Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1583 - L'Espace

Publié le par Arthémisia

 

http://artblart.files.wordpress.com/2011/04/hofmann_memoriainaeternum-web.jpg?w=655&h=765
 

 

 

« L’homme aspire à l’espace dans lequel il peut vivre…plutôt qu’à l’espace illusionniste ».

Frank STELLA cité par Daniel KLEBANER in Frank STELLA – La jubilation traversière

Edt Ides et Calendes – Collection Polychrome

 

 

 

 

 

Avec : Hans HOFMANN (1880–1966)
Memoria in Aeternum 6 1962
Huile sur toile - 213.3 x 183.2 cm
MOMA, New York.

Don de l'artiste
© 2010 Renate, Hans & Maria HOFMANN Trust / Artists Rights Society (ARS), New York

Commenter cet article

tilk 17/01/2012 00:00


ah!!!! j'aime bien me bercer dans l'ilusion...


besos


tilk

Arthémisia 17/01/2012 07:05



Mais  l'illusion n'est pas toujours  là où on s'attend à la voir.


Belle journée.


Arthi



Roberto 16/01/2012 22:28


Suis partagé. Je trouve qu'Hofmann mise trop sur la couleur, son "immédiateté" et sa mise en avant clinquante. Il y a un côté raccoleur (c'est mon ressenti) qui me gêne. Mais,  par ailleurs,
la certitude de la couleur, brute, intense, éclatante de présence et de déséquilibre savant, rassure. Nous nous calons sur le rectangle rouge-orangé comme dans un canapé d'angle, sûr, profond,
paradoxalement vif et protecteur. Attention à ne plus avoir de rêves. Ils ne sont pas qu'illusions et vaines sornettes, incapables de nous faire la mondre place au quotidien. Ils nous forment
l'intelligence, le sens du passé et de l'avenir, du meilleur quand le pire est à craindre. Ils sont l'ambition de ceux qui n'ont rien. Bon, j'arrête car sinon j'y suis jusqu'à point d'heure. Un
limoncino me tiendra lieu de tisane...Ciao a fra poco, domani  !

Arthémisia 16/01/2012 22:40



Oui, il y a projection, pour ne pas dire projective.


C'est bien ce que je trouve passionnant dans cette oeuvre plane et qui pourtant semble occuper l'espace devant elle, l'espace d'un possible joyeux et généreusement offert.


Je ne trouve pas cela pleinement  rassurant mais au moins autre, nouveau, et donc positif car ouvert sur du plus loin, du devant, de l'avant.


Le quotidien s'enfuit et nous nous retrouvons un verre de limoncello à la main (je ne  connais pas le limoncino; c'est la même chose?) à trinquer avec un Roberto inconnu.


Je ne parle pas l'italien mais je partage ce verre avec plaisir avec toi...avant d'aller réviser mes déclinaisons d'allemand pour mon cours de demain soir ! 



Suzâme 16/01/2012 20:03


Maîtrise ses conditions de vie pour ne pas s'enfoncer dans la brume alors à chaque absence de lumière, s'imposer de voir au moins deux couleurs franches qui nous soulèvent du lit le jaune et
l'orange. Non, ce n'est pas de l'illusion mais la volonté de voir absolument de la lumière sinon mourir. Je n'y comprends pas grand chose, je me crée un petit chemin entre vos commentaires.
Bisous. Suzâme

Arthémisia 16/01/2012 21:48



Ton chemin est le mien, Suzâme!!! Il me semble que ce que tu as compris est primordial.


Bises.


Arthi



monik 16/01/2012 18:37


Que c'est beau! 2 magnifiques portes d'entrée dans un espace prometteur s'il est apaisé ( quoique ces jaillissements en lave  à l'arrière...).


J'entre d'abord par la rouge vif et je m'enhardis jusqu'au vif de la jaune!


je te raconterai...si tu n'y es pas allée.

Arthémisia 16/01/2012 18:56



Le jaune vient vers moi. Puis le rouge. La joie, enfin!


J'y suis : merci mon Dieu!


 


Mais raconte moi quand même ce que tu as vu toi : cela m'intéresse fortement.



Nina Padilha 16/01/2012 14:39


Voilà qui va t'éclairer :
http://www.leschaisesdenina.com/article-le-reve-d-icare-95105322.html

r sa 16/01/2012 18:54



Ok, je croyais que c'était quelque chose de publié.


Bien sûr on imagine tous qu'ailleurs la terre est plus verte. Mais et surtout actuellement, ne nous faut-il pas cette projective pour tenir le coup, pour arriver à au moins quitter le monde si
sale, si bouillant d'illusions nauséeuses ...par le rêve?


C'est d'ailleurs étonnant comme c'est ce rêve qui est devenu une réalité nécessaire alors que le
monde est devenu lui tant illusionniste, tant fabriqué d'attrape-couillons tous plus
bling-bling les uns que les autres, auxquels un jour ou l'autre (mais n'est-ce pas déjà commencé?) les suiveurs de tout poil se brûleront les ailes.


Cette oeuvre de HOFMANN, m'emporte déjà loin et cela me fait du bien car sa réalité est tangible en mon âme alors que le monde qui m'entoure ne me donne qu'envie de le fuir.


Je cherchais des plumes pour monter haut. L'Art et rien que l'Art me les donne.



Nina Padilha 16/01/2012 12:54


As-tu lu "Le rêve d'Icare" que j'ai écrit ?

Arthémisia 16/01/2012 12:58



Non, je ne lis que très très peu de romans et pratiquement aucun contemporain.


J'ai juste le temps de m'attarder sur les essais, des livres d'histoire de l'Art, des anthologies, et de la poèsie.


Des magazines d'Art bien sûr.


 


Tu peux m'en dire 2 mots?



Lucien 16/01/2012 12:19


et la matière aspire à la forme (Aristote).

Arthémisia 16/01/2012 12:56



nous sommes matière. Aussi!



versus 16/01/2012 00:30


Alors là, scotché par cette peinture!


Superbe!


( Il faudrait revenir sur le passionnant sujet précédent...Mais beaucoup de voeux à envoyer...)

Arthémisia 16/01/2012 08:15



Je connaissais mal la peinture de Hans HOFMANN mais la lecture du livre de Daniel KLEBANER qui en fait des comparaisons avec des oeuvres de STELLA (les Scarlatti et Bali series) m'a incitée à aller plus
loin. J'ai découvert quelque chose de fantastique.  
A voir en vrai maintenant car un écran d'ordinateur ne sera jamais qu'un outil déformant.

Quant au goût, mon ristreto matinal va peut être (ré)concilier Le BERNIN et Jeff KOONS, Italie oblige ?!