Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1524 - La Force de dire non

Publié le par Arthémisia

 

http://ratsdeville.typepad.com/.a/6a00d834525e1869e201156fd9f691970c-800wi

 

 

-        « Oui! » vous ai-je répondu la nuit dernière ;

-        « Non! » ce matin, monsieur, vous dis-je.

Les couleurs vues à la lueur d’une bougie ne paraissent point les mêmes dans la journée. »



 Elizabeth Barrett Browning - Le «Oui» de la dame

 

 

Avec : œuvre de Jean Paul RIOPELLE

Commenter cet article

immobile 27/10/2011 08:35



je crois simplement qu'avec le temps les œuvres d'art rassemblent les "regardeurs" comme disait Marcel et qu'elles deviennent universelles avec chacune leur importance : c'est un tout ...le temps
créerait la notion d'art total ...


Après il y a les guerres de chapelles ...guerres de tranchées ...je ne veux pas y participer ( d'où mon silence sur le net bien souvent...)


il y a une chose avec laquelle j'ai un peu de mal quand même ... :


c'est de constater que des personnes intelligentes ne peuvent pas admettre un autre point de vue sur l'art contemporain, la politique etc...et préfèrent vilipender sans se remettre en question
...surtout si ces personnes enseignent ....encore que ...ce sont des êtres comme les autres ...j'ai tort, sûrement...( il est évident que je ne parle pas de toi !)


Arthi, dans l'idéal, j'aimerais que tu me réapprennes à dessiner ...pour effacer les erreurs de mes profs butés et réacs ...


en tous cas je salue ton ouverture d'esprit ou ton esprit d'ouverture ...


 


l'art et l'amour il n'y a que "ça" de tangible ...finalement...


 


"pacifics kiss"


daniel



Arthémisia 27/10/2011 08:57



L'Art pour moi est tangible.


Pour l'Amour...c'est beaucoup moins manifeste!


Belle journée, immobile.


Arthi


ps : si tu passes par chez moi, on dessine ensemble !



immobile 25/10/2011 22:58



c'est étrange ces jugements de valeur(s) sur" l'aveyronnais" Soulages ...et les vitraux de Conques alors ?


oeuvre majeure ou simplement grosse ficelle et compagnie ?


en tous cas si la dame est libre de dire "oui" ...je m'empresse de dire qu'il y avait longtemps que je n'avais pas vu un Riopelle ...ça fait plaisir ...c'est ça qui compte !


 



Arthémisia 26/10/2011 09:30



Je laisse à chacun ses jugements. Je ne porte pas de dogme. Pourtant mon utopique rêve serait que l'Art rassemble et non qu'il divise. Je crois que les difficultés siègent dans un apprentissage
du regard.


Après ce que les artistes font de leur oeuvre, et notamment les phénomènes répétitifs, les "trucs" d'artistes (après tout on a tous notre petite cuisine, et nos procédés personnels), ne me
concernent pas. Je ne veux que voir, rece-voir, et à bras ouverts ce qui fait sens, le dit, la force des messages. Et à mon avis, le travail de SOULAGES en a beaucoup.


 


Quant à RIOPELLE, je crois n'en avoir jamais vu "en vrai". Ce serait un grand bonheur pour moi.


Bises


Arthi


ps : Merci pour WYATT...Je découvre avec un infini plaisir.



Elo 11/10/2011 22:03



Excellent ! Je n'ai pas le temps ce soir mais j'essaie de revenir d'ès que possible. Je viens de chez Suzâme !!! Des échanges poétiques trop beaux!  bIsous



Arthémisia 11/10/2011 22:08



Bonsoir,


La porte reste toujours ouverte, qui plus est pour les ami(e)s d'ami(e)s.


Merci de ton enthousiasme.


Arthi



Ren 09/10/2011 15:03



J'aime bien les comm,   souvent  on y lis  avec autant de plaisir des partages  que ceux  que nous offrent le texte  d'origine...


Pour évoquer  Suzâme " dans certains débats de convictions qui ressemblent à un duel,",
 la  différence  est  qu'il peut y avoir  expression d'avis  divergents, mais pas  forcément duels... ( où l'une ou
l'autre partie  cherhcerait à imposer son point  de vue), mais justement, le débat  s'enrichit des opinions  et ouvertures différentes...


En ce qui concerne Soulages,  il est bien gentil, mais
personnellement  je l'ai  toujours  trouvé " à la remorque", même  si la recherche et le style  est différent - ,  d'un grand  américain qui s'appelle
 Franz Kline, et qui est un de mes favoris  et qui travaille  aussi  avec du noir



Arthémisia 09/10/2011 15:06



Bien sûr, j'aurais dû le citer : mais il y en a tant!



versus 09/10/2011 11:54



Vaste débat, car la réponse de la femme à la bougie pourrait être de toute évidence inversée!


Vraiment, je crois que l' art ne s' enseigne pas...Et aucun peintre n' a à être sacralisé. De le situer dans l' histoire de son " style", passe encore.Il est le fruit d' une histoire qui
change, d' un marché qui influence durablement. Il faudrait TOUT envisagerPar.  ailleurs il est possible de tenir une position iconoclaste vis à vis de l' art, mais toujours la justifier le
mieux possible.



Arthémisia 09/10/2011 12:03



C'est bien ce que je dis : TOUT envisager, ne pas SE fermer des possibles, image ou pas image.(c'est tellement rassurant les images!)


 


Quant à la réponse de la femme à la bougie..eh ...oui, ce serait amusant et novateur de l'envisager inversée!



Suzâme 09/10/2011 11:38



Bonjour Arthi,


Une petite place de puce ignorante dans votre polémique que j'ai ressentie comme passionnée, puis frontale. Je ne connais pas la moitié des oeuvres et
des citations que nous présente Arthi. Jusqu'à présent, j'avoue qu'en peinture, en musique et autres genres de création, bêtement je me disais j'aime ou j'n'aime pas. Maintenant j'accepte surtout
pour Soulages qui est tout à fait l'exemple des artistes que je rejetais pour l'abstait, les couleurs pour elles-même, c'est-à-dire, sans possibilité d'interprétation, pour un regard comme le
mien, cherchant toujours du sens. Et là avec Arthi que je visite depuis quelques mois, je suspens ma réaction première, j'écoute même si je ne partage pas sa recherche, son accueil de la peinture
contemporaine. Son âme a des antennes. Ici pas de leçon magistrale mais quelqu'un qui offre, qui "donne à voir" comme l'écrivait Paul Eluard si ouvert aux abtraits de son époque et accueille nos
réactions. Corps et âme est un blog de conversations souvent très profonde. Chacun peut défendre son avis ou ne pas en avoir. Là dans cet article et bien d'autres, il y a polémique rugissante et
ce n'est pas l'objet de la proposition. Maintenant chacun son tempérament. Quel développement intéressant tout de même! Mais dans certains débats de convictions qui ressemblent à un duel, je
pense à la politique, quelqu'un conclue avec courtoisie. Je trinque à l'échange de pensées et d'expériences, je trinque à l'avenir de la peinture... Je sais que je n'ai rien à comprendre et
peut-être rien à connaître mais je peux me surprendre à découvrir...Merci. Suzâme



Arthémisia 09/10/2011 11:43



Bonjour Suzâme,


 


Rentre ! Les portes te sont ouvertes. Aucune crainte à avoir: l'Art est un comblement. Comme tu le dis, pour lui-même.


 


Et si c'est pour l'Art qu'il soit ancien, moderne ou contemporain, abstrait, ou figuratif (questions complétement dépassées actuellement) je sors tout de suite le Champagne!


 


Bon dimanche.


Bises


A.



lutin 09/10/2011 11:14



tu ne proposes pas des portes tu imposes le passage des portes avec ton propre regard voulant imposer à notre cerveau ta propre analyse, c'est cela que je veux dire ici. Ce fil n'est pas un
échange c'est un campement de positions c'est ce que je regrette en "force tranquille". Bonne journée.



Arthémisia 09/10/2011 11:32



Certainement pas : je ne fais pas de dirigisme, de prosélytisme. Il n'y a pas de dieu en Art. Juste des invitations.


 


Et ill n'y a qu'une force,  celle du sens. Et celle de SOULAGES n'est pas celle d'un directeur de la DDE, mais celle d'un concept, d'une idée qui, même si elle passe par du rétinien (nous
sommes en Arts Plastiques),  est totalement éloignée d'un ancrage dans l'objet, dans le descriptif.


 


Je ne te fais pas un cours : j'essaie de t'ouvrir les yeux...


 


Ah , oui..., ouvrir les yeux des élèves,leur proposer du neuf, ce qu'ils ne connaissent pas, ont voulu ignorer jusque là en reproduisant des shémas culturels et surtout familiaux...c'est bien le
rôle d'un enseignant...de quelque matière que ce soit, non?



lutin 09/10/2011 10:33



Il n'y avait pas d'agressivité, désolée si c'est ressenti ainsi, j'en resterai donc là malgré que je ne sois pas d'accord avec ta réponse qui ne reste encore qu'une leçon.



Arthémisia 09/10/2011 10:53



Essaie de voir plutôt cela comme une possible ouverture....Ce serait dommage de te fermer systématiquement des portes parce qu'elles te sont ouvertes par d'autres ...même s'ils sont enseignants.



Ren 09/10/2011 01:26



le commentaire  "juteux" de lutin, me plait bien - sur Soulages -


il n'est en effet pas si sûr  que le travail de cet artiste, dans les noirs, soit si créatif que ce qu'on prétend y voir...  j'aime mieux  l'effet pâte  , que l'effet
"noirs"...  de la même  façon, j'aime mieux  encore  l'effet pâte étalée et griffée, chez Tapies.



Arthémisia 09/10/2011 08:51



Je suis de ton avis, Ren, quant à l'importance de la pâte chez SOULAGES et celle du geste nerveux chez TAPIES;


 


Quant au "juteux" de lutin...c'est lavis...malheureusement. Et elle n'est pas tjs Rose (oulala, je fais fort ici! Comprenne qui pourra!)


 



lutin 08/10/2011 22:10



Il y a aussi le noir des mûres qui s'étale comme de la confiture, le noir en est violet, il y a aussi la culture qui s'étale comme de la confiture alors que je préfère le miel. En fait pour dire
que quoi que l'on dise ici il y a la maitresse de maison qui sait mieux que les autres, moi je ne parlais que de couleurs, je n'ai pas besoin de Soulages pour voir, je n'ai pas besoin que l'on me
dise pour voir, j'aime l'échange mais pas donner au change quand il n'y a pas de porte de sortie dans une mélasse réglisse qui n'est pas noire non plus, elle a un côté marron glacé qui fait que
l'on y revient pour le oût du sucre peut-être. Soulages a oublié de dire que dans les différentes couleurs du noir il y a aussi les arômes, les fruits, le voyage, oui le voyage, la couleur est
faite pour cela comme peindre la mer, comme fermer les yeux et voir clair sous un réverbère dans sa tête, comme.... et puis l'écriture cela rime à quoi à rien, si en broyant une noix on n'écoute
pas son craquement et si on n'en garde pas les miettes. La couleur n'est pas une leçon elle est une sensation, elle est émotion, la couleur est parce que personne ne voit de la même façon, potion
magique je mélange et je crée, non c'est plus que cela dans la couleur il y a l'âme, chaque âme est différente comme les noirs comme les blancs, on ne parle jamais des blancs, de l'oeuf, à la
robe de baptème, à la robe de mariée, à la fleur que l'on sent, fleur de lys tu dépends de la lumière toi aussi et on en fait pas tout un plat parce que le signataire n'est pas Soulages, alors
Soulages qui es-tu ? sans la lumière rien, il le sait mais tourne autour de son nombril, Soulages sans la lumière tu n'es rien qu'une grande plaque de peinture des ponts et chaussées, la
vibration n'est pas tienne elle est celle de la lumière. Ici aussi il fait noir quand l'autorité coiffe quoiqu'il advienne. Etre maître des lieux ne donne pas le pouvoir de la connaissance.



Arthémisia 09/10/2011 09:38



Bonjour Lutin,


 


Tout d’abord, point de maître ni de maîtresse ici, sauf l’Art.


 


Tu dis parler de couleurs mais tu parles d’objets, et de lieux colorés. Tu ramènes ces couleurs à tes images, des symboles, tes symboles, voire des archétypes. Soit. Tu peins (mentalement)
du figuratif devant les œuvres que tu vois, et essaies d’en voir dans la peinture de SOULAGES, alors qu’il est et reste abstrait.


 


Je me répète : il peint de la couleur-matière-lumière et non, une mûre, une nuit, une mer, que sais-je ? Toi qui parle
« d’âme » (ce qui n’est pas rien, reconnais-le), pourquoi ne pas vouloir en rester à l’âme de l’œuvre ? « Le bonheur irradie dans l’apparition du sensible »
disait Theodor W. ADORNO (Théorie esthétique). Et il y a bien naissance de sensible devant les œuvres de SOULAGES, devant cette simple association couleur-matière-lumière. « Ah oui, bien sûr, elle est l’anti-thèse de la facade trompeuse « (tjs ADORNO)…Est-ce cela qui te gêne ? N’y
vois-tu aucune « conscience » ? (pas facile ce mot non plus…)


 


NB : SOULAGES ne s’est jamais posé en propriétaire de la lumière et ou de quoi que ce soit !


 


De plus Lutin, ton discours part dans tous les sens et même celui de l’agressivité. Cela attriste l’Art, et Alberto BURRI (dont le fond de ce blog est une citation), Bernar VENET,
RobertMOTHERWELL, Richard SERRA, François ROUAN, Antonio SAURA, Ad REINHARDT, Arnulf RAINER, Gerard RICHTER, MICHAUX, MIRO, Mark ROTHKO, Claudio PARMIGGIANI (souvent présenté ici)…La liste des
utilisateurs du noir est infinie…


 


Quant au blanc nous pourrions commencer par MALEVITCH, et finir par le travail de Lawrence CARROLL que j’ai vu hier : mais tu vas me dire que ce n’est
que du tissu sale méchamment agrafé sur du bois même pas bien coupé, et dont les cicatrices sont reprises avec un blanc qui n’est même plus blanc.


 


Eh oui, point de robe de mariée, de baptême, et de fleur de lys…


 


Mais je m’égare et j’étale ma confiture !!!


 


Connaître c’est aussi, je me répète encore, c’est aussi accueillir …sans rugir.


 


Désolée d’avoir une passion (et éventuellement une profession  qui demande d’ailleurs bcp de passion !)…


 


Arthémisia


 


Ps : Dorénavant, tout commentaire désagréable de ta part sera immédiatement supprimé : je ne suis pas ici pour me faire insulter. Ce billet s'appelle "La Force de dire non"...


 


 



lutin 08/10/2011 20:53



Oui j'ai vu au centre Pompidou Soulages, oui j'ai vu sa vidéo, mais qu'a-t-il dit de plus que nous ne sachions déjà. Je ne suis pas d'accord pour l'engouement Soulages. Prendre un tube noir et
peindre est une erreur monumentale, la nuit n'est pas noir, elle est bleu noir elle est rouge noir elle est or et noir etc.... même aussi vert noir, faut-il Soulages pour le savoir quand il étale
sa matière au rouleau compresseur, non.



Arthémisia 08/10/2011 21:22



Oulala!


 


Je crois que nous ne savons pas, que nous ne savons rien, que devant les oeuvres nous devons arriver comme des enfants, frais de nos connaissances et de nos préjugés, ou du moins les laisser au
vestiaire.


 


Surtout nous ouvrir à nos sens, oublier les raisons, recevoir...oui avant tout recevoir!


 


Et désolée de te contredire mais ce Monsieur donne beaucoup.


Bien sûr il y eut les noirs de GOYA, de MANET...Bien sûr ceux des Expressionnistes, de ROUAULT, de SOUTINE (j'en passe, et des meilleurs...)


 


Le(s) noir(s) de SOULAGES ne sont que matière-couleur-lumière, une entité triplement questionnante qui ne le serait pas sans ces
épaisseurs vibrantes. Car ils vibrent ces noirs tout autant que les lumières par trop alambiquées des impressionnistes.


 


Ces noirs portent en eux, dans leur masse, leur densité, leur quantité, toute la tension du monochrome, la violence du pigment concentré,  sur-ajouté (épaisseur+surface), est étalé avec sens
(dans toutes les acceptions du terme). Un lavis, un glacis noir, gentiment étalé, ne parlerait pas ainsi, et se perdrait dans des discours déjà vus voire compassés.


 


Et puis non, il n'y a pas de rouleau compresseur...et quand bien même !


Des larges spalters suffisent pour nous conduire dans les profondeurs d'un possible  qui ne dit pas "la nuit est noire" (c'est là que tu te trompes) mais qui dit LE NOIR.



lutin 08/10/2011 19:58



Oui Soulages l'a dit, je le dis aussi, je fabrique le noir.



Arthémisia 08/10/2011 20:06



As tu déjà vu une oeuvre de SOULAGES? As tu déjà vu naître les couleurs dans son noir, ces noirs habités, froids ou chauds, vivants, vibrants, intensément profonds, se répondant entre eux? Ne
parler que d'un noir quand on parle de SOULAGES est  générique, lui qui a donné dans la pluralité des nuances, des valeurs, des gradations, des jeux avec la lumière.


Sans parler des respirations.



lutin 08/10/2011 15:44



Allo Monsieur Soulages le noir est une couleur. Peindre à la lumière naturelle, photographier selon le rendu que l'on veut transmettre, mais là cela s'appelle tricher, en photo tout est permis.



Arthémisia 08/10/2011 18:33



Le noir est DES couleurs...


En Arts Plastiques, de façon générale, pas seulement en photo et bien sûr dans les pays où la censure ne s'exerce pas, tout est permis.


Ton comm. me fait d'ailleurs penser à une expérience très forte que j'ai faite cet été devant un spectacle de flamenco ; je n'étais pas très emballée à l'idée d'assister, à ce que je classais
négativement dans la catégorie "espagnolades" mais je me suis régalée en faisant des croquis au feutre de la danseuse; j'étais dans le noir absolu et je n'ai pu saisir, vue leur rapidité, que ses
gestes, aux traits, tels les mouvements cahotiques d'un insecte, mante religieuse ou grosse fourmi.


Le résultat est un graphisme presque oriental que je n'aurai certainement pas pu réaliser si j'avais vu ce que je dessinais.


A (re)faire!


►►►►


Et pour aller plus loin :


"L'oeuvre d'Art ne craint rien de la loi"


Maurice BLANCHOT - la Question littéraire - in Le Livre à venir - Gallimard 1959



Ren 08/10/2011 15:17



Aux  éclairages  différents,  humeurs différentes...


 


En tout cas  le tableau de Riopelles, donne lui, dans la constance



Arthémisia 08/10/2011 18:24



JE ne suis pas sûre que ce RIOPELLE donne dans la constance : quand je pénêtre en lui, en son centre, je découvre bien des choses qui ne se voient pas...



tilk 07/10/2011 23:15



la nuit tous les chats sont gris....


besos


tilk



Arthémisia 08/10/2011 09:07



Tu as raison mais ce sont des gris colorés, pas seulement du blanc+du noir!


 


Bises


Arthi



Nina Padilha 07/10/2011 19:18



Un poème publié sur mon blog...



Arthémisia 07/10/2011 19:21



Tout à fait....


(même si cette marque de cigarettes me parle d'un être pour lequel les couleurs ne changent pas dans le temps.)



Nina Padilha 07/10/2011 19:03



Un écho à Marlboro...



Arthémisia 07/10/2011 19:14



????


Je ne te suis pas