Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1548 - Le Sac

Publié le par Arthémisia

 

http://www.achatsacschanel.com/167-948-large/sac-a-main-bowling-chanel-noir-vernis-argent-30735-.jpg

 

 

 

Elle était dans une chambre double depuis un mois, mais à chaque fois que je venais, il n’y avait personne dans l’autre lit.

Les draps propres ne portaient l’empreinte d’aucun corps.

Elle me disait qu’elle n’avait jamais vu quiconque à côté d’elle. Pourtant sur le mur au dessus du lit inoccupé, étaient accrochés des dessins d’enfants.

 

Et la table roulante qui chevauchait le lit, portait un objet insolite. Cela faisait quatre fois que j’y trouvais le même petit sac du soir, en imitation de cuir vernis noir, avec une bandoulière de métal doré, du genre de ceux qu’on trouve à Vintimille, pour trois sous et qui se veulent des sacs griffés.

 

J’étais de plus en plus tentée de l’ouvrir. Je lui ai même dit. Mais cela ne se fait pas.

A qui appartenait ce sac ? Que contenait-il ?

 

Quand je suis allée la voir hier, elle allait mieux.

 

Le sac avait disparu.

 

© Arthémisia – nov 2011

 

Avec : Sac bowling en cuir vernis – CHANEL

Commenter cet article

Versus 16/11/2011 23:59



Essayons de faire en sorte que...désolé!


Un trop plein de sacs...






Arthémisia 17/11/2011 06:18



Un seul suffit pour nous étouffer.



VERSUS 16/11/2011 23:26



Sac à fouille, c' est qu' à l' intérieur on y laisse trainer des bons et des sales souvenirs, des traces de nous douleurs, de nos joies et de nos peines...Et
on les trainent toujours avec soi. ..J' ai connu des hommes qui avaient des gros cartables par devers eux..Ils trainaient un paquet d' affaires, des pensées, des regrets, des remords, ça pèse
tout cela. C' est comme la mort qui vous empêche d' aller de l' avant. Besace, gros derrière, qui vous empêche d' oublier comme un gros noeud fait au mouchoir des départs qui n'
ont pas lieu.Essayons que la vie ne soit pas ce sac, ce fardeau!!!



Arthémisia 17/11/2011 06:17



C' est comme la mort qui vous empêche d' aller de l' avant....



monik 16/11/2011 22:00



Laisser une trace de son passage... un signe qui dit " j'existe et si on veut bien on peut me trouver ou me rêver tout au moins."


Parfois, on existe comme on peut...en regardant ses propres empreintes( si personne n'y pose son regard.) Et on va mieux.



Arthémisia 16/11/2011 22:10



Ce fantôme là malheureusement n'est plus conscient d'abandonner un morceau de lui là ou là. Ce n'est que quand il voit ses morceaux éparpillés qu'il peut se reconnaître. Sans lui, ces morceaux
sont sans nom. Donc effrayants.



Cédric 16/11/2011 21:49



 


C'est à n'y rien comprendre !



Arthémisia 16/11/2011 21:52



Il me semble que c'est mieux ainsi. Comprendre souvent ça fait trop mal (ou peur, au choix)


 


...


Cédric, je me suis permise de t'installer dans mes "Too Much" à droite.


Merci.



Suzâme 16/11/2011 20:29



Bonsoir Arthi,


Ton texte situe bien ce sac dans l'énigme existentielle. Je le vois comme une présence criante et pourtant cachée. Quelqu'un qui voudrait qu'on le reconnaisse à travers cet accessoire façon luxe
qui sans être ouvert expose une vie imaginaire ou passée de séduction. Quelle âge à la grand-mère qui l'a subtilisée? Centenaire? Et alors sa beauté est à l'intérieur du sac qu'elle choisit pour
la représenter...Bisous au ralenti... Suzâme



Arthémisia 16/11/2011 20:45



Bonsoir Suzâme,


Impossible de te dire l'âge du fantôme. Elle est hors du temps.


Et moi aussi. Je t'explique cela ailleurs.


Bises


Arthi



juliette 16/11/2011 12:00



peut-être était-ce un sac à virus... il est parti avec sa fièvre


 


juste une supposition



Arthémisia 16/11/2011 13:51



Je l'avais appelé le sac du fantôme. C'est le cas.


J'en ai tiré cette histoire (sur)réaliste...comme une su(per)position d'étrangetés.



Lucien 16/11/2011 09:44



Le sac du refoulé ?



Arthémisia 16/11/2011 13:49



De l'oubliée.


Ce sac appartient bien à quelqu'un qui passe ses journées dans la salle télé et vient dormir à point d'heure. Une sorte de fantôme en quelque sorte. De l'Art d'être dans la vie...