Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1586 - Ne pas se retourner

Publié le par Arthémisia

 

http://www.maremurex.net/corot3.JPG

 

Le merveilleux traverse les ombres
et coule par terre
en sillons d'or
derrière nous.
Surtout, ne  pas se retourner.


© Arthémisia – 01/2012

 

 

 

 

AvecOrphée ramenant Eurydice (détail), 1861 - Jean-Baptiste COROT (1796-1875)
huile sur toile 111,8 cm x 137,7 cm
Houston, Museum of Fine Arts

Commenter cet article

Mahina 04/02/2012 19:59


J'aime le tableau


Avancer... toujours...

Arthémisia 04/02/2012 23:10



Il faut que l'hier serve mais pas en nostalgie. Simplement comme appui.


 



Monik 25/01/2012 09:25


Merveilleux sillons d'or orphiques.. toujours mieux que les poussières d'or d'une comète , qui retombent en cendres.

Arthémisia 25/01/2012 13:18



Laissons de traces et ne les regardons pas : vivons en.



juliette 22/01/2012 11:29


J'aime beaucoup cet opéra de Gluck


 


Dans la vie il serait préférable de ne pas se retourner...


Bises

Arthémisia 22/01/2012 11:42



Difficile de poser des règles.


Dans certains cas il vaut certainement mieux garder le beau souvenir plutôt que de pleurer sur ce que l'histoire est devenue en sachant très bien que ce qui fut ne peut pas toujours suivre la
projective de notre idéal. En fait, ne rien attendre de demain...


 


Bises


Arthi



Ren 22/01/2012 00:44


Question de lumière, question de couleurs...   j'ai  trouvé  ceci, qui joue sur la tienne  (  de couleur)


--------

Tu peux perdre le nord
comme on dit
tu peux perdre patience
tu peux perdre ton temps

perdre la mémoire
et ses chemins aveugles

Le sommeil peut glisser
comme une truite
dans tes mains

Tu peux perdre ton sourire

Mais ne perds pas
ne perds jamais
l'orange de tes rêves


c'est de J Pierre Siméon

Arthémisia 22/01/2012 11:35



Tu le sais aussi bien que moi :la couleur que l'on pose aujourd'hui est portée par celle que l'on a posée hier.


Merci pour ce magnifique texte tendre de SIMEON que tu as très très bien choisi!



Roberto 19/01/2012 23:15


Je comprends le provençal, mais je ne le parle qu'à vocabulaire réduit au contraire de ma chère et tendre qui le parle et l'écrit (pour l'avoir, quelques temps, enseigné) plutôt bien. La langue
d'oc est  riche, imagée, souvent intraduisible.


Je m'interroge sur ce qu'à écrit S. Le merveilleux ne l'est-il que par notre imagination ? Nous serions donc les Midas "nécéssaires" de ces sillons d'or ?

Arthémisia 20/01/2012 06:12



Peut être pas des Midas mais  quand les choses ne peuvent pas être, ne peuvent plus être il faut savoir en garder les images et s'en suffir.


Sinon,mourir.



Roberto 19/01/2012 22:39


Je connaissais vaguement Chevreul mais j'ignorais que Goethe avait écrit sur les couleurs...D'accord pour trouver le pointillisme "scientifiquement maniéré". De l'admiration mais pas d'émotion.
Idem pour Corot en ce qui me concerne. Dans le "Souvenir de Mortefontaine" de nos couvertures de cahiers ou de boîte de chocolats, de crayons, il y avait surtout les mots qui m'attiraient.


Je me retourne souvent. Pour mieux avancer. "Dóu passa (passé) la souvenenço et la fe (la foi) dins l’an que ven" (F. Mistral). Il est vrai que les sillons n'étaient pas d'or....Sourire...

Arthémisia 19/01/2012 23:01



Merci pour ces mots de Mistral.


Tu parles  le provençal?



Roberto 19/01/2012 14:10


Sans compter avec le risque d'être changé en statue de sel !


PS:Pompon-Franz: ils furent tous deux précurseurs de l'imagerie animalière et certaines de leurs oeuvres se ressemblent étrangement.


Seurat. J'ai retrouvé. En fait il n'avait pas, semble-t-il, de problème de vision mais connaissait parfaitement les règles scientifiques de celle-ci. Je n'ai qu'un des deux numéros de la revue
Points de vue consacrée, en partie, à l'artiste.  N°37 automne 1997 "Georges Seurat, pointilliste et nouvelles conceptions du lobe occipital" Seurat avait étudié, en particulier, les travaux
de Michel Eugène Chevreuil. Evidemment, il vaut mieux être ophtalmo, ce que je ne suis point, pour comprendre les articles...Je puis vous scanner les pages si intérressée. R.

Arthémisia 19/01/2012 21:10



Je ne suis pas de ton avis pour POMPON et Franz MARC ; la peinture de ce dernier est quand même travaillée beaucoup plus  en pans et vers  une simplification des formes qui l'aménera
jusqu'à l'abstraction.


Certains POMPON sont plus "rugueux" que le célèbre ours mais leur masse ne présente pas le facétage des surfaces qu'ont les MARC;


 


Merci pour ta proposistion pour SEURAT mais ...hum...j'ai étudié la technique des pointillistes pendant mes études d'Arts Plastiques et suis assez réfractaire à cette peinture que je trouve par
trop mathématique.


J'ai aussi quelques bouquins sur le pointillisme qui était à mon programme de 2nde année d'Histoire des Arts. Je suis tombée sur "la Bouée rouge" de SIGNAC et en garde un souvenir
...douloureux  même si j'ai validé mon année (merci aux portails gothiques!)


Par contre la Théorie de CHEVREUL (pas de i) est passionnante mais je n'ai jamais trouvé une publication de ses écrits (La loi du contraste simultané des couleurs).JUste des extraits
dans mes cours....J'en ferai mon miel!


Si tu t'intéresses à ces questions je te recommande aussi  les écrits de GOETHE sur les couleurs (très facilement trouvables).


 


Bonne soirée Roberto.


 



lutin 19/01/2012 09:39


Ne pas se retourner, derrière il y a la douleur, au risque qu'elle nous rattrape

Arthémisia 19/01/2012 21:01



Ne pas se retourner, aussi et surtout parce que derrière il y eut le magique qu'il faut préserver.



Lucien 19/01/2012 08:43


Brutalement, ça m'évoque le divan, l'analys(t)e ...

Arthémisia 19/01/2012 21:01



Peut être pour s'en sortir?



Suzâme 19/01/2012 08:35


Le merveilleux est dans notre tête lorsqu'elle magnifie ce qu'elle perçoit, ce qu'elle imagine, ce dont elle se souvient. Il suffit d'un bing bang ou d'avoir le besoin soudain de se retourner
pour que tout s'enfuit ou pire s'efface. Suzâme.

Arthémisia 19/01/2012 21:00



Il me semble que le souvenir ne nécessite par systématiquement le retournement : la mémoire merveilleuse suffit.


Bises


Arthi