraine est vite partie et le passage dans l'atelier fut peu pertinent!