Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1624 - Accumulation

Publié le par Arthémisia

 

http://img.over-blog.com/610x813/2/01/43/65/Centre-Pompidou-2/Centre-Pompidou-2-1989.JPG

 

 

Elle

ours

drap blanc de la grand-mère

housse de couette

couette

polaire grise

polaire sans couleur

plaid matelassé turquoise

coussins.


Coussins

plaid matelassé turquoise

polaire sans couleur

polaire grise

couette

housse de couette

drap blanc de la grand-mère

ours

elle

froid.

 

© Arthémisia – avril 2012

 


 

Avec : Le Lit-fleur – Yayoi KUSAMA – Centre Pompidou - Paris

Commenter cet article

Clovis Simard 18/08/2012 13:08


Blog(fermaton.over-blog.com),No-22. - THÉORÈME OMÉGA.- La Science des Sciences.

Arthémisia 18/08/2012 21:10



J'ai lu mais je ne vois pas du tout ce que Darwin et la religion, et leur opposition viennent faire là!


 



etilk 05/06/2012 00:25


superbe esculpture et poème très chaud...


besos


tilk

Arthémisia 05/06/2012 06:13



Cette étrange fleur est à Beaubourg.


Bises.


Arthi



Suzâme 28/04/2012 18:33


Toutes ces mains, tous ses gants et même si c'était autre chose amassé, surchargé au-dessus de ma tête ne me donneraient pas envie de m'enfouir mais de m'enfuir. Est-ce que l'accumulation
réchauffe les coeurs en tristesse? Est-ce que ce couvrir très longtemps sous sa couette, en plus de se réchauffer, n'est pas de se protéger ou même se cacher... Envie de prendre la main de l'être
blotti et l'entraîner dans la danse du soleil intérieur... C'est dit. C'est écrit. C'est bête, mais...Bisous. Suzâme

Arthémisia 28/04/2012 20:39



Je m'attendais à ta lecture...


 


Il est certaines nuits et surtout certains jours où les abîmes et leur corollaire le silence, ne tolèrent rien d'autre que le recouvrement.


 


Bises.


A.



Cédric 28/04/2012 11:39


Se laisser caresser par ce qui réchauffe.

Arthémisia 28/04/2012 14:36



Enfouir plutôt.



Lucien 28/04/2012 08:39


Syzygie ?

Arthémisia 28/04/2012 14:35



Tu as raison, il y a peut être quelque chose de cet ordre, auquel cas  il s'agit plus d'un empilement que d'une accumulation.