Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1627 - Le Jour d'orage

Publié le par Arthémisia

 

12-02-28-W-d-enfants---Syndicat-d-initiative-Hyeres.JPG

Il y eut un jour un orage
Ce fut quand je fis le voeu
d'être une tortue.
Mais entendons-nous, sur terre !
Celle qui porte une tente dure
sur son dos
Je voudrais tout rentrer à l'intérieur
bien au sec.
Voici qu'arrivent les vagues
qui me secouent
et j'ai le mal de mer.
Je voulais être la tortue qui mange les bourgeons et les fleurs et les baies.
Il faut que je souhaite les choses avec précision !
Il en sera ainsi
dorénavant.


Partition rouge, poèmes et chants des Indiens d'Amérique du Nord
traduction Jacques Roubaud et Florence Delay

 

Cité dans un comm.  hier par Ren.

 

Avec : Travail d'enfant - Syndicat d'initiative de Hyères - Février 2012
Photo © Arthémisia

Commenter cet article

ren 02/06/2012 13:14


Et à la suite...  sur le forum  où j'ai trouvé  ce texte... 


celui-ci


 


 


La piste des larmes n'a pas de fin.

Pourquoi vivons-nous au passé, demandez-vous?
Je raconte que c'est ce qu'on appelle l'histoire
n'avez-vous jamais vu un indien
   sur le bord de la route ?

Il est encore sur le sentier pris par ses ancêtres
Il fait toujours la marche forcée
La déportation imposée
   appartient à son coeur et à son âme maintenant
Sa terre a été vendue
   souvent pour la valeur
   d'une bouteille de whisky
La perte de sa dignité
   la honte sur son nom
   qu'il porte depuis le début
   des temps
Le lignage est important aussi pour les Indiens
Il est important d'être la fille ou le
   fils
de sa mère et de son père
la petite-fille ou le petit-fils de votre
gand-mère et grand-père
Quand nous sommes nés on nous a appris
que nous étions des être humains
venus au monde pour faire le travail du Créateur
que nous qui marchions sur la terre étions le lien
entre nos ancêtres et les générations
   futures
que nous devions marcher dignement
à cause de nos parents,
de toute la Création dont nous faisons partie
Pour cela, nous traçons notre route
pour cela, chacun de nos pas
   est un souvenir
   de chaque larme
   chaque coeur brisé
   chaque cri de souffrance
   chaque ultime prière
de ceux qui vinrent avant nous

Avec chacun de nos pas
nous résistons à la déportation
nous résistons à l'extermination
avec chacun de nos pas
nous offrons une prière
   à chaque larme
   à chaque coeur brisé
   à chaque cri de souffrance
à la mémoire de ceux qui vinrent avant nous
à nous-mêmes
aux ancienx et aux enfants
à la vérité.

Inès Hernandès.(. traduction Manuel Van Thienem)

Inès Hernandès-Avila d'origine mexicaine mais vivant au Texas dans une communauté
mexicaine revendique, en faisant partie des "Nez percés" son
attachement à la culture des chicanos..

Arthémisia 03/06/2012 18:04



Et pourtant je doute encore plus en vieillisant que cette vérité se trouve toujours dans le passé.


Pour ce faire, il faudrait  que ce passé existe. Or....



tilk 19/05/2012 00:53


c'est sûr et certain il ne faut pas se tromper dans les voeux...


besos


tilk

Arthémisia 19/05/2012 14:00



ET pourtant, c'est bon d'y mettre toute sa folie, tous ses espoirs.


 


Bises


Arthi



Lucien 09/05/2012 07:30


Je viens de ressortir "Partition rouge" ... il faut que je retourne faire un tour chez les Amérédiens. Il y a aussi des pictogrammes reproduits dans ce livre. J'ai ressorti aussi le catalogue de
l'expo "50 ans  d'estampe inuit" qui avait eu lieu à Gravelines en 2009. Se nourrir de l'autre, sans le dévorer (le dévorer des yeux, oui, c'est possible !).

Arthémisia 09/05/2012 22:03



Bonsoir Lucien,


La nourriture ne peut venir que de l'autre.  Se nourrir de soi-même, se suffir de soi-même, c'est, sous couvert d'autonomie, s'isoler, et finir comme une vieille chaussette retournée à
l'envers  sur elle-même, au fond du tiroir.