Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1587 - Célèbrer c’est cela

Publié le par Arthémisia

 

http://www.maremurex.net/orphee.JPG
 

 

…/…

Il est parmi les messages qui durent,
qui par delà les portiques des morts
lèvent des coupes pleines de fruits glorieux.

Rainer Maria RILKE
Sonnets à Orphée

 

 

  Avec : Orphée (1910), bois gravé de Raoul DUFY (1877-1953) pour Le Bestiaire ou Cortège d'Orphée, APOLLINAIRE

Commenter cet article

Ren 22/01/2012 12:50


Suzâme nous disait que " le poète amoureux parlait d'un bonheur que qu'aucun puissant incarnant la vie ou la mort ne lui prendrait "


 


C'ets pour  ça  qu'il a été rendre  visite à Euridice:  ( fallait pas  s'enfer)

Arthémisia 22/01/2012 12:57



Il aurait peut être pu ne pas y aller et garder ce bonheur...sous une autre forme, bien sûr.


 


Pas s'enfer....ah!ah!ah! Tu es en progrès!



Suzâme 21/01/2012 20:29


Bonsoir Arthi,


Avant d'écrire sur cet extrait, j'ai lu les sonnets de Rilke, je suis peut-être hors sujet mais j'ai cru pendant un instant de lumière que le poète amoureux parlait d'un bonheur que
qu'aucun puissant incarnant la vie ou la mort ne lui prendrait. Il transpose une jouissance grandiose avec la délicatesse que nous lui connaissons. Bisous. Suzâme 

Arthémisia 21/01/2012 20:32



Bonsoir Suzâme,


 


J'ai la même lecture que toi et si j'ai choisi cet extrait d'un poème qui s'appelle Célèbrer ....ce n'est pas pour rien...ni pour personne...


A lire en rapport avec le billet précédent.


 


Je t'embrasse.


A.



laure l'aï 21/01/2012 19:53


j'ai envoyé un commentaire, suit à tes critique sur francesco...peut-être l'as-tu effacé....c'était par rapport au mythe d'orphée :


"lui au moins il ne s'est pas retourné"


mon admiration pour rilke date  de la vrginité de lou andreas salomé : c'est lui qui s'en est chargé dans les années 30 !

Arthémisia 21/01/2012 19:57



Je n'ai rien supprimé du tout.


Ce billet et mes réponses ne veulent faire  le procès de personne; ils ne parlent pas de ce triste commandant ni de RILKE lui-même.


Ne te trompe pas de lecture.



laure l'aï 21/01/2012 10:34


ça pourrait être aussi bien Francesco Schettino

Arthémisia 21/01/2012 10:42



On ne va quand même pas célèbrer un tel monsieur.



tilk 20/01/2012 17:43


c'est en lisant les surréalistes que j'ai découvert Rilke...c'est un immense poète


cet extrait est sublime...besos


tilk

Arthémisia 20/01/2012 17:47



Tous les Sonnets à Orphée sont sublimes.


Belle soirée,Tilk.



Roberto 20/01/2012 13:44


Pour rester en Provence: je connais mal Rilke mais je sais l’admiration que lui portait Henriette Dibon (qq renseignements sur Google) , dite Farfantello, féministe provençale, écrivain et 
poète, passionnée de Camargue, de taureaux et de ces espaces sauvages que l’on parcours avec les yeux et le cœur à l’unisson. Un court extrait de son poème dédié à R-M R :

"Camin sèns toco, pèiro sauro,
Trignoun clar, aigo dins li vau,
Ei soun souveni que li dauro,
O, païs, coulour dóu pan caud ! "

(Traduction : Chemins sans but, pierres blondes, carillons clairs, eau des vallons, c’est son souvenir qui les dore, ô pays, couleur du pain chaud !). Je suppose qu'elle fait allusion aux années
valaisannes de Rilke...



J’en suis à la pause avant de me replonger dans le boulot: thé ou café (stretto, of course !) ?

Arthémisia 20/01/2012 15:08



Je ne connais pas du tout cette poétesse. Je vai sme renseigner sur le net.


Et merci pour ce texte, Roberto et pour le ristretto, bien sûr!